Mauvaise nouvelle (PV Caïn/Jun)

Mauvaise nouvelle (PV Caïn/Jun)

Messagede Zahran Geary le Dim 28 Juin 2009 10:54

Zahran se moquait des regards de certaines personnes sur son passage alors qu’il zigzaguait entre eux, entre la marche rapide et la course, ne tenant pas non plus à trop attirer l’attention sur lui, malgré l’urgence. Il devait tenir au courant le Chef si jamais il voyait un homme en particulier… C’était le cas et il avait fort bien pu deviner le pourquoi de l’urgence… Il poussa la porte pour de suite poser ses yeux sur les gens présents et il se dirigea tranquillement vers le fond, une table à l’abri des regards où il reconnut la silhouette de l’homme le plus recherché mais sachant passer inaperçu. Il alla s’asseoir à ses côtés, un peu essoufflé, pour ne pas tarder à parler très faiblement, mais il savait que Caïn pouvait parfaitement l’entendre, celui-ci étant un vampire.

"Clancy a amené l’homme que vous recherchez dans son refuge… Le vortex s’est manifesté il y a deux heures… Il a intensifié la présence militaire à tous les étages sauf le sien… J’ai cru comprendre que seuls ses proches sont au dernier étage…"

De quel homme parle-t-il ? Et bien d’un homme aux cheveux bruns et longs, les yeux rouges, répondant au nom d’Erwan. Pour mieux comprendre, il faut revenir en arrière dans la fin de nuit précédent cette heure matinale où déjà du monde se permettait un bon thé avant le travail….
Vers six heures du matin, il a été appelé pour venir d’urgence au laboratoire, c’était son tour d’être présent en cas de manifestation du vortex, des analyses permettant de sentir celui-ci s’ouvrir une dizaine de minute avant sa matérialisation au lac d’Istravel. Il était donc très tôt présent au laboratoire pour effectuer les analyses, sans réussir à découvrir encore l’indice qui permettrait de commencer une ébauche de contrôle du phénomène. Il passa ainsi un long moment dans des calculs interminables et sans fin, mais il aimait ça, aussi étrange que ça peut le paraître. Il entendit à un moment le bruit des voitures de l’armée de retour, grâce à une fenêtre, et il décida de faire une pause, sachant parfaitement à quel distributeur de café allait pour apercevoir le groupe qui revenait avec nul autre que le général Clancy à leur tête. Cela arrivait parfois mais il se concentra sur toutes les personnes présentes en faisant tourner sa cuillère dans son gobelet. Mouvement qu’il arrêta quand il distingua bien mieux l’homme qu’entraînait le général qui l’avait menotté à lui. Autant dire qu’il se fit davantage attentif, levant le gobelet jusqu’à ses lèvres et il but une gorgée sans réaction alors qu’il put entendre clairement le général appeler l’homme se débattant et choqué « Erwan ». Si ce n’était pas une confirmation ça. Il allait falloir qu’il trouve le moyen de s’en aller au plus vite d’ici pour avertir Caïn. Mais là, il ne pouvait pas quitter son poste sans terminer au moins une analyse.

Zahran jeta son gobelet pour tourner à nouveau les yeux vers le général et son captif, ayant une grimace en voyant celui-ci trop proche de l’autre, mécontent du chemin d’une de ses mains là. Cela suffisait à faire comprendre un possible calvaire du prisonnier, même si le général ne le montrait pas ouvertement comme cela d’habitude. Il avait eut juste quelques échos de certains « dérapages ». C’est ainsi qu’il se dépêcha de retourner a laboratoire, pressant ses assistants en un semblant de mauvaise humeur, réussissant à terminer son rapport de la manifestation du vortex cette nuit qu’il décida d’apporter aux militaires de lui-même. Seulement, pas d’officier et il fut amené à celui surveillant l’arrivée de l’ascenseur au dernier étage avec quatre militaire en escorte, il ne risquait pas de pouvoir faire quoique ce soit. Il regarda rapidement les lieux, tendant le rapport à l’officier en même temps qu’un cri se fit entendre. Il resta de glace alors qu’il sentit plusieurs regards sur lui et il parla d’une voix indifférente.


"Ce que vous faîtes ici, ne me regarde pas, je n’ai donc rien entendu."

Un silence plana avant qu’on l’autorise à prendre congé, retournant dans l’ascenseur alors qu’un autre cri se faisait entendre. Taré de général… Il ignorait des détails, mais il avait l’intelligence pour comprendre un minimum de choses qui l’amenèrent à ne pas repasser par le laboratoire et sortir de suite prendre sa voiture pour aller au centre ville, se garant dès qu’il y avait des bouchons. Pas de perte de temps, il était à peine à cinq minutes à pieds du salon de thé… Blouse enlevé, il avait tout d'un gothique, avec pantalon noir moulant et haut noir avec un signe étrange dessus, et ses piercings.

Maintenant, il était assis à côté de Caïn à qui il venait de résumer ce qui s’était passé ce matin, pour enchaîner rapidement, devinant bien que ce dernier n’allait pas rester sans rien faire, les bras croisés.


"Que comptez-vous faire ?"
Avatar de l’utilisateur
Zahran Geary
 
Messages: 18
Inscription: Dim 7 Juin 2009 18:05

Re: Mauvaise nouvelle (PV Caïn/Jun)

Messagede Caïn Hargreaves le Sam 4 Juil 2009 17:51

[hrp : en rouge parole de Jun et en violet parole de Caïn ^^]

Assit dans un coin de la salle, Caïn buvait tranquillement son thé. Comme d'habitude, il n'arrivait pas à rester terrer dans le QG des rebelles et comme d'habitude le vampire le plus recherché savait se montrer des plus discrets, se mêlant à ceux venant boire un coup avant d'aller travailler. Le jeune élève avait bien changé, il était maintenant sur de lui et ne craignait plus en rien le monde tout autour. Aujourd'hui il avait opté pour une tenue des plus sombres et plutôt à la mode : un pantalon noir et des bottes à sangles un brin gothique, le tout surmonté d'un haut sans manche près du corps. Autour de son cou pendait un pendentif en acier représentant le tatouage qu'avait Erwan à l'épaule… une manière de se souvenir de lui chaque jour.

