William Clancy

William Clancy

Messagede William Clancy le Sam 10 Jan 2009 21:58

¤~Généralités~¤

Nom : Clancy (Li)

Prénom : William (Fulangxi)

Humain ou vampire : Vampire

Age : 28 ans d’apparence – 1425 ans en réalité

Pour les vampires (actif ou passif dans la communauté) : Actif !

Nationalité : Chinoise (mais a reçu un nom irlandais suite à une "adoption")

Sexualité : Homosexuel / Seme

Métiers : Professeur de tir


¤~Descriptions du personnage~¤

Description physique :

Apparence physique (son visage, son corps, etc…) : Bien que d’origine chinoise, William a hérité plus du physique de sa mère grecque. Il est de très grande taille, mesurant 1m96, sa mère n’ayant cessé de dire qu’il tenait de son arrière-grand père spartiate. Sa silhouette est fort bien musclée, mais fine grâce justement à sa haute taille. Il pèse prés des 70 kilos, ne bougeant pas de ce poids depuis qu’il est vampire évidemment. Il prend soin de son corps, il bouge beaucoup, aime prendre des bains avec des plantes protégeant la douceur de sa peau. Il faut bien qu’il amène au maximum le charme de son physique. Un torse bien dessiné, équilibré, d’agréables tablettes de chocolats, des hanches assez marquées, des formes suffisantes là où il le faut, une force attrayante se dégageant de lui et la nature s’étant montrée si généreuse pour le rendre viril à souhait que ce soit dans les muscles ou même ce qui fait d’un être un homme. De quoi enchanter bien des amants.
Ses cheveux sont longs et d’un roux vifs, avec quelques reflets roses si surprenants. Bien dégradés, il a des mèches qui encadrent joliment son visage qui n’a rien de féminin contrairement à sa chevelure. Des traits fins mais fiers, des lèvres pleines mais pâles tout comme sa peau si blanche. Ses yeux ont une forme séduisante, en des amandes bien dessinées finissant en un trait fin, surplombés de longs cils. Leur couleur contraste avec le rouge de ses cheveux, ses prunelles étant d’un superbe gris légèrement violine selon la luminosité.

Allure et goût vestimentaire : William aime ne pas passer inaperçu. Cependant, il sait varier. S’il choisit une tenue avec des couleurs vives, cette dernière sera classique. Si par contre sa tenue est originale, il prendra plutôt des couleurs passe-partout, pour garder ainsi un équilibre. Bien sûr il aime tout ce qui colle bien son corps pour se mettre en valeur, n’hésitant pas à prendre des vestes avec un bon décolleté amplifié avec une chemise qu’à moitié fermée. Il apprécie aussi les tours de cou, certes leurs significations ne correspondent pas à son caractère, mais justement, c’est ce qui rend la surprise des autres encore plus amusantes. Donc, très souvent, un bandeau en velours noir orne son cou.

Particularités : William aime bien les bijoux et il ne sort jamais sans. Chacune de ses oreilles sont percées, avec de grands anneaux les ornant. Son oreille de gauche a aussi de plus petits anneaux redessinant le haut de son oreille. Le reste, il a une grande collection de colliers bracelets et bagues de différents pays, et il alterne selon son envie.


Description psychologique :

Qualités : William est un vampire qui a une prestance en physique mais aussi dans son caractère. Il ne doute jamais de lui, faisant preuve d’une grande confiance en lui. Il apparaît donc comme quelqu’un de sûr et dont l’intelligence donne bonne figure. Il a une bonne maîtrise de son sang-froid, son âge étant à l’origine de cela, et il sait alors garder son calme, même quand on a tendance à vouloir marcher sur ses plates-bandes. Seulement, il sait fort bien manier les apparences et sa réelle nature est basée sur ses instincts. Son charme est d’ailleurs sa meilleure arme pour tromper l’autre. Il a un tempérament de feu qu’il met à son avantage, maniant à la perfection les mots et les gestes pour faire tomber dans ses filets ceux qu’il veut dévorer même que pour une nuit. Jusqu’au bout, il peut dissimuler le danger qu’il représente pour qui ne le connaît pas. Il est aussi une personne qui ne perd jamais de vue ses objectifs et qui ne change pas de projets comme de chemise. Au premier abord, c’est une qualité qui est en réalité un bon défaut…

Défauts : En effet, William fait preuve d’obsession. Dès qu’il veut quelque chose, il est impossible de le convaincre d’abandonner ses intentions, que ce soit pour son bien ou pour son mal. Autant dire qu’il ne se laissera jamais convaincre de regarder d’une autre façon les humains. Et dès qu’il estime pouvoir laisser cours à sa gourmandise, peu importe ce que peuvent dire ceux autour de lui, il boira jusqu’à la dernière goutte le sang de sa victime. Aussi, depuis qu’il a rencontré Erwan répondant à ce qu’il recherchait depuis longtemps, il ne choisit plus n’importe quelle victime ou amant d’un moment. Il fait une fixette sur les bruns, de préférence avec les cheveux longs, aux yeux s’approchant du feu (jaune, marron orangé, rouge). Mais si l’un d’eux à le malheur de s’éloigner trop de l’image qu’il se fait de son préféré, il éclate souvent dans une colère, à la limite de tuer l’autre, ce qui est arrivé quelques fois… Ce qui correspond à d’autres traits de son caractère. Il est cruel, sadique et pervers jusqu’au bout des ongles. Ne faisant qu’un avec la bête, cela n’est que logique, le seul changement opéré en lui ayant été ces caractéristiques portées à l’extrême. De plus, il ne se prend pas pour rien, s’estimant bien supérieur à tous les humains mais aussi à une bonne partie des vampires. Il est assez dur de gagner son estime, mais avoir des points communs avec lui aide beaucoup. Il s’estime être comme un exemple évidemment. Et c’est ainsi qu’il ne tolère pas la moindre différence avec ses principes, la pitié envers les humains lui semblant vraiment tel un blasphème.

Ce qu’il aime : Dominer ; Erwan sous sa domination, toute personne lui ressemblant ; le sang humain, la mort sur leur visage ; la luxure ; partager du divertissement avec ses amis vampires…

Ce qu’il n’aime pas : Le respect envers les humains ; les chasseurs ; les animaux ; se cacher des humains ; et diverses choses.

Autres choses à signaler: Qu’il est danger mortel pour les humains, sûrement.


¤~Histoire~¤

-377 av J-C, le royaume de Jin (correspondant à la région du Shanxi en Chine) est en déclin. Cependant, le Duc actuel et sa famille sont heureux d’accueillir la troisième naissance d’un garçon en cette année. Il s’agit là du fils du cousin du Duc qui a épousé la fille d’un marchand grec fort connu sur le chemin de la Soie. Le bébé fut nommé Fulangxi, et était sujet à bien des conversations. Le garçon avait les cheveux de ce même rouge surprenant de sa mère, et les mêmes yeux. En réalité, en dehors de la forme de ses yeux légèrement bridé, il n’avait rien hérité de son père. Bien des doutes s’installèrent sur la véritable identité du père du nouveau né, mais le cousin du Duc n’en avait aucun. Il était si possessif que sa chère épouse ne pouvait être approchée par un autre, et il préférait attendre que l’enfant grandisse pour remettre en compte cette surveillance. 5 années passèrent, le conflit se faisait plus grand avec les nouvelles familles gagnant en puissance, mais c’était cependant encore un temps de paix. Fulangxi grandissait bien et il avait hérité du caractère de son père. Des ressemblances frappantes dans leurs réactions avaient enlevé les doutes qui avaient pourtant tâché l’image de sa mère. Le garçon était peu proche de cette dernière, passant beaucoup plus de temps avec son père lui enseignant les connaissances qu’un enfant de son rang devait avoir, puis, il commençait aussi à apprendre à se battre.

Mais deux années plus tard, cette vie plus ou moins tranquille prit un nouveau tournant. La mère de Fulangxi décéda d’une maladie inconnue, et son père décida de s’éloigner de sa propre famille, voulant mettre pour l’instant à l’abri son fils des conflits grandissant, son cousin de Duc ne faisant rien pour les arranger. L’enfant n’était pas triste de cela, bien au contraire, il avait droit à plus d’attention de son père, répondant à ses exigences. Il retenait bien ce qu’il apprenait, faisait excellente figure et était déjà un jeune maître des hommes, se liant d’amitié avec les autres enfants du village mais les dirigeant d’une poigne de fer. D’ailleurs, il eut droit à un serviteur, âgé de plus de trois ans que lui, issu d’une famille noble tombé en disgrâce cherchant à se racheter. Ce dernier devait répondre à ses moindres envies, caprices, le soignant des blessures résultant des entraînements plus intensifs au combat Fulangxi comprenait qu’il était important qu’il sache se défendre et même attaquer, suivant les nouvelles que recevait son père. Agé de 17 ans, le jeune homme était un digne héritier de la famille, s’occupant seul de la maison et du personnel durant certaines absences de son père, principalement le soir, mais cela était habituel. Ce dernier, veuf, gardait des besoins d’hommes. Le sujet du mariage avait été abordé et pourtant Fulangxi faisait tout à chaque fois pour repousser subtilement ce moment-là. Il avait su si bien caché à son père sa préférence pour les hommes, ce qu’il faisait aux serviteurs obligés de lui obéir, comment il s’emparait de la pureté de visiteurs naïfs tombant dans ses filets. Il ressemblait à son paternel, à la différence que les femmes lui étaient indifférentes, mais pas les hommes. L’homosexualité était mal vue et surtout dans son milieu, il repoussait alors, dans l’attente de ne plus avoir besoin de son père et se libérer de ces chaînes désagréables.

Et ce moment-là arriva un mois après ses 19 ans. Le conflit entre les familles de Jin était passé au stade des combats. Mais là encore, Fulangxi et son père s’en tenait éloigné, au déplaisir du premier voulant aider. Et il sut comment agir, son caractère aussi horrible que celui de son père allait se retourner contre ce dernier. Se trouvant dans sa chambre, conscient que son paternel viendrait à tout moment lui annoncer une nouvelle le rendant curieux, il appela son tout premier serviteur lui ordonnant de le satisfaire comme il aimait tant. C’est ainsi que son père entra avec une missive, se figeant devant la vision de son fils jouissant dans la bouche de son serviteur dont il torturait son corps de ses doigts, ce corps qu’il avait possédé bien des fois, le maltraitant un peu. Le serviteur fut congédié, Fulangxi se rhabilla et une dispute éclata. Quoique pouvait dire son paternel, il ne considérait pas apporter la honte à sa famille, allant jusqu’à le traiter d’idiot et de couard de ne pas savoir profiter des réelles bonnes choses et aussi de ne pas secourir le Duc. A sa grande surprise, son père céda en lui disant de rejoindre alors son cousin, de rejoindre le reste de la famille. Il resta immobile, s’attendant à être renié, mais non, il fut pressé, les serviteurs appelés pour préparer son cheval. Il ne lui en fallut pas plus pour comprendre qu’un danger planait ici-même, et donc son paternel voulait se sacrifier ? Soit cela l’arrangeait en réalité. Il fit mine de ne pas comprendre, acceptant de prendre la fortune et les biens de son père, ne répondant pas à la promesse de se marier, donnant un coup de talon au cheval qui partit au galop….

Dix ans passèrent, Fulangxi avait bien fait de partir sans chercher à savoir, car une demi-heure après son départ, une troupe d’assassin de la famille Wei détruit la demeure de son père qui fut tué. Il avait retrouvé le cousin de son défunt paternel, son sang-froid à la nouvelle ayant été félicité. Alors que c’était principalement de l’indifférence. Maintenant, en bon noble combattant, il participait à la défense du Duc qui en avait bien besoin. La famille Li était saignée, et les attaques s’approchaient de plus en plus de celui au sommet. Mais plusieurs tentatives échouèrent, grâce à Fulangxi, mais combien de temps encore réussirait-il à comprendre et déjouer les plans de l’ennemi, Zhao… Il espérait qu’une année passerait encore, le Duc ayant un projet pouvant renverser la situation, mais le printemps leur fut néfaste. Cette fois, Zhao envoya juste après le début de cette saison fleuri ses meilleurs hommes, et le chef de la famille Li tomba. Le rouquin fut capturé, se voyant déjà mort. Mais son physique si différent des chinois attira l’attention de celui qui commandait les assassins ainsi que de ses hommes. Cet homme… il lui avait brisé le poignet si facilement, avec une force incroyable. Fulangxi pensa un instant avoir droit à de la clémence, mais il se trompait lourdement. Son corps était convoité, mais il refusait de le donner au chef ou aux autres dont l’expression lui déplaisait. Des coups, il ne devenait pas pour autant docile, et les assassins montrèrent leurs vraies natures, hommes aussi cruels que leur chef vampire. En une nuit, il connut une plus grande cruauté que ce qu’il avait pu faire à ses amants, et il perdit son humanité, échappant à la mort que par le bon vouloir du chef des assassins. Il existait toujours,renfermé au plus profond de son âme mais son cœur était mort et la bête se lia à ce dernier.

Fulangxi était devenu un vampire, celui qui l’avait transformé lui expliquant ce qu’il était maintenant, car, il ne connaissait pas les légendes sur ces créatures de la nuit. Il l’écouta, mais il avait tant envie de le tuer pour ce qu’il lui avait fait, d’avoir pris tant de plaisir dans sa souffrance, même si c'était grâce à lui qu'elle existait, la bête voulait détruire celui qui prétendait lui être supérieure. C’était LUI qui prenait plaisir à torturer les autres. Et cette nuit, il en avait appris des choses… les subissant. Il se montra dédaigneux envers le vampire qui regrettait d’avoir cédé à cette chose vivant en lui et de ne pas avoir retenu ses hommes, n’arrêtant pas de parler de la gêne de la survie d’un seul membre de la famille Li. Manipulateur, le rouquin fit celui qui était curieux, méfiant, mais sans avoir de mauvaises intentions en tête. Il apprit tout ce qu’il voulait savoir…. Les capacités des vampires, ce qui les blessait et pouvait les tuer. Il resta allongé sur le sol, laissant l’homme l’approcher, prétextant vouloir soulager un peu son corps, ne le voyant donc pas se saisir d’un pied d’une table brisé, le bout pointu à souhait. Des mots caressaient ses oreilles. Il n’aurait pas d’autre choix que d’être la propriété de cet homme ? Tout cela pour ne pas avoir à mourir de ses mains ? Il ne voulait pas mourir, et il avait un tout autre choix plus plaisant. Il était certes plus jeune, mais tuer ne le dérangeait en rien, ni de profiter de la déconcentration de l’assassin pour enfoncer ce pieu de bois improvisé en plein dans son cœur. Les autres assassins, humains, ne firent pas le poids face à lui assoiffé, hurlant à la vengeance et cédant à la bête. Il passa deux jours dans la demeure sans dessus dessous, se cachant du soleil, attendant que son corps soit rétabli pour partir au plus vite, ne voulant pas qu’on le découvre…

C’est ainsi que Fulangxi voyageait de nuit se nourrissant, s’arrêtant à l’aube et se cachant du soleil. Tout d’abord seul et laissé à lui-même, il avait bien du mal avec la bête. Mais peu à peu, il se rendit compte qu’elle lui ressemblait… et ils trouvèrent tous deux un même désir, de la luxure et du sang frais à profusion. Et quoi de mieux que d’aller là où la guerre éclatait. C’était lors de ces grands bains de sang qu’il avait ce qu’il voulait. Il se faisait enrôler dans une armée, combattait, et se satisfaisait d’ennemis, de subalternes ou d’égarés dans tous les sens du terme. Ainsi, la découverte de soldats morts après avoir été torturés, violés et vidés de leur sang n’attirait pas trop l’attention. Il restait ainsi dans les pays où il y avait les guerres, trouvant toujours de bonnes excuses de ne jamais sortir le jour. Il traversa l’Asie de l’Ouest, le Nord de l’Afrique, pour arriver en Europe qui était au final la plus prometteuse. Bien des siècles étaient passés… Il avait acquis des connaissances de tant de pays, tant trahis, tant torturés, tant tués… Mais cela ne l’atteignait pas, au contraire, il aimait cette vie, avec des moments de calmes, et des moments de tempêtes. Il ne faisait plus qu’un avec la bête, qui le rendait bien plus terrible qu’à l’origine. Il trouvait toujours de nouvelles victimes, mais ces dernières n’avaient aucune combativité, aucune résistance. C’était décevant… Heureusement, ne pas abuser deux nuits d’une même victime lui évitait de se lasser pour le moment. Il avait rencontré quelques vampires, mais il s’agissait là de nomades comme lui, et il ne lia pas réellement de contact.

Il s’arrêta un moment en Allemagne, puis en Angleterre avant d’arriver en Irlande où il découvrit quelque chose de nouveau. Dans ce pays, les vampires étaient plus nombreux et surtout se côtoyaient, ne vivant pas chacun de leur côté. Ils avaient même un Roi. Curieux, il s’intéressa à leur mode de vie, restant plus longtemps qu’il ne le pensait. Bien que pour certains sa fâcheuse habitude de s’abreuver de la totalité du sang des humains lui servant de nourriture dérangeaient, il fut accepté parmi eux. Logeant chez un des proches du Roi, il adopta une nouvelle identité pour bien mieux se mélanger à eux, car cette vie différente lui plaisait. Maintenant, il était William Clancy, son véritable nom étant inconnu de beaucoup. Il s’épanouit en quelque sort, se sociabilisant, toujours aussi cruel avec les humains, moins avec ses semblables, se débauchant entre vampires lors de soirées fort plaisantes. Il apporta tant de connaissances, avec un tel charisme qu’il se fit rapidement sa place « au soleil » dans ce monde. D’autres vampires adoptèrent son comportement et le taux de mortalité augmenta en Irlande. Pourtant, il cherchait quelque chose maintenant… Il était lassé de ces humains pleurnichant sans rien dans le ventre pour pimenter les choses. Trouverait-il un humain dont le sang et son comportement lui donnerait envie de s’amuser plein de fois avec lui ? Il se posait bien souvent la question…. Un peu frustré à cause de cela, il participait de plus en plus aux soirées où ils s’amusaient entre vampires, les jeunes obéissant aux anciens influents dont il faisait parti. C’est ainsi qu’il rencontra Andrew O’Neill, si jeune comparé à lui, qui démontra avoir le même avis que lui sur les humains, être si insignifiants. Il s’amusa avec ce dernier, s’en prenant à un plus jeune, mais ne cachant pas cette lueur dans ses yeux reflétant son envie de goûter au brun. Et il eut droit à ce qu’il voulait, certes un peu brutal, mais à ses yeux, il était doux comparé à son habitude, n’ayant pas eu de mal à comprendre que c’était la première fois de son semblable. De cela naquit une amitié entre ces deux vampires. L’un aimant les humains esclaves, lui qui cherchait encore un ou plusieurs humais pouvant lui plaire, mais il était indéniablement difficile, tuant toujours ces victimes qui ne démontraient aucun intérêt.

La vie suivait son cours pour William, ne se cachant pas des humains les estimant aussi inoffensifs que des moucherons. Mais cela se révéla être une erreur, car ces mortels se rebellèrent et les vampires furent décimés, ils n’étaient plus que trois survivants. Comprenant l’imprudence dont ils avaient faits preuve, la discrétion fut de mise mais il fallait aussi reconstruire leur peuple. Lui qui n’avait jamais transformé qui que ce soit, n’ayant pas vu d’intérêt, il commença à le faire, deux-trois nouveaux vampires qu’il abandonnait à leur destin après les avoir informés de ce qui était à savoir. Les nouveaux vampires transformèrent d’autres humains et ainsi leurs rangs reprenaient forme. La communauté fut créer et il y avait une place fort importante avec Andrew et les vampires les plus âgés ayant fait leurs preuves. Le passé reprit vie avec quelques modifications pour éviter des ennuis avec les humains, tout comme l’usage d’un sacrifice d’humain tous les six mois, une potion crée leur faisant ainsi oublier bien des choses. Seulement, il s’en retrouvait encore frustré, ne pouvant se permettre de tuer ses victimes à chaque fois. Et il en venait à conclure qu’il était trop difficile pour apprécier une seule personne pendant un temps… Il pensait plus alors à surveiller l’évolution des choses dans l’optique de voir avec ses amis quand ils pourraient soumettre à leur domination totale les humains.

Pourtant, une rencontre tant attendue arriva enfin. Il se promenait un soir dans une petite ville pour sentir une odeur fort alléchante. Un brun aux cheveux longs accompagné d’un homme bien plus vieux se rendait dans un bar de bonne réputation. Il les suivit, entrant dans cette maison chaleureuse, ne portant d’attention qu’à cet humain, un noble sans le moindre doute au vu de son allure et de sa prestance. Ce brun dégageait quelque chose d’intéressant. Il profita de le voir seul pour s’approcher de lui, engageant une conversation anodine et il fut surpris de voir l’humain commencer certaines paroles et des regards sous-entendant l’intérêt que celui-ci lui portait. Le dénommé Erwan O’Lean l’amusa et il entra dans ce jeu où ils usaient de leurs charmes mais qui fut coupé court quand l’humain s’éclipsa, comme si de rien était alors que celui qui était vraisemblablement son père l’appela. Il se sentit bien plus frustré et il ne comptait pas perdre vue le brun qui serait une victime au sang délicieux au minimum. Discrètement, il suivit la calèche pour se trouver au manoir de la famille O’Lean. Il se cacha derrière les arbres, surveillant les activités dans la demeure pour apercevoir alors Erwan sortir dehors, se montrant à ce dernier qui lui suivit après un moment de méfiance. Il prétexta vouloir lui parler et le brun, peu désireux qu’on les aperçoive proposa d’aller dans la remise du jardinier. Quelques mots et il plaqua l’humain contre un mur, dévoilant ses canines et son intention de le mordre. Mais ce fut lui que la surprise envahit devant le calme du brun, comme si celui-ci connaissait l’existence des vampires. Lui qui n’avait eu qu’à des cris, des pleurs ne put que s’en trouver qu’encore plus intéressé… Et cet humain l’était tout autant, l’éternité avait un attrait pour lui… et il la gagna, subissant sa passion toute une nuit où il transforma cet humain… qui se révélait un amant délicieux, un corps appelant à la débauche. Cachant son véritable lui, il le laissa d’abord retourner quelques jours à sa vie « normale », l’instruisant et prenant son corps les nuits où il le suivait pour se nourrir… Plus il le savourait, plus il avait envie de lui d’une façon bien plus cruelle, ressentant bien que le brun ne serait pas docile… Et il profita alors que les parents d’Erwan soient capturés pour le sacrifice dans trois mois, devenus gênant, pour prétexter offrir son soutien à ce dernier plus réticent à le côtoyer à cause de sa brutalité. Mais la communauté ne lui laissa pas le choix évidemment sous son influence….

William eut ainsi entre ses griffes ce brun, qui était la personne qu’il recherchait tant pour apporter du piment dans sa vie. Et quel piment ! La résistance de ce jeune vampire qui n’abandonnait jamais la lutte était des plus plaisantes, comme cette manie de ce dernier de vouloir rester silencieux, ce qui le motivait à le posséder encore plus violemment pour le faire crier. Il avait enfin quelqu’un qui le satisfaisait vraiment, qu’il voulait détruire psychologiquement, le marquer à vie, c’était sa façon de montrer son drôle d’attachement. Il n’était pas du genre à être amoureux, mais on pouvait dire qu’il exprimait son amour ainsi, en dominant totalement. Chaque nuit, il ne laissait pas souffler Erwan, mais bientôt, suite au fait que ce dernier ait réussit à le frapper, il trouva de quoi encore plus le blesser. Il savait le brun fier, et il l’amena comme divertissement lors de soirées de débauche où il invitait ses amis à profiter du jeune vampire, seul grand soumis de la nuit. Un écart d’Erwan et il lui infligeait à nouveau cette souffrance. Les mois passèrent, appréciant de voir comment son jouet était devenu réputé et rendait certaines connaissances envieuses de lui. Le sacrifice des parents d’Erwan arriva… et là, il fut surpris de voir ce dernier perdre le contrôle face à la bête. Cela faisait longtemps, et il eut un sourire mauvais quand la bête, après avoir blessé d’autres vampires voulut lui sauter dessus mais fut stoppée par ses amis. Il décida d’une punition exemplaire pour le brun ayant repris le contrôle, où il laissait alors les autres vampires profiter du corps de son jouet, les autorisant à le blesser, mais sans que cela ne laisse de trace. Il y revit alors Andrew, l’invitant à se joindre à eux, participant aussi, possédant seul ou avec un autre son jouet qui hurlait si bien….

William ramena alors un Erwan inconscient, comme souvent après certaines soirées, mais qui ne se rappelait de rien de cette nuit le lendemain, bien qu’il dût laisser son corps se remettre, attendant bien plusieurs jours avant de le toucher en pouvant en profiter autant qu’il voulait. Un quotidien plaisant qui dura plus de deux ans, jusqu’à ce qu’une nouvelle idée ne lui traverse l’esprit. Regardant le brun attaché à la tête du lit, endormi à côté de lui, il se demandait comment il évoluerait sans lui pendant un moment, et quelle serait sa souffrance de se retrouver entre ses mains après la liberté. Il informa alors la communauté qu’il irait voir les autres groupes de vampire se formant en Europe, ce qui pouvait leur donner une idée de leurs prochains actes. C’est ainsi qu’il délaissa Erwan, bien que lui laissant un autre souvenir détestable, lui faisant découvrir la souffrance d’être posséder sans être le moins du monde excité, l’eau glacée se montrant fort utile pour cela. Il garda le contact avec Andrew, communiquant par lettre par ce dernier. Il commença par l’Espagne, l’Italie, pour remonter jusqu’à l’Allemagne. C’est comme cela qu’il resta quelques années dans chaque groupe de vampire, se faisant des amis et des ennemis, mais se faisant connaître. Il appréciait de savoir ce qui se passait en Irlande, rien d’alarmant en tout cas, continuant sa route pour décider d’aller en France lors d’un moment de trouble, la Révolution... Il en profita pour sucer le sang de ses victimes jusqu’à la dernière goutte. Seulement, cela ne pouvait durer, il apprenait que son cher préféré embêtait un peu plus les anciens vampires.

C’est ainsi que William revint après un passage plus court en Angleterre. Son retour fut gardé secret, connu juste des anciens vampires l’ayant appelé à l’aide. Il apprit alors la nouvelle situation. Une école où vampires et humains cohabiteraient avec respect… Qu’est-ce que c’était que cette idiotie ? La liberté avait fait perdre la tête à son jouet qui n’était pas si faible que cela. Il aurait pensé ce dernier s’éloigner plutôt que de chercher à s’affirmer. Il était temps qu’il revienne, et il accepta alors de se rendre à l’école, en tant que professeur de tir. Il pourrait ainsi influencer par ses principes les nouveaux vampires élèves à Istravel. Seul Andrew fut informé de cela, préférant laisser la surprise au Directeur qu’il avait hâte de revoir…. Hors de question de cohabiter avec les humains, ces derniers n’étaient faits que pour les servir.
Avatar de l’utilisateur
William Clancy
Général
 
Messages: 23
Inscription: Sam 10 Jan 2009 17:54
Age du perso: 1725 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Armée
Ame soeur: Erwan?*se fait tuer*

Re: William Clancy

Messagede William Clancy le Dim 7 Juin 2009 18:01

Nom : Clancy

Prénom : William

Humain ou vampire : Vampire

Epoque : 1800/2100 (vampire)

Position : Armée, puis qu’il dirige ceux sur place XD

Age : 28 ans d’apparence – 1725 ans en réalité

Sexualité : Homo et seme en puissance

Métiers : Général




Nouveautés physiques :Quelques kilos en plus, une allure plus athlétique, il paraît encore plus impressionnant. Pour le reste, il n’a pas changé, sauf sa peau légèrement moins pâle. Par contre, aux niveaux habits, il adore porter son uniforme noire de général, lui allant à ravir, et il ne le quitte que rarement. En dehors, ces habits sont collants, parfois en cuir. Il aime se mettre en valeur. Il a su imposer sa longue chevelure rouquine, ne la coupant pas et la tressant soigneusement pour la coincer au besoin sous sa casquette de général.


Changement psychologique : William tolère « mieux » les humains, mais disons que si l’un d’eux l’agace, il montre rapidement les dents, et se retient de remettre à sa place de nourriture l’humain quand son statut de général est en jeu. Autant dire que les humains sous ses ordres auront de quoi trinquer avec une autorité abusive avec lui. Sinon, il n’a pas changé, jouant toujours aussi bien des apparences à son avantage. Même, il accepte un peu plus de baisser l’échine pour obtenir ce qu’il désire par la suite.


Résumé de sa vie de 1800 à maintenant : Oh grand bonheur, il avait planifié l’enlèvement d’Erwan en profitant de l’absence de son garde du corps, et en l’éloignant de son Caïn adoré. Tout aurait bien pu marcher si un étrange orage n’avait pas éclaté au-dessus du lac alors que lui et ses sbires attendaient en embuscade Erwan dans la grotte où ce dernier se rendait pour une soi-disante réunion (fausse bien sûr). Mais jamais le brun fut vu à nouveau, disparu sans la moindre explication. Ceci ne manqua pas de frustrer d’autant plus le rouquin qui s’acharna l’air de rien contre Caïn, cherchant à tout prix à le blesser psychologiquement en sous-entendant un abandon volontaire de la part d’Erwan. Peu à peu, une sorte de mini-guerre s’installa entre eux et les suivit durant tout ce temps où tout deux restèrent en Irlande. Il restait influent auprès des vampires suivant ces idéaux, maintenant que la communauté n’est plus. Il entra dans l’armée, pour assouvir un besoin de plus d’influence et d’autorité sur les autres. Tout en étant un général au physique marginal, il s’imposa avec une facilité déconcertante, se faisant craindre. Il entendit alors parler d’un projet de l’armée et de scientifique de créer un vortex spatio-temporelle pour l’adapter en prévision d’une arme puissante. Il accepta volontiers de s’en charger, étant un témoin de la création du vortex et le premier à comprendre… le pourquoi des nombreux orages et disparitions en 1800… La majorité des disparus avaient dû être capturés par le vortex et… aller donc réapparaître en 2100… Quelle joie se fut pour lui de se dire que son obsession toujours inégalée aller remontrer son bout de nez… Il tenta de garder cela secret mais étrangement, Caïn, menant un groupe de rebelles s’opposant à ses manœuvres et celles de l’armée, l’apprit. Maintenant, il est lancé dan deux courses, celle de récupérer en premier Erwan et celle de faire contrôler le vortex par ses équipes de scientifiques.
Avatar de l’utilisateur
William Clancy
Général
 
Messages: 23
Inscription: Sam 10 Jan 2009 17:54
Age du perso: 1725 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Armée
Ame soeur: Erwan?*se fait tuer*

Re: William Clancy

Messagede Caïn Hargreaves le Lun 8 Juin 2009 06:46

Nouvelle fiche Validée ^^
Avatar de l’utilisateur
Caïn Hargreaves
Chef des rebelles
 
Messages: 269
Inscription: Jeu 26 Juin 2008 23:26
Age du perso: 18 ans (318 ans)
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Erwanchouuuuu


Retourner vers Laboratoire (scientifique, personnel et armée)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité





cron