Zahran Geary

Zahran Geary

Messagede Zahran Geary le Dim 7 Juin 2009 19:40

¤~Généralités~¤

Nom : Geary

Prénom : Zahran

Humain ou vampire : Humain

Epoque : 2100

Position : Rebelle

Age : 28 ans

Nationalité : Irlandaise (par son pôpa)

Sexualité : Bi et ambi, mais ça… faut qu’il l’accepte.

Métiers : Chef d’équipe scientifique



¤~Descriptions du personnage~¤

Description physique :

Zahran se fait remarquer ne serait-ce que par son physique. Ses cheveux sont d’un ébène lumineux, longs et dégradés en une coiffure plutôt désordonnée. Il aime glisser ses doigts dedans, histoire d’ébouriffer un peu plus sa chevelure, mais aussi par fierté. Ses cheveux ne lui demandent pas un entretien particulier et il se contente de quelques coups de brosses, mais gare à vous si vous y touchez sans avoir eu l’autorisation. Sa peau montre d’elle-même qu’il n’est pas du tout un irlandais de pure souche, puisqu’il est métis, bronzé un peu plus que la normale mais dans une teinte ambrée foncée donnant l’impression que le contact promet d’être des plus brûlant. Son visage est dur, des traits assez anguleux, un nez droit et long surplombant des lèvres foncées et étirées. Mais ce qui lui donne cette dureté, c’est son regard, ses yeux sont d’un gris clair très perçant, surmontés de cils noirs amplifiant leur contour et de sourcils fins se fronçant à souhait. Quant à sa silhouette, elle ressemble bien plus à celle d’un soldat qu’à un scientifique. Il a des muscles bien entretenus et se voyant fort bien sous ses hauts, il vaut mieux aimer les hommes baraqués avec lui et non la finesse. Il est grand, dominant la majorité du monde autour de lui du haut de son 1m97. En somme, il n’a pas le physique qui plait à tout le monde, mais dans son genre, il a l’avantage de ne pas finir avec la boule à zéro.
Pour ce qui est de ses vêtements, et oui, il n’est pas adepte du nudisme en dehors de chez lui…. Enfin, bref il porte des vêtements plutôt près du corps et d’un genre parfaitement rebelle, n’ayant pas changé depuis son adolescence à ce niveau-là. Il apprécie donc particulièrement le noir, de quoi le rendre plutôt ténébreux. Il ne supporte pas par contre les chemises et les costumes, et lors de moments importants, il arrive à se présenter dans son style avec classe, se moquant de son manque d’effort pour entrer dans une apparence classique. Il en fait déjà ailleurs, il ne faut pas trop en demander ! Rien que la blouse blanche classique de scientifique bien étouffante lors de l’été… quel calvaire ! Il ne la boutonne pas d’ailleurs jusqu’en haut, comme il devrait le faire pourtant par sécurité…
En concordance avec ses goûts vestimentaires, Zahran a un magnifique tatouage autour du cou, celui d’un loup s’enroulant tout autour. Il en a un autre sur le haut de son bras gauche représentant un phénix féminin (phénix ). Il aime tout ce qui laisse une trace sur son corps, mais encore faut-il savoir que sous les tatouages se trouvent des cicatrices. C’est ainsi qu’il a plusieurs piercings. Un à son arcade droite, deux anneaux sur sa lèvre inférieure, une boule sur la langue, une autre sous la lèvre inférieure. Allez savoir pourquoi cette concentration de piercing au niveau de sa bouche… XD


Description psychologique :