Son regard mordoré balaya la salle et il salua discrètement de la tête Jun qui servait un client du salon de thé. Il n'attendait pas forcement un rapport de ses espions, mais chacun d'entre eux savait pertinemment où le trouver à cette heure de la journée. Alors quand il vit Zahran se diriger vers lui d'un pas vif il se figea, reposant la tasse qu'il allait porter à ses lèvres. Son regard s'obscurcit à ses paroles, serrant de plus en plus fort la tasse qu'il tenait puis quand le récit du brun évoquèrent les cris, cette dernière se brisa en mille morceaux, broyé par la poigne de fer du chef des rebelles. William avait été plus rapide que lui, et alors que la nouvelle du retour d'Erwan aurait du lui procurer une joie sans borne, une colère et une haine sourde coula dans ses veines. Il aurait pourtant du s'y attendre… Le laboratoire était doté de plus de technologie que son équipe et il n'était pas rare qu'ils se fassent devancer par eux, mais il pensait réellement que d'intensifier les rondes près du lac jouerai en leur faveur.

Le picotement provoqué par les coupures que venait de provoquer la tasse sur sa main attira son attention et il regarda le sang couler entre ses phalanges comme s'il ne s'agissait de rien de bien important. Il releva les yeux quand Zahran lui demanda ce qu'il comptait faire et d'une voix neutre et pourtant glacial exprima ce qui brûlait au fond de lui, réponse impulsive dictée par son cœur…


"Le détruire une bonne fois pour toute…"


"Et te faire tuer par la même occasion… Ce n'est pas en perdant ton calme comme cela que tu arriveras à sortir Erwan de là… Allons dans mon bureau… nous y serons plus à l'aise pour parler… Et cesse de tacher ma belle nappe veux tu…"

La voix de Jun eut pour effet de calmer un instant la colère l'alimentant et alors que son regard s'était mêlé de noir à ses mots ce dernier avait complètement disparu quand il se leva en silence pour suivre Jun, faisant signe à Zahran de se joindre à eux. Il se faufila parmi les tables, telle une ombre cachant sa main ensanglantée dans sa serviette de table et pénétra derrière le rouquin dans un bureau richement décoré orné de sabres, éventails et autre babioles japonaise. Il laissa entré le brun et referma la porte derrière eux, jetant un œil à Jun qui mettait en marche un petit appareil capable de brouiller tout ce qui se dirait dans ce bureau. Vive la technologie ! Alors une fois sur que rien ne filtrerait et qu'il ne verrait pas débarquer l'armée dans les secondes qui suivaient, il se laissa emporter, perdant son calme. Cela devait d'ailleurs fort surprendre Zahran qui ne le connaissait très certainement pas ainsi, mais la nouvelle du retour d'Erwan le chamboulait tant !

"Que veux tu que je fasses d'autre Jun ? Je ne vais quand même pas laisser Erwan là bas sans rien faire ! Il faut que nous intervenions au plus vite !

Jun prit le temps de s'asseoir dans un fauteuil, tellement calme que cela pouvait en être troublant pour ceux ne le connaissant pas bien ou sachant l'importance qu'avait son ami Erwan pour lui. Il fit signe au jeune humain de s'asseoir lui aussi et plongea un instant son regard rubis dans celui de Caïn avant de lui répondre.

"Il va te falloir un plan qui tienne la route et je ne pense pas qu'œuvrer en plein jour soit une bonne idée à moins que tu veuilles qu'Erwan se transforme en torche humaine… n'oublie pas qu'il n'est pas comme nous et qu'il va lui falloir du temps pour le devenir."

Caïn serra les poings et toujours en proie à sa colère cria presque ces mots :

"Tu suggères donc que je le laisse entre les griffes de ce taré toute la journée ??? Serais tu devenu fou !?"

Jun leva les yeux au ciel tout en se disant que les personnes amoureuses, surtout quand elle n'avait pas vu leur aimé de 300 ans était décidement bien impulsive. Le chef des rebelles n'agissait pas ainsi et il allait vraiment falloir que le brun se reprenne s'il ne voulait pas se faire tuer au détour d'une ruelle, ou alors voir William savourer sa victoire sur lui. Il joignit ses doigts devant ses yeux et tout aussi calmement que précédemment, comme s'adressa à un enfant, il reprit la parole.

"Erwan n'est pas aussi fragile que tu le penses, il y survivra… il y a déjà survécu… et puis William ne le tuera pas et ça tu le sais très bien. Si nous nous précipitons là bas nous avons de forte chance de nous faire avoir et tu le sais. Alors fait moi plaisir. Réfléchit avec ta tête et non ton cœur, comme tu l'as fait ces dernières années… Sinon je ne donne pas cher de ta peau…"

Le jeune homme écarquilla les yeux devant ces paroles et tendit un doigt accusateur vers le rouquin.

"Il ne le tuera pas… certes… mais tu sais ce qu'il est en train de lui faire subir… Et tu voudrais que je reste de marbre… tu es complètement cinglé !"

