Visite nocturne particulière

Visite nocturne particulière

Messagede Vavila Anatoli le Jeu 15 Juil 2010 23:24

Vavila ne s’était pas attendu à ce qu’Alexei ne vienne dans sa chambre pour l’embrasser. Cela faisait peu de temps qu’il l’avait retrouvé, une heure avait du à peine se passer depuis qu’il l’avait récupéré dans la forêt d’Istravel. Et il était déjà totalement perturbé, avec ce réflexe grandissant de se protéger de ses grands sentiments qui remontaient tant à la surface. C’est comme ça qu’il ne repoussa le brun, après une hésitation, répondant à cette union entre leurs lèvres. N’avait-il donc aucune force pour se maîtriser ? Pourtant, il n’avait aucun mal en dehors avec les autres… Mais très vite, peurs et craintes revinrent au premier plan en réaction aussi à ce qui s’était passé dans le passé. Violente, de par ses mots, il allait même à l’extrême dans ses mots, et ne se rendant pas vraiment compte que cela pouvait être blessant pour le peintre. La pensée que ce dernier agisse juste pour lui faire plaisir, se jouant de lui inconsciemment en pouvant lui faire espérer autre chose que ce qu’il peut lui offrir. Les yeux écarquillés d’Alexei ne le stoppèrent pas, même si ces premières paroles furent criées, les secondes n’étaient que murmures.

L’infirmier avait un doigt pointé vers Alexei, ne tremblant pas, même en sentant son regard se posait dessus. Il parla, s’ouvrant dangereusement, alors qu’il se serait plutôt renfermé en temps normal. Il en vint à exprimer clairement ses sentiments, il avait expliqué qu’il fallait être sûr. Il le sentait fort bien qu’il ne supporterait pas une déception de ce genre à nouveau. Mais il avait toujours cette peur au fond de lui, et finalement, alors que ses paroles pouvaient laisser une discussion ouverte, il changea de sujet, une fuite fort surprenante de sa part. Ce n’était pas du tout son genre d’habitude. Le fait qu’il se soit approcher de la porte refléter clairement ce que ses paroles sur la chambre qu’il lui laissait, avec des indications… Le désir de s’en aller sans avoir de réponse, stopper court ce qu’il avait sûrement dit en trop à cet instant. C’est comme ça qu’il se dirigea les yeux fermés vers la sortie de la chambre. Mais voilà, un murmure de la part d’Alexei… Il aurait pensé que celui-ci serait resté muet, préférant tout comme lui la fuite. Il ne put ignorer le peintre et continuer son chemin, mais non, ses gestes se ralentirent et il se stoppa, ne rouvrant pas pour autant les yeux, lui tournant toujours le dos.

Vavila fronça les sourcils, sa tête se baissant, alors qu’il se pinçait les lèvres. Il songea un court instant qu’il avait été peut-être trop dur dans ses paroles, pas assez clair sur ce qu’il voulait vraiment dire. Il souffla doucement, comme pour essayer de se détendre un peu, jusqu’à ce qu’Alexei ne fasse un rappel du passé. Qu’il y a peu pour lui, il était cet enfant qu’il avait… aidé à sa façon, cette discussion avec la bête… Ses mains se crispèrent à nouveau, ses yeux se rentrouvrant lentement, au fur et à mesure des paroles du brun. Comment le voyait-il en réalité ? Toujours comme cet enfant ? Paternel ? Fraternel ? Etait-ce ça cette affection, cet amour ? Si différent de celui que lui avait pour Alexei…. La boule dans sa gorge ne se clamait nullement devant cette éventualité… Il releva la tête, les mèches de ses cheveux caressant la base de sa nuque, alors qu’il regardait le plafond, comme cherchant à se rattraper à quelque chose. Et voilà qu’Alexei le remerciait…. Leur situation… Il tourna lentement la tête vers le brun, posant un regard vague, brillant de par ce qu’il retenait en lui, sur le dos du brun regardant par la fenêtre.