Pour commencer, il y a des mots qui résument bien Zahran : insensible, surdoué, suicidaire, rebelle. Dans ce qui est plutôt positif, c’est qu’il a de très bonnes capacités intellectuelles en science, ce qui explique sa place actuelle au laboratoire. Il est donc fort bien capable de sérieux pour offrir un excellent travail. Il adore les responsabilités et accepte difficilement d’être pris en charge, des disputes éclatant souvent avec ses supérieurs militaires, oubliées à cause de ses capacités par la suite. Par contre, quand l’autorité vient de lui, il prend grand plaisir à faire que les autres prennent celle-ci dûment en compte. Il est ensuite quelqu’un qui sait ce qu’il veut, ce qu’il pense, qui connait ses principes et qui du coup se donne à 100%. C’est ainsi qu’il est un homme de confiance si vous faites bien sûr parti de son camp. Il est très doué pour infiltrer un endroit tout en respectant son tempérament, après tout, le naturel remonte rapidement au galop et ça peut être plus un avantage que la sensation de « faux ». Quand la vérité n’a aucune conséquence sur ses objectifs, il est franc, direct et manque même parfois de tact. Egalement, il fait parti des personnes qui n’hésiteront pas à donner leur vie pour les valeurs qu’ils estiment importantes.
Zahran est très insensible, pouvant supporter de voir des choses intolérables sans ciller et faire ce qu’il doit faire, ce qui est d’un certain côté une qualité, mais cela va bien plus loin. Il n’a pas de pitié, et ne s’attarde pas sur les sentiments, de l’amitié, du désir, de l’attirance, mais rien de plus, rien qui ne soit plus passionné en dehors du physique. Il resterait parfaitement de marbre devant un enfant en pleurs seul dont les parents sont morts dans un accident ou autres, mais son sens du devoir l’amènerait malgré tout à emmener là où il faut l’enfant, bien que ce soit sans apporter réconfort, juste une protection. Il est de plus susceptible et n’hésite pas à user peu à peu de violence pour faire comprendre son désaccord pour obtenir plus rapidement ce qu’il veut… De plus, c’est un libre étalon, il déteste avoir des attaches que lui-même n’a pas décidées de bon cœur, il partage donc sa vie avec personne, c’est bien plus simple. Bien sûr, il a des besoins d’hommes, n’étant pas différent à ce niveau-là et il éprouve aucune gêne à rendre visite à celles qui donnent du plaisir autant qu’il veut tant qu’il paye, et tout ça, sans chaînes se mettant en place. Plus jeune, il a connu de l’attirance pour le même sexe, mais il n’a jamais franchi le pas, ne l’acceptant pas vraiment, et arrivant à passer au-dessus de cela, ayant un comportement refroidissant toute ardeur d’un homme envers lui. Autrement, étant bien autoritaire, il se montre exigeant et met très souvent la pression sur ses subordonnées autant dire qu’il faut avoir les nerfs solides avec lui si la qualité du travail ne suit pas. La solitude ne lui pèse pas, il n’est pas asocial pouvant fort bien discuter au travail ou quand on l’accoste, il ne recherche simplement pas de liens, après tout, s’il venait à disparaître, il ne laisserait pas ainsi un grand vide derrière lui, bien qu’il aime l’idée d’être indispensable… et le faisant sentir professionnellement. C’est donc un fort caractère, pas vraiment agréable, mais il y a du résultat derrière.

Ce qu’il aime : Fumer (cigarettes ou joints), le danger, réussir, gagner, la solitude, la nuit, les femmes faciles, les sciences, la liberté, le cinéma, la bière, le volley, etc…

Ce qu’il n’aime pas : L’autorité gratuite, le système militaire, les trouillards, les fainéants, les hommes qui le draguent et l’attirent, les costumes, l’ennui, l’hôpital, faire les courses, etc….


¤~Histoire~¤ (20 lignes minimum)

Zahran est le fils d’un propriétaire de bar à Méalgan et d’une assistante de direction, qui a pris la relève de son époux décédé. Son père, Edward, est un irlandais comme il se doit, brun, les yeux gris vert, avec un accent prononcé, tandis que sa mère, Elisa, est originaire du Gabon, ayant grandi en France où elle rencontra son futur mari en voyage d’un an pour des études. Ce fut le coup de foudre, la jeune femme quitta même la France pour suivre l’irlandais dans son pays. Un an plus tard, ils se mariaient et deux ans après un petit brun s’ajoutait à la famille. Rapidement, Zahran se montra indépendant, s’occupant seul avec ses jouets sans demander quoique ce soit à ses parents un peu surpris, mais cela n’était rien comparé à ce qui s’ensuivit à l’école. Le petit Geary avait des facilités mais il n’obéissait pas et n’en faisait qu’à sa tête, se battant même parfois, et dire que ce n’était pas lui qui revenait avec des bleus mais ceux qui avaient réussis à atteindre sa patience. Très vite, ce comportement fut adopté par Zahran avec ses parents qui essayèrent tous les moyens de canaliser ce fort caractère mais ils abandonnèrent à force d’échec, après tout, le gamin n’en était pas à faire de grosses conneries, juste à s’opposer à l’autorité. C’est surtout qu’il était jeune….

Zahran entrait au primaire quand son père, réserve de l’armée, fut appeler en renfort, faisant qu’il se retrouva seul avec sa mère qui alternait entre le bar à tenir en l’absence de son époux et les problèmes à l’école. Le brun était brillant, mais il était un pur provocateur à l’égard de ses professeurs, un garnement qui déjà dirigeait un groupe « d’amis » qui suivait son comportement comme un exemple. Enfin, le Geary junior avait la qualité d’aider un minimum sa mère à la maison en contrepartie des nombreuses fois où celle-ci fut convoquée à l’école. Le quotidien fit sa place, jusqu’au jour où Elisa ne reçut plus aucune nouvelle de son époux. Cette dernière se tourmenta pendant un bon mois, délaissant son fils qui sut pourtant fort bien se débrouiller seul un minimum, mais démontrant un certain mépris envers sa mère… qu’il n’alla pas soutenir quand elle ouvrit un courrier de l’armée annonçant la mort de son père. Zahran resta de glace, ayant juste une moue chagrinée pendant quelques jours sans rien dire, mais après tout, c’était la faute de son père qui n’avait pas su être à la hauteur pour sa mission et qui n’avait pas pensé à ceux qu’il avait gardé si proche de lui… Oui, c’était de sa faute si sa mère devenait une fainéante ne cherchant pas à faire mieux que de tenir le bar de son défunt époux. Cette faible…

C’est ainsi qu’Elisa supporta son fils sans réussir à le canaliser, le brun prenant peu à peu la place de son père, et il arriva à l’âge de 15 ans où il dirigeait tout ce qui le concernait à la maison, les avis de sa mère n’ayant plus aucune valeur à ses yeux. Il entra au lycée Istravel pour suivre un enseignement scientifique de qualité. Là encore, ses notes et examens étaient brillants, mais les commentaires sur son comportement étaient à la majorité catastrophiques en dehors d’un ou deux professeurs vantant le mérite de son fort caractère. Il imposa tout à sa mère de plus en plus effacée, petites amies nombreuses et multiples à la maison, drogue, combat, gang et hôpital. Et oui, lors de ses 18 ans, Zahran n’hésitait pas à se lier d’amitiés à d’autres jeunes faisant partis de gang, pour un peu de piment en dehors des retenues et bannissements temporaires. Il fallait dire que ces résultats étaient tels que jamais les professeurs n’avaient désirés le bannir pour de bon, même si leurs nerfs en pâtissaient après. Enfin, tout cela l’amena à finir une fois à l’hôpital à cause d’un coup de couteau bien placé au cou et fort heureusement non mortel grâce à une intervention rapide. Ce fut le début du réveil de sa mère apeurée que son fils, laissé de côté par elle, puisse disparaître comme son père. Elle alla jusqu’à le sermonner de ne pas aller s’inscrire dans l’armée, et le brun la regarda ce jour-ci comme un ovni, à moitié dans les vapes avec le traitement en perfusion. Lui à l’armée ? Il fallait être tombé sur la tête pour croire qu’il supporterait un système auquel il s’opposait déjà à cet âge… C’est ainsi que la présence maternelle se fit plus ressentir et plus chiante au point que Zahran commença à s’assagir, même si l’âge y jouait aussi beaucoup.

Le jeune étudiant, maintenant âgé de 20 ans, connut un bon tournant dans sa vie pour laisser de côté ses amitiés trop dangereuses. Il aura fallu qu’il reçoit une balle perdue dans le bras, ayant eut la chance de bouger à cet instant, sinon, c’était le cœur… Et là, il n’avait pas cherché à se battre, il était avec un de ses potes au mauvais moment et au mauvais endroit, c’est tout. Même si frôler la mort se révéler excitant comme pas deux, il n’avait pas envie de quitter ce monde, sentant qu’il avait encore bien des choses à faire. D’ailleurs ses études étaient prometteuses pour ses études, déjà repéré par un de ses professeurs travaillant à mi-temps avec un laboratoire. Il continua tranquillement sa vie d’étudiant, commençant un sport, le volley, où il avait de quoi se défouler sans trop de violence. Cependant, malgré une amélioration avec sa mère, ces derniers s’éloignèrent à nouveau quand celle-ci se laissa convaincre par une amie récente de partir de l’autre côté de l’atlantique, le brun ne voyant absolument rien d’intéressant et pas mal de choses repoussantes aux Etats-Unis. Il prit alors les devants, s’installant à son compte, grâce à des boulots au laboratoire de son cher professeur qui lui rapportait un peu d’argent. C’est à cet endroit qu’il fut confronté pour la première fois à une attirance envers la gente masculine. Un autre employé temporaire un peu plus âgé que lui comme assistant qui se montrait fort sympathique et avec des mimiques… alléchantes qui créèrent dans son esprit des images que jamais il n’aurait cru avoir. Et ce qui le bloqua, c’était le fait que ce soit un homme et que ce dernier se mette à le draguer une fois que son trouble fut découvert. Non, vraiment…. Il n’était pas une « tapette », à être attiré par les hommes, pas possible…

Ce sont ces pensées qui font qu’il n’a jamais écouté cette attirance, ayant aussi abandonné les petites amies bien trop chiantes avec leurs illusions, pour les professionnelles de rues qui se montrent bien moins collante, et d’excellents coup d’un soir, mais coûteux, ce qui ne le dérangea pas quand il finit son master pour avoir droit à une proposition de job pour des recherches importantes vu ce que lui dit le professeur maintenant chef d’équipe qui commençait à travailler avec l’armée. Et si Zahran a accepté, c’était bien en effet que c’était du bon projet lourd en béton et prometteur. Il arriva ainsi dans une équipe de scientifiques qui se trouvaient devant un vortex spatio-temporel que leurs prédécesseurs (virés pour leur erreur en terme de contrôle) ont réussis à créer. Tout d’abord, il fut passionné et « docile » mais quand il découvrit l’accueil subit par les personnes de 1800 avec en plus des informations données très ciblées pour qu’elles soutiennent l’armée… il tiqua. Il commença à vouloir entrer dans le service pour les aider un peu mieux, gardant contact avec certains une fois libre pour leur parler de ce qu’était en vrai le monde et ce vortex… C’est ainsi qu’il rencontra un jour un dénommé Caïn qui connaissait un de ses protégés. Un peu plus tard, il connaissait bien ce brun mystérieux, recherché par l’armée et chef de rebelles cherchant à récupérer les victimes du vortex. Oh il fut de suite séduit, surtout qu’il retrouvait bien là une occasion d’action, tout en aidant. Il rejoignit ainsi le groupe rebelle, se faisant des plus discrets, servant d’espion aux laboratoires apportant les nouvelles sur les avancées des recherches, ce qu’il peut entendre des projets de l’armée mais aussi servir d’homme déjà dans la base au besoin. Jamais il n’ait vu avec des rebelles, il ne rencontre que des personnes normales en ville avec qui il discute en toute intimité, vive les déguisements réussis d’époque…
Avatar de l’utilisateur
Zahran Geary
 
Messages: 18
Inscription: Dim 7 Juin 2009 18:05

Re: Zahran Geary

Messagede Caïn Hargreaves le Lun 8 Juin 2009 06:43

Personnage très intéressant ^^

Fiche validée bien sur.

Bon jeu parmi nous ^^
Avatar de l’utilisateur
Caïn Hargreaves
Chef des rebelles
 
Messages: 269
Inscription: Jeu 26 Juin 2008 23:26
Age du perso: 18 ans (318 ans)
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Erwanchouuuuu


Retourner vers Laboratoire (scientifique, personnel et armée)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité





cron