Jun ne releva pas, attendant que ses mots fassent leur chemin dans la petite tête du comte et se contenta de regarder Caïn faire les cents pas devant lui. Voyant que la discussion ne reprenait pas encore, il se leva et alla chercher dans son frigo personnel des boissons fraiches, dont il en tendit une à Zahran. Le pauvre, il devait se demander comment allait se dérouler la suite… Il lui fit un petit sourire entendu, signifiant "ne t'inquiète pas, il va se reprendre et redevenir celui que tu connais" et se réinstalla dans son fauteuil savourant son thé glacé. Un soupir lui fit reposer son regard sur Caïn et il eut la satisfaction de voir que ce dernier avait su se reprendre, enfin du moins en apparence. Il semblait bien plus calme et ressemblait enfin à celui qu'il était devenu…

"Mais comme d'habitude, tu as raison… Cela fait 300 ans Jun, 300 longues années que j'attends son retour… et… alors que je devrais me réjouir de savoir qu'il est enfin là… je vais devoir mettre sur pied un plan pour le sortir de l'horreur dans laquelle il vient de tomber…"

Après avoir retourner les mots de Jun dans sa tête, Caïn avait finit par comprendre que son attitude n'apporterait rien de bon et que ce dernier avait raison… l'admettre à haute voix lui avait été difficile, mais il fallait bien qu'il le reconnaisse, son cœur lui jouait des tours et il n'arriverait rien de bon s'il se laissait emporter par lui. Il lui fallait un plan. Un plan tenant la route. Un plan infaillible où il serait sur de pouvoir sortir Erwan du laboratoire sans pour autant que ce soit une opération commando mené à la va vite. Le plus raisonnable serait qu'il n'y participe pas, mais cela serait trop lui demander, alors il eut une idée qui lui tira presque un sourire…
Il releva la tête, le regard étrangement brillant et le posa sur Zahran.


"… Zahran, je veux que tu retournes là bas et que tu te renseignes sur les moyens mis en place pour la sécurité. Par où on peut rentrer sans être vu quitte à créé une faille dans leur système… mais reste des plus discrets, je ne veux pas te perdre… Nous nous retrouverons ici en début d'après midi. Jun, je veux que tu contactes Vavila et que tu lui dises de se tenir près à soigner les blessures d'Erwan, qu'il s'attende au pire… et puis ça serait bien aussi qu'il nous fournisse de puissant sédatif capable de mettre KO humains comme vampires… Certaine des personnes travaillant là bas ne savent pas ce que William fait et je ne pense pas qu'ils méritent de mourir pour un être aussi abjecte."

"Qu'as tu en tête exactement ?"

Ses yeux mordorés croisèrent le regard dubitatif de Jun. Apparemment il semblait encore croire qu'il était en train d'organiser ça sur un coup de tête et qu'il était près à se mettre en danger pour sauver Erwan… ce qui au fond n'était pas tout à fait faux…

"Il y a deux choses que veux William : Erwan, ce qu'il vient d'obtenir et ma tête sur un plateau, ce que nous allons lui faire croire qu'il peut avoir. Je sais bien qu'il se doute que je vais venir pour essayer de récupérer Erwan alors laissons le croire que je vais être imprudent et impulsif. Je vais m'introduire dans les labos le plus discrètement possible et me faire "surprendre" par un des gardes… Cela devrait arriver bien vite aux oreilles de William, qui comblé par les atrocités qu'il aura fait à Erwan n'aura qu'une idée en tête, faire de sa journée une excellente journée. Il sortira de sa tanière pour me chasser… et c'est là que tu interviendras Jun. Je veux que tu sortes Erwan de là. Tu auras certainement peu de temps pour agir, mais je pense le tenir occupé assez longtemps pour que tu quittes les lieux sans avoir à te soucier de quoique ce soit. Toi Zahran, je ne veux pas que tu t'exposes. Si tu peux aider Jun fait le, mais si tu sens que trop de monde s'intéresse à toi, reste en retrait. La seule chose que je te demande, c'est de gardé une porte de sortie pour eux deux, moi je me débrouillerais…"

"Et si William t'attrape ?"

Question pas idiote du tout même si cela le chagrinait un peu que Jun pense William capable de l'attraper… Alors avec un sourire enigmatique et un petit signe de tête il lui répondit le plus sur et naturellement du monde.

"Il ne m'attrapera pas. Ca fait des années qu'il essaye sans succès et je ne vois pas pourquoi cela changerait… "

Jun lui rendit son sourire, content de voir que l'esprit de son "chef" avait repris le droit chemin mais il ne pu s'empécher de demander :

"Pas d'opération suicide ? Pas de folie ?"

L'ex élève haussa juste des épaules à ces questions et reprit la parole pour énoncer ce qui lui semblait être une évidence.

"Non… juste un piège… Comme tu l'as dit Jun, je vais mettre mon cœur en veilleuse une journée de plus… Nous passerons à l'action en fin d'après midi… en espérant que tu as raison sur la résistance d'Erwan… et en espérant qu'il me pardonnera d'avoir mis aussi longtemps avant d'aller le récupérer…" Il se tourna enfin vers Zahran. "Tu penses ce plan réalisable ou me crois tu fou, toi aussi de le tenter de cette manière ?"

Le brun était après tout une personne cotoyant les locaux du laboratoire plus souvent que lui, son avis lui était donc des plus précieux.
Avatar de l’utilisateur
Caïn Hargreaves
Chef des rebelles
 
Messages: 269
Inscription: Jeu 26 Juin 2008 23:26
Age du perso: 18 ans (318 ans)
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Erwanchouuuuu

Re: Mauvaise nouvelle (PV Caïn/Jun)

Messagede Zahran Geary le Dim 5 Juil 2009 20:00

(Marron = Zahran, Bleu = Vavila)


Zahran avait fait au plus vite pour informer Caïn et faire son rapport de ce qu’il avait pu voir, présentant bien la situation. Et il ne fut qu’un peu surpris sans le montrer le moins du monde quand Caïn brisa sa tasse lorsqu’il parla de la souffrance évidente du prisonnier. Il ignorait quel lien exact unissait le chef rebelle à cet homme malchanceux, mais l’importance que le premier apportait au second était d’une telle évidence qu’il se doutait qu’il ne s’agissait pas d’une simple camaraderie. Surtout si cet homme venait de 1800… et que Caïn ne l’ait donc pas vu depuis 300 ans. De l’amour ? Fort possible et il eut un exemple des dégâts que peut provoquer pour une personne ce sentiment. Impassible, il observa sans ciller le chef rebelle qui parlait déjà de détruire le fameux général et les militaires sous ses ordres, et donc le laboratoire…. Ouais bon, ils manquaient des moyens pour réussir une telle chose de suite maintenant, comme semblait le désirer le brun. Heureusement, Jun, le second, intervint avec toujours des phrases bien placées. Il le respecterait plus si quelque chose chez ce vampire ne le dérangeait pas au point qu’il reste toujours méfiant envers lui.

Le scientifique et espion se leva suite au signe de Caïn, glissant ses mains dans ses poches et il entra dans le bureau de Jun, faisant le oint sur ce lieu en un rapide coup d’œil circulaire, avant d’aller s’adosser contre un mur nonchalamment, pour attendre de voir la suite. Et quelle suite… Un de ses sourcils se haussa malgré sa inexpressivité habituelle. Il fallait dire que jamais il n’avait vu son chef s’exprimer ainsi. L’amour, vraiment… ça pouvait faire faire n’importe quoi à n’importe qui si personne n’était là pour raisonner. Il lâcha très discrètement un « Tss » qui passa inaperçu vu que les deux vampires étaient préoccupés par bien autre chose. Il était plus tranquille lui, il ne le connaissait pas cet Erwan, et même si ce qu’il devait endurer aller faire qu’il porte mains fortes pour le sortir de là, il ne comptait pas non plus y laisser sa peau pour cet inconnu. Par contre, il pouvait reconnaître le calme surprenant de Jun, pourtant, il lui semblait avoir entendu qu’il connaissait bien cet Erwan aussi. Il devait bien accorder le fait qu’il était bien d’avoir un tel second…

Zahran se redressa cependant quand il fut sous-entendu que cet Erwan avait déjà connu ce qui semblait se passer dans les appartements du Général. Il est vrai qu’en dehors son air paniqué, il ne ressemblait pas aux mauviettes, un peu comme ce directeur d’Istravel restant neutre, bien sûr, il ne disait rien de sa déception envers celui-ci puisque c’était un ami de Caïn. Il cligna des yeux en captant le sourire de Jun, et il haussa simplement des épaules en comprenant le sens de ce geste, il observa cependant avec un peu de méfiance la boisson qui lui était tendue, avant de la prendre finalement, l’ouvrant machinalement, aucun signe de tension pour en boire une gorgée. Il s’adossa à nouveau contre le mur, qu’une main dans une poche, pour se faire attentif visiblement quand le chef rebelle se montra plus raisonnable. Bien, ils allaient pouvoir faire quelque chose de concret et non suicidaire à 100%. D’ailleurs, il eut une confirmation de ce qu’il avait pu conclure sur cet Erwan et il se redressa avec un léger air perplexe devant le regard plus brillant de Caïn et ce sourire inattendu à vrai dire.

Le brun écouta les instructions de son chef, le vrai, pour hocher de la tête. Il voyait parfaitement ce que celui-ci voulait de lui et il avait déjà une idée de par où entrer, il allait juste devoir vérifier les changements dans la sécurité suite à l’arrivée de cet Erwan. Il ne dit cependant rien alors que Jun posait de pertinentes questions, étant d’accord avec lui sur certains risques potentiels. Il retira sa main de sa poche, finissant rapidement sa boisson alors que Caïn en venait à demander son avis. Il marcha sans se presser jusqu’au bureau pour déposer la cannette avant de prendre enfin la parole, son calme prouvant qu’on pouvait compter sur lui.


"Ce que j’en pense ? C’est plutôt une bonne idée, surtout que je ne compte pas encore mourir… par contre, vous… si jamais ce William se rend compte des conséquences de ce que vos mots sous-entendent clairement en confirmation de son occupation actuelle, ne craignez-vous pas qu’il fasse appel à ses sbires ? Vous devriez au moins avoir un minimum de renfort pour occuper les autres…. Bien sûr, cela me semble logique, mais comme vous n’avez pas cité ce besoin d’hommes… Je prêterai en besoin main forte à Jun et je vais de ce pas surveiller de plus prés la sécurité… Avant que cela ne devienne plus compliqué… Je serais ici dans les environs de 14h… Et ne vous en faîtes pas, j‘ai toujours de bon prétexte pour me promener un peu partout dans l’immeuble…"

Zahran leur adressa un hochement de tête, avant de rapidement sortir du bureau, vérifiant rapidement les lieux autour de la porte juste au cas où, avant de sortir du salon de thé et retourner au laboratoire, avec une excuse des plus plausibles, rendez-vous médical plus rapide et donc, il revient vérifier le travail de son équipe….


Début d’après-midi, Vavila marchait dans la rue peu remplie en dehors des terrasses de café. Il avait reçu un appel de Jun lui expliquant la situation et lui demandant de venir à ce moment là à son salon de thé. Autant dire que la nouvelle avait réussit à lui jeter un froid qui l’était déjà assez tout seul. Il n’osait pas imaginer comment avait dû être Caïn, mais il est vrai que certains militaires, surtout certains vampires, aimaient arriver à ce genre de « dérapage ». Autant dire que cela appelait à la prudence, il était connu que l’on suivait les supérieurs, même dans le mal. Il jeta un coup d’œil à un petit garçon courant après son ballon, sa mère derrière lui demandant de l’attendre. Un sourire si insouciant et heureux, ne se doutant nullement de la souffrance envahissant la vie de tant de gens en ce moment même. Il ignora quelques regards sur lui, sortant une main d’une poches de son pantalon blanc rayé pour pousser la porte du salon de thé, l’autre tenant un sac. Il portait une veste blanche et une chemise noire avec juste deux boutons ouverts en haut, plus fermée que quand il est qu’en présence d’amis. Une cravate grise rayée en blanc pas trop serrée, il présentait bien tout en restant un peu décontracté. Il avait pu se libérer, un de ses collègues prenant le relai au lycée. Son regard était renfermé, plus davantage, alors qu’il se préparait moralement à devoir guérir des blessures horribles ce soir. Il releva la tête au ting dû à son entrée, sans relâcher la porte, ayant sentit une odeur connue. Il se tourna de biais pour saluer Zahran toujours fidèle à lui-même.


"Bonjour…."


"Je vois que tu as bien été mis au courant…."

Vavila hocha de la tête, relâchant la porte une fois le brun entré et avança avec lui vers le fond du salon de thé, apercevant la silhouette de Jun pour lui adresser un semblant de sourire. Il se dirigea machinalement vers le bureau du rouquin, connaissant bien ce lieu pour savoir qu’ils allaient parler là-bas, ne se souciant pas des clients, certains étant habitués de le voir aussi tiens.

"Hn….…. Jun, j’ai amené ce que tu m’as demandé tout à l’heure, e vais de suite ranger ça au frigo, histoire de prudence."


L’argenté ouvrit la porte du bureau, y entrant, suivi de Zahran pour la peine, la réunion avant l’intervention allait avoir lieu, il lui semblait que personne n’était attendu. Il jeta rapidement un coup d’œil à un papier que tenait le brun, sûrement un plan pour eux.
Avatar de l’utilisateur
Zahran Geary
 
Messages: 18
Inscription: Dim 7 Juin 2009 18:05

Re: Mauvaise nouvelle (PV Caïn/Jun)

Messagede Caïn Hargreaves le Ven 14 Aoû 2009 14:21

Et dire qu'il lui était rare de perdre son calme, surtout devant les membres de son groupe, et que là seule quelques phrases sur les tortures que devait endurer son amour avait suffit à le mettre hors de lui en moins de temps qu'il ne faut pour le dire… Il manquait parfois de stabilité, heureusement que Jun était là pour le garder sur le droit chemin. Caïn se demandait d'ailleurs comment il faisait ? Il était un ami de longue date d'Erwan et de le savoir captif de quelqu'un comme William devait bien lui faire quelque chose quand même ? Pourtant, rien sur son visage ne trahissait son anxiété… peut être était il tout simplement confiant…
L'aura calme du rouquin eut l'effet escompté et Caïn réussit petit à petit à réfléchir convenablement sans se laisser déborder par toutes les émotions agitant son cœur. Il réussit alors à élaborer un plan qu'il soumit à ses deux compagnons et interrogea Zahran, son espion au sein de laboratoire, sur la faisabilité de la chose. Il croisa les bras, attentif à ses suggestions, y réfléchissant alors que le jeune humain les lui soumettait et reprit la parole quand ce dernier eut fini.


"Le problème, Zahran, c'est que plus nous serons nombreux plus il se doutera de quelque chose. Je ne peux pas prendre le risque qu'Erwan serve de bouclier. C'est pour cette raison que je n'ai pas proposer que des hommes de notre bord viennent me prêter main forte. Je pensais le faire tourner en bourrique avant la confrontation comme cela Jun aura amplement le temps de se faufiler dans les appartements de William… Quant à notre face à face… je lui réserve une petite surprise dont il se souviendra un moment… Ne t'inquiète pas Zahran, William est bien trop fier pour demander à ses hommes de lui donner un coup de main. Je serais donc sorti avant même que ces derniers arrivent. Donc retrouvons nous ici à 14h. Je dois moi aussi aller chercher quelques ustensiles très utiles à mon piège."

Et quel piège. Il avait bien l'intention d'infliger quelques blessures désagréables à William et même s'il était conscient qu'il n'avait pas le temps – ni la folie – de concocter un piège mortel il serait satisfait de voir son pire ennemis souffrir le martyre… Si ce dernier se faisait avoir bien sur, mais il n'y avait aucune raison pour qu'il se méfie de ses propres locaux. Il sortit donc du bureau de Jun, son idée en tête et passa la matinée à s'équiper de ce qui lui serait nécessaire ce soir. Il se força à ne pas songer à ce que devait endurer Erwan et s'appliqua à vérifier encore et encore si tout était en ordre dans ses affaires.
Sur le coup de midi, il prit une douche et se vêtit ensuite d'une tenue bien moulante lui permettant de se glisser partout sans que cela ne soit génant pour lui, enfila des gants qui lui permettrait de toucher de l'argent sans aucun problème, et se barda de plusieurs armes discrètes qu'il dissimula ensuite sous un long manteau pour se rendre enfin de nouveau dans le salon de thé de Jun.

Cette fois ci, il se garda bien de passer par la porte d'entrée, son accoutrement attirerait bien trop l'attention, et préféra contourner le bâtiment pour se faufiler dans le bureau par une des fenêtre laisser volontairement entrouverte par le propriétaire des lieux. Il fut le premier à arriver, bien en avance, et alla s'installer sur le canapé afin d'éviter de faire les cents pas et donc de laisser déborder cette nervosité et cette colère bouillant encore dans ses veines. Il ferma les yeux quelques instants, se massant distraitement une de ses tempes et se concentra à peaufiner son piège. Il lui faudrait quelques minutes de tranquillité pour le mettre en place, même à vitesse de vampire, et cela se révélait tout de même risqué… Mais il le fallait, William n'en serait que plus humilié surtout si c'était l'un de ses hommes qui le tirait de là…
Un léger sourire fleurit sur ses lèvres en imaginant son pire ennemi englué dans sa toile et il rouvrit les yeux quand deux odeurs bien connu passèrent la porte.


"Bonjour Vavila… content de voir que vous avez pu te libérer…"

Il se releva quand Jun, referma la porte derrière eux et s'assit à demi sur le bureau en regardant Zahran et son plan.

"Zahran, je te laisse nous faire un petit topo de la situation, nous discuterons ensuite de notre plan d’attaque de cette forteresse… et non Vavila, avant que vous ne me le demandiez, je vous préfère au QG qu’à l’assaut du laboratoire, vous m’êtes beaucoup plus précieux là bas quand Jun vous y emmènera Erwan… "

Caïn préférait aborder ce sujet dès à présent pour ne pas avoir ensuite à trouver des arguments pour que l’ex prince reste bien au chaud en retrait. La santé d’Erwan avait bien plus de valeur à ses yeux que sa propre vie et s’il devait se sacrifier pour le savoir en sécurité il le ferait sans hésiter… Bien sur, il se gardait bien cependant de le dire aux autres et préférait de loin leur faire croire que tout son plan était parfait et qu’il ne pouvait pas se faire avoir. Mais ces compagnons seraient ils si dupe que ça ? Il espérait du moins qu’ils feraient tout comme…Son regard mordoré se posa un instant sur Jun et il eut un léger sourire en le voyant saluer à sa manière le prince de glace… L’être de feu ne changerait décidément jamais…

Jun avait en effet attendu que tout ceux convier à la réunion soit rentrer dans son bureau avant d’y aller et de refermer la porte comme si de rien n’était. Il acquiesça aux mots de l’argenté puis sans aucune gêne ensuite et le plus naturellement du monde, il passa derrière lui et posa sur sa nuque un baiser léger, frôlant sa chair de ses crocs avant de murmurer après le refus de Caïn de voir son infirmier préféré participer à l’attaque :


"… Je pourrais t’aider à décharger toute cette énergie et cette frustration de rester en retrait à mon retour au QG… Si tu en as envie bien sur… même si je sais que tu ne me diras pas les choses ainsi…"

Jun s’éloigna de l’oreille au creux de laquelle il avait glissé ces mots et fit un clin d’œil plus que taquin à Vavila, pour ensuite s’approcher du bureau et redevenir sérieux et se faire plus attentif à ce que pourrait leur dire Zahran… Il connaissait Caïn et savait qu’il serait près à tout pour sortir Erwan de l’enfer dans lequel il devait être… Il se devait maintenant de réfléchir à un moyen pour que son brun d’ami puisse revoir sa petite perle d’Angleterre entière sous peine de subir sa colère… et s’était à se demander si mourir des mains de William ne serait pas plus doux…
Avatar de l’utilisateur
Caïn Hargreaves
Chef des rebelles
 
Messages: 269
Inscription: Jeu 26 Juin 2008 23:26
Age du perso: 18 ans (318 ans)
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Erwanchouuuuu

Re: Mauvaise nouvelle (PV Caïn/Jun)

Messagede Zahran Geary le Dim 6 Sep 2009 14:52

Vavila avait donc été convoqué au salon de thé de Jun, mis au courant par ce dernier de ce qui se passait… Il n’avait pas un cœur de glace pour ne pas compatir pour Erwan et ne pas appréhender l’état dans lequel il verrait ce dernier, de ces blessures qu’il allait devoir affronter. Il avait pris en de quoi tout ce dont il pourrait avoir besoin, même si cette réunion était juste une mise au point. Il préférait rester ici ou partir d’ici pour aller au repère rebelles plutôt que de patienter à l’école où il tournerait en rond comme un tigre en cage. Alors qu’il poussait la porte du salon de thé, il ne la referma pas, ayant sentit une odeur humaine connue, celle de Zahran qu’il salua, s’entendant plutôt bien avec lui. Il le salua, tout en le laissant le suivre jusqu’au bureau de Jun, ne se souciant guère des clients, après tout, rien ne pouvait laisser soupçonner qu’ils venaient ici pour préparer un plan contre l’armée… visant en plus leur laboratoire. Certes, ce n’était pas pour une invasion, ou autre mais pour une libération, malgré tout, ce n’était pas rien, et l’infirmier avait particulièrement envie d’y participer, contrairement à l’espion ne voulant pas mettre sa position en péril.

L’argenté jeta un coup d’œil à Jun, pour ensuite observer la papier qu’avait Zahran et il finit par porter son attention sur Caïn, se montrant méfiant devant son semblant de calme malgré la situation. Etait-il le seul à l’être ? C’était là une bonne question. Déjà que sans raison, il était prêt à prendre des risques démesurés, alors le chef des rebelles avait certainement dû vouloir se précipiter de suite au secours de son bien-aimé. Il se doutait bien que c’était l’œuvre de Jun pour qu’un minimum d’organisation se fasse pour plus de chances de succès, mais il devinait déjà un affrontement à venir entre Caïn et le terrible William, se contentant d’un hochement de tête en guise de salut envers le premier.


"Je ne suis pas si indispensable que cela…"

Réponse qui laissait entrevoir sa demande de se rendre bien plus utile que d’attendre en arrière, mais Caïn le devança en décidant de se lancer dans le vif du sujet et le devançant donc. Bon, pas de perte de temps et les choses étaient claires. Il allait devoir prendre sur lui et être patient. Son attention se détourna de Caïn quand l’odeur de Jun fut sur lui, tandis que les lèvres de ce dernier s’aventuraient dans son cou en un salut bien dans son genre. Fermant les yeux, il resta impassible jusqu’à l’effleurement des crocs du rouquin lui arrachant un léger frisson et il posa un regard indescriptible sur son amant, suit aux mots susurrés dans son oreille. Oh certes, il savait fort bien la frustration qu’il allait ressentir, mais en voyant l’état d’Erwan, il doutait grandement d’avoir quelconques envies pouvant aller dans le sens de l’être de feu à l’opposé de lui. Il le suivit des yeux pour s’humidifier les lèvres sans faire attention, avant de devenir sérieux quand la voix de Zahran s’éleva, debout au milieu du bureau, et s’il n’était pas dans une posture détendue, il aurait fort bien pu penser à un militaire faisant son rapport. Vavila prit une chaise du bureau, la plaça sur le côté droit du bureau pour s’y asseoir, écoutant attentivement l’humain, le seul dans la pièce d’ailleurs. Preuve de la confiance que ce dernier leur accordait, quoiqu’il l’avait surpris à regarder plusieurs fois bizarrement Jun.

Donc, Zahran s’était peu manifesté à son arrivée, se contentant d’un hochement de tête envers Caïn et Jun. Et n’est que quand le premier l’invita à parler qu’il s’avança bien en évidence, prenant au sérieux son rôle important. Il avait avant tout surpris le geste de Jun envers Vavila et il eut une grimace. Erf, vraiment, ce type courant après les hommes, il n’aimait pas quand il l’affichait clairement, et il avait heureusement assez de respect pour lui et pour l’infirmier pour ne pas leur porter un mauvais jugement en dehors de ce passage. Il toussota, histoire d’attirer l’attention, on ne sait jamais, avec les hormones vampiriques surtout. Il déplia son papier qui était en fait un plan qu’il avait pu faire, le montrant à tout le monde en même temps qu’il se lança dans son explication.


"La première chose à savoir, c’est qu’il faut partager en deux zones l’immeuble…. Tout en haut, les appartements privés dont celui du Général, où les troupes assurant la protection sont moins nombreuses que d’habitudes, mais il s’agit des meilleurs, de vampires principalement… Sûrement par soucis de tranquillité pour Clancy. Le reste des troupes présentes sont éparpillées de façon presque équitable, le deuxième étage est celui qui sera le plus facile à atteindre pour pénétrer dans l’immeuble, ceux qu’ils prévoient certainement…. En fait, de l’intérieur, il y a un système automatique au cinquième étage pour ouvrir les fenêtres en cas de fumées trop importantes…. De quoi camoufler l’escalade d’un vampire grâce à sa vitesse…. Et de créer déjà de la pagaille… De plus, je n’aurais pas besoin de faire rater l’expérience en cours dans un des laboratoires de l’étage, car un de mes assistants fait concocter une mixture en alliant deux agents chimiques opposés… Je sais d’avance qu’à l’ouverture, cela va créer une forte explosion et donc un volume important de fumée noire…. J’ai vérifié son minuteur avant de venir ici, ça sera finit pour 21h ce soir… Un autre avantage, c’est que les militaires penseront avant tout aux rebelles mais une fois rendu sur place au laboratoire, ils vont être dépités et moins… prudents, un avantage si vous prenez la peine de vous cacher dans le système aération interne une fois entré par la fenêtre d’où s’échappera la fumée noire, Caïn…."

Le brun expliquait tout cela en montrant l’emplacement du fameux laboratoire sur son plan et le conduit d’aération permettant de se balader par la suite un peu partout dans l’immeuble.

"En résumé, le moyen le plus sûr d’entrer pour vous, Caïn, c’est de profiter de cette explosion et d’entrer par la fenêtre d’où viendra la fumée noire, ni vu, ni connu, l’odeur des agents chimiques sera forte pour camoufler votre odeur mais aussi pour rester sur vous durant dix bonnes minutes… Avec les conduits d’aération, vous pouvez rapidement atteindre des couloirs, ou un lieu que vous jugez propice pour attirer William, comme ce petit hall où les troupes de surveillance passent rarement… Jun, vous pouvez aussi profiter de cette explosion pour passer dans la fumée, histoire de vous imprégner de l’odeur et atteindre l’étage de Clancy, attendant ensuite l’action de Caïn pour récupérer le prisonnier. Par la suite, l’armée pensera juste que vous avez profité de l’hasard ou s’en prendra à mon assistant, mais ils ne me suspecteront pas…. Cette expérience est prévue dans le programme et je n’ai fait que confié cette tâche à celui qui est le plus brillant mais persuadé que l’argent et l’uranium feront un excellent ménage… Et il est persuadé que ce soir sera le grand jour pour lui…"

Zahran était impitoyable, profitant de l’erreur de jugement de son assistant, sans rien lui dire, quitte à le faire clamser à sa place par la suite. Il attendit alors quelques avis, posant le plan sur le bureau, ce dernier récapitulant le nombre de militaires par étages, d’hommes, ainsi que les différentes issues… En bas un encadré résumait toutes les instructions qu’il avait pu entendre en épiant en toute discrétion.
Avatar de l’utilisateur
Zahran Geary
 
Messages: 18
Inscription: Dim 7 Juin 2009 18:05

Re: Mauvaise nouvelle (PV Caïn/Jun)

Messagede Caïn Hargreaves le Mar 16 Fév 2010 13:51

Aussi immobile qu'une statue, ne prenant même pas la peine de respirer pour sembler humain, Caïn regarda le plan de Zahran tout en écoutant ses explications. Il se garda bien de l'interrompre, visualisant mentalement la façon de s'y prendre pour rentrer, et fini par acquiescer légèrement à la fin de la présentation reconnaissant que le plan échafaudé était bon. Le fait que l'humain soit près à sacrifier un de ses collègues pour sa propre sauvegarde l'aurait très certainement fait tiquer avant et il aurait très certainement crié haut et fort qu'il n'en était pas question, mais les années et le contexte l'avait changé et cette perspective lui tirait aujourd'hui juste un léger soupir… Erwan aimerait il ça quand il le reverrait ??

"… Bon plan… Je suivrais effectivement les conduits d'aérations jusqu'à ici…" Il désigna un petit laboratoire sur la carte. " Si je comprend bien il y a une caméra juste à l'angle du couloir y menant. Je pourrais m'y faire voir… Le temps que les gardes préviennent Clancy que je suis dans les locaux, je devrais avoir le temps de tisser mon piège…"

Caïn ne précisa pas plus ce qu'il voulait faire, même sous le regard insistant de Jun qu'il fit mine de ne pas avoir capté. Ce qu'il allait faire à William ne regardait que lui et il ne voulait en aucun cas que le rouquin le traite de fou vu les risques que cela allait comporter… surtout s'il voulait qu'il s'englue dans sa toile comme il le désirait. Il leva la main vers Jun quand ce dernier fit mine de prendre la parole et ajouta.

"Tu auras cependant peu de temps pour atteindre l'étage de l'appartement de Clancy… Il serait bon que tu ne t'encombres pas de préoccupation me concernant. Je suis grand et je me débrouillerai très bien tout seul. Toi, il faut absolument que tu arrives à sortir Erwan de là sans que des sbires t'aperçoivent. Ensuite dirige toi directement au QG et c'est là que vous rentrerez en scène Vavila."

Caïn posa son regard pailleté d'or sur l'infirmier.

"Selon… l'état… Je pense qu'il serait peut être bon de le garder inconscient. Ce n'est bien sur qu'un avis. Je sais très bien que je ne suis pas expert en la matière… Je vous fais de toute façon confiance."

Evoquer le cas où Erwan serait dans un état qui nécessite qu'on le plonge dans un sommeil artificiel lui faisait froid dans le dos, mais il connaissait maintenant bien William – même s'il aurait nettement préféré ne jamais le connaître – et savait qu'il était capable de tout pour punir celui qui, à ce qu'il disait, lui revenait de droit.
Que son amour lui pardonne de mettre autant de temps à arriver à son secours. Pendant une fraction de seconde son regard redevint celui qu'il avait pu être il y a maintenant 300 ans : triste et perdu avant de se faire totalement glacial et inexpressif. William lui paierait chaque blessure au centuple, il en faisait le serment.


"Caïn… pas que je mette en doute une seule seconde ton plan, mais j'espère que tu as conscience qu'il y a des failles… Zahran avait raison quand il évoquait que d'y aller en si petit comité serait de la folie. Nous allons jouer nos vies à une partie de dés en espérant que cette partie nous soit favorable et…"

Caïn vrilla ses yeux dorés dans ceux rubis de Jun quand il commença à parler, et le fait de le voir soutenir son regard sans bronché tout en exposant sa vision des choses le mis en colère. La plupart des rebelles le voyait comme un chef mais Jun… lui, ne le voyait que comme le petit élève dont Erwan s'était entiché, même après 300 ans. C'était très certainement pour ça d'ailleurs qu'il le gardait comme bras droit, cela l'énervait parfois mais il devait reconnaître que le rouquin lui était d'une aide précieuse, lui permettant de garder les pieds sur terre.
Il se contint donc et reprit la parole calmement, coupant Jun dans sa phrase.


"Mais le jeu en vaut la chandelle non ?"

"Je n'ai jamais dit le contraire, juste que nous pourrions tout y perdre. Les rebelles amputés de leur chef et tout s'effondre."

Toujours ce calme impressionnant alors que ce dernier semblait arriver à lire en lui comme dans un livre ouvert. Mais là Caïn était quand même perdu, où voulait il en venir ?? Il avança dans la pièce et se retrouva face à Jun, les bras croisés répondant ainsi au calme par un semblant d'assurance.

"Tu me prêtes un peu trop d'importance tu ne penses pas ? Je suis sur qu'ils survivront très bien sans moi."

"Survivre oui, se battre non."

Bon ok… là il ne comprenait vraiment plus. Pourquoi aborder ce sujet maintenant alors qu'il ne brûlait que de rejoindre Erwan et le tirer des griffes de William. Craignait il réellement pour sa vie ou suggérait il autre chose…??

"Suggères tu qu'en fin de compte nous restions ici ? Que j'abandonne Erwan ?"

"Ne soit pas idiot. Je disais juste que nous devrions peut être nous y rendre en plus gros comité…"

D'entendre de l'agacement dans la voix de Jun le rassura quelque peu, par contre quand il commença à lui suggérer de revoir son plan il le coupa dans son élan d'un… "Non"… clair et précis, puis fit un geste de la main pour empêcher Jun de protester une fois de plus. "Ce n'est pas discutable.

Il était le chef des rebelles après tout et puis c'était de sa vie qu'il s'agissait, il était quand même encore libre d'en faire ce qu'il voulait ! Il attrapa son manteau, fouilla dans le frigo afin d'en sortir ce qu'avait apporté Vavila et sortit en ajoutant juste.

"Nous nous retrouvons devant le laboratoire à l'heure convenue. Ne soit pas en retard Jun. Quant à vous Vavila… si jamais les choses tournent mal je vous charge de prendre ma place, vous ne devriez pas avoir trop de problème à me remplacer. Ils vous aiment bien même si… vous êtes aussi froid qu'un iceberg au pôle nord…"

Caïn eut un sourire quand Jun rajouta juste un… "Ca ce n'est pas toujours vrai" … puis sortit de la pièce, se faufilant dans le salon de thé pour atteindre la rue. D'un geste rapide il posa des lunettes de soleil sur son nez et se perdit dans la foule, se dirigeant vers les laboratoires et par conséquent vers son amour de vampire.

"J'arrive Erwan… tient le coup, je t'en supplie…"
Avatar de l’utilisateur
Caïn Hargreaves
Chef des rebelles
 
Messages: 269
Inscription: Jeu 26 Juin 2008 23:26
Age du perso: 18 ans (318 ans)
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Erwanchouuuuu


Retourner vers Salon de thé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité





cron