"Quelle situation… ? On dirait une dispute de couple, ce n’est pourtant pas le cas… Et il faut que tu saches une chose… mes sentiments, je les connaissais déjà avant d’avoir affaire à la bête….Reposes-toi…"

L’infirmier détourna le regard, et l’instant d’après, il avait quitté l’appartement, ayant verrouillé la porte d’entrée au cas où. Personne ne pouvait entrer mais aussi le brun ne le pourrait pas sans frapper le bon code. Il valait mieux lui éviter une excursion extérieure… Se déplaçant ensuite à vitesse de vampire dans les couloirs, des larmes finirent par lui échapper, mais une fois dehors et avoir fait quelques mètres dehors, il essuya d’un geste de la main ses yeux, l’autre griffant le tronc d’un pauvre arbre qui n’avait rien demandé. Il était si vulnérable… Ses sentiments lui semblaient pouvoir être si dévastateur envers lui-même… Non, il ne fallait pas qu’il y pense, il devait éviter d’ouvrir encore plus grand la brèche… Réagir pour se protéger, par pur instinct… bien qu’il puisse culpabiliser à coup sûr après… en souffrir aussi peut-être… Mais tout reposer sur des si…. Si compliqués… Ses pas le guidèrent jusqu’à sa voiture, et il sut qui allait voir… A toute vitesse, il ne mit pas longtemps à arriver devant la demeure de Jun, trouvant une place sans mal, pour ne mettre que quelques secondes à se retrouver devant la porte, sonnant, plongé dans ses pensées, ses sens moins en alerte… Plus que vulnérable… Il ne voulait plus penser, il voulait se vider la tête, oublié… Se sentir rassuré… Il ne voulait plus réfléchir… Laisser place aux instincts, agir sans réflexion…. Une main vint masser sa nuque, bien trop raide à son goût, pour alors relever la tête, posant son regard sur le rouquin venant d’ouvrir la porte…. Sans prendre conscience qu’il n’avait plus aussi son masque habituel de froideur. Son regard se balada de haut en bas sur son ami et amant, et presque en même temps, il s’avança, laissant à peine le temps à Jun de dire un mot, pour l’embrasser à pleine bouche, voracement, presque bestialement. Oh, il aurait pu laisser la bête prendre le dessus mais non, il avait sa fierté et le désir de rester soi-même, de ne pas fuir autant en se cachant derrière elle. C’était lui qui montrait une certaine faim d’instincts, de luxure où seule la danse de deux corps imbriqués compte. Pas de bonsoir, ni rien, alors qu'il n'avait pas croisé le rouquin de la journée. Juste ce baiser affamé, ses mains de chaque côté de la tête de Jun, ses doigts dans ses cheveux.
Avatar de l’utilisateur
Vavila Anatoli
Infirmier / rebelle
 
Messages: 58
Inscription: Dim 29 Juin 2008 15:45
Age du perso: 26 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Alexei?

Re: Visite nocturne particulière

Messagede Jun Ichijô le Mer 4 Aoû 2010 14:53

Alexei avait encaisser la colère de Vavila sans rien dire, même si une des phrases quant à la possibilité qu'il se joue de lui le blessa. Il attendit que l'infirmier ai vidé son sac avant de prendre la parole. Ce n'était pas dans ces habitudes ça, mais il ne pouvait pas le laisser partir comme ça. Il s'était trop souvent voilé la face, il était temps que cela cesse. Il exposa donc son point de vu avec sincérité... peut être trop même quand il fit part de sa vision de Vavila enfant dont il avait du mal à se défaire. Avait il conscience à cet instant que cette phrase était la pire de tout ce qu'il avait pu dire et que cela amenait Vavila à se poser des questions sur l'amour qu'il lui portait ? Non... tout à son trouble, il ne se rendit pas compte de l'impact et jaugeant qu'il en avait dit assez le remercia pour l'accueil tout en se tournant vers la fenêtre, ne voyant ainsi pas le regard brillant du "jeune" vampire.

Alexei haussa un sourcil à l'interprétation de la situation, songeant que Vavila n'avait pas tord vu la façon dont il l'avait dit et resta ensuite perplexe en l'entendant lui dire qu'il nourrissait à son égard les mêmes sentiments qu'aujourd'hui depuis fort longtemps. Il tourna légèrement la tête pour voir l'infirmier sortir de la chambre puis de l'appartement et eu un soupir. Que cela pouvait être compliqué ! Pourquoi ne pouvait il pas savoir sans se questionner ?
Il se laissa tomber sur le dos sur le lit et fixa le plafond, cherchant au fond de lui à mettre un mot sur ce qu'il ressentait exactement pour Vavila, puis exténué par cette soirée éprouvante se laissa sombrer dans le sommeil avant de se sentir nauséeux...


***

Ailleurs, quand deux êtres se questionnaient l'un l'autre sur les sentiments qu'ils éprouvait l'un pour l'autre, Jun revenait d'une chasse fructueuse. Sa proie, un appétissant brun aux yeux vert et au sang délicieux, avait eu le bon goût d'accepter le chemin de la luxure qui s'offrait à lui et s'était laisser conduire comme un gentil petit agneau jusqu'à son appartement sans offrir une quelconque résistance. Un régal pour le prédateur qu'était Jun, surtout que cela faisait un petit moment qu'il n'avait pas dégusté le sang de cette manière délicieuse... A croire que Vavila avait su le combler sans qu'il ait à profiter de ses "victimes". Mais voilà, il n'avait pas vu son amant de quelque jour et ce beau brun était venu l'aguicher alors qu'il sirotait un cocktail dans un bar, alors autant sauter sur l'occasion pour passer une soirée, voir nuit, délicieuse.
Quel ne fut pas sa déception de voir que ce dernier s'endormait après le premier round... Beau gosse mais petit joueur... Zut alors ! Lui qui avait un appétit si grand. Pesant le pour et le contre il s'apprêtait à le réveiller et lui administrer une bonne dose d'aphrodisiaque – et oui, il est capable de ça quand il a envie xD – quand quelqu'un toqua à sa porte.
A l'odeur il reconnu Vavila et il rangea donc sa petite potion magique en se disant qu'il préférait de loin le toucher froid de son bel amant plutôt que celui de sa proie, si chaude et si gouteuse... Tant pis pour lui... Il lui donnerait la potion de l'oublie avant de le déposer près du bar. Ce dernier finirait surement par croire qu'il avait trop bu avant de s'effondrer dans une ruelle.

Jun attrapa son yukata, le jetant sur ses épaules sans prendre la peine de le refermer convenablement – après tout vu le désordre de sa somptueuse chevelure, cela n'aurait aucun sens – puis fermant la porte de sa chambre, alla ouvrir la porte d'entrée, un sourire accueillant aux lèvres.


"Quel bon.... hmpphhh"

A la base il avait prévu de dire "Quel bon vent t'amène ? ", mais Vavila venait de le surprendre au plus haut point en l'embrassant sans attendre. Et quel baiser ! Pas qu'il ne soit pas habitué à ce genre d'échange avec son amant mais en général il devait pas mal le chauffer avant d'en arriver là... A croire qu'il allait le dévorer sur place... et cela n'était pas pour lui déplaire si seulement il ne lisait pas en lui quelque chose d'étrange.
Que faire... ? Dans un premier temps... y répondre bien sur ! Il n'allait pas rester telle une statue alors que ce qu'on lui offrait si gentiment était fait pour lui plaire et il glissa donc une de ses mains dans le creux des reins de Vavila pour l'attirer à lui, le faisant ainsi pénétrer dans son appartement puis de sa seconde main referma la porte. Il plaqua ensuite sans attendre l'argenté contre cette même porte, posant son avant bras juste à côté de son visage alors que sa seconde main glissait du creux des reins vers une des fesses qu'il pelota gentiment. Bon... il lui demanderait ce qui n'allait pas plus tard... Là il n'avait vraiment pas envie de le couper dans son élan. C'était, après tout, loin d'être la première fois qu'ils se dégustaient l'un l'autre et jugeait donc qu'il ne lui en tiendrait pas rigueur de profiter un peu de la situation.

Il rompit le baiser pour aller nicher sa tête dans son cou, mordillant sans attendre la peau tendre parfaitement conscient de ce que cela provoquait chez son amant et laisser glisser sa main de la demi lune à la cuisse, y pianotant doucement avant de l'inviter à replier sa jambe contre sa cuisse.


"... hmm... tu devrais débarqué chez moi ainsi plus souvent... j'adore..."

Murmure qui fut suivit d'un coup de langue dans le cou puis d'une morsure aux effets aphrodisiaques chez son amant si sensible. Oublié l'humain pionçant dans son lit... Il y avait bien mieux là.. sous ses mains avides et affamées...
Avatar de l’utilisateur
Jun Ichijô
Secrétaire
 
Messages: 48
Inscription: Dim 29 Juin 2008 14:44
Age du perso: 600 ans
Humain ou Vampire: Vampire

Re: Visite nocturne particulière

Messagede Vavila Anatoli le Mer 4 Aoû 2010 17:16

Vavila quitta son appartement pour se rendre à l’appartement de Jun. Il n’avait qu’une chose en tête, laisser loin derrière lui Alexei et tous ses doutes et souffrance. Il ne voulait plus penser à quoique ce soit et se perdre totalement dans les bras du rouquin qui l’avait toujours aidé depuis toutes ses années. Amants et grands amis, voilà ce qu’ils étaient. C’est comme ça qu’il arriva devant la porte de l’appartement du propriétaire du salon de thé, pour y toquer tout de même. Il n’allait pas rentrer comme cela non plus, même si son impatience d’avoir l’esprit et le corps occupé par l’expression de ses instincts et du plaisir se faisait plus grande. Tout ça parce qu’il chassait loin au fond de lui la question sur ce qu’il était en train de faire, si c’était bien, mais… il en avait tant besoin, besoin de Jun là… sans parler. C’était à tout prix ce qu’il voulait éviter aussi, car les questions et pensées noires reviendraient au galop. Et quand le rouquin ouvrit la porte, il ne porta pas de suite attention à sa tenue et sa chevelure hirsute significative, ni à l’odeur humaine mélangé à celle de la luxure sur lui, mais ça resta bien évidemment dans un creux de sa tête, en second plan, alors qu’il s’emparait entre ses mains du visage de son aîné pour l’embrasser à pleine bouche. Il se moqua de l’avoir coupé dans sa prise de parole, il était comme affamé, ce qui était un peu le cas, avec tout ce qui venait de se passer, il ne s’était pas nourri comme il faut. Mais là, c’était une faim charnelle, qui ne lui ferait pas accepter une hésitation ou une intention de parler et de poser des questions de la part de Jun. Autant dire qu’il était bien prêt à imposer son envie, même si connaissant le phénomène roux, il n’aurait certainement pas à le faire.

Et en effet, l’argenté se fit encore plus fiévreux si c’était possible dans le baiser quand Jun le colla contre lui, et il ne rechigna pas le moins du monde quand il se fit plaquer contre la porte. Il relâcha peu à peu ses mains sur son visage pour les glisser en un effleurement le long de ses cheveux avant d’entourer ses bras autour de son cou. Il étouffa un gémissement à la main pelotant ses fesses, collant plus son bassin contre celui du rouquin, entamant un imperceptible frottement entre eux. Il était évident qu’il ne tiendrait pas rigueur à son ami et amant d’en profiter, c’était ce qu’il voulait après tout. Haletant, il rouvrit les yeux quand Jun rompit le baiser et il esquissa un sourire à ses paroles, relevant la tête en lui offrant son cou. Il frissonna au mordillement, passant sa langue sur ses lèvres, en même temps qu’il releva sa cuisse, la pliant contre son aîné.


"Tu n’as encore rien vu…"

Vavila susurra doucement pour laisser un fort gémissement de sa part caresser les oreilles de Jun quand il le mordit. Déjà qu’il était bien chaud, là, il allait être bien plus que bouillant. Il ferma les yeux, desserrant ses bras de son cou, pour le serrer bien contre lui, ses mains sur ses hanches…. Voilà qu’il perçut à nouveau l’odeur humaine, et possessivement, il plia plus sa cuisse, sa jambe se logeant derrière les fesses du rouquin. Il griffa à travers le yukata le creux de ses reins, se mettant à onduler sensuellement contre son aîné, très explicitement. Oh, il pourrait fort bien demander à Jun de le prendre là de suite, contre la porte, emporté par le plaisir infini que lui procurait la morsure. Mais il percevait que l’humain était encore là, il préféra faire d’un coup plusieurs coups pour être tranquilles après. Un grand effort sur lui si ardent, mais aidé par le désir aussi de se débarrasser de ce gêneur, qui pourrai se réveiller et les déranger… Emettant un nouveau gémissement, il posa son index sur le menton de Jun.

"J’espère que tu n’as pas trop bu… Attends juste une minute…"

L’infirmier repoussa doucement mais fermement Jun, ne se préoccupant pas que la morsure soit refermée ou pas, rabaissant sa jambe pour se déloger d’entre la porte et le rouquin. Il se rendit alors dans la chambre à vitesse de vampire, récupérant les habits de l’humain, pour le porter et sortir, n’écoutant aucune protestation de Jun s’il en faisait. Il s’arrêta dans l’ombre de la rue, écoutant les battements de cœur du brun et ses yeux fixant sa gorge. Il se débarrassa de cette autre faim pouvant se faire incommodante, se montrant raisonnable dans la quantité de sang pris dans sa morsure rapide à l’humain qu’il délaissa ensuite devant la fenêtre d’une maison à deux pas de chez Jun pour revenir… Et tout cela, étant fait avec sa fameuse vitesse ne lui avait prit que 59 secondes. Et il n’était pas du tout calmé pour un sou, alors qu’il refermait la porte derrière lui, s’y adossant en fixant droit dans les yeux le rouquin. Il tendit alors le bras pour l’attraper par son yukata, l’attirant à nouveau contre lui, tout en lui enlevant son vêtement. Il glissa ensuite une de ses mains derrière la nuque pour capturer de nouveau les lèvres de Jun, tout d’abord sensuellement, avant de redevenir si passionné. De sa main libre, il se débarrassa de son haut tout d’abord qui finit à terre, il colla son torse à celui du rouquin, peau contre peau, approfondissant encore plus le baiser. Il s’attaqua ensuite à son pantalon et à son sous-vêtement, tous deux glissant aussi jusqu’au sol, pour se retrouver tout aussi nu que son aîné. Sa main libre retourna ensuite dans le creux des reins de Jun, le plaquant contre lui, relevant sa cuisse contre ce dernier dont il mordilla les lèvres avant de rompre le baiser pour murmurer.

"Prends-moi… Jun… De suite…"

Vavila plongea ses violines dans les rubis du rouquin, ondulant de nouveau explicitement contre lui.
Avatar de l’utilisateur
Vavila Anatoli
Infirmier / rebelle
 
Messages: 58
Inscription: Dim 29 Juin 2008 15:45
Age du perso: 26 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Alexei?

Re: Visite nocturne particulière

Messagede Jun Ichijô le Dim 15 Aoû 2010 13:59

Qui avait dit déjà que Vavila était frigide ? Non parce que là, pour un frigide il le trouvait bien chaud le petit infirmier. Aurait il prit des aphrodisiaques avant de venir ou était ce parce qu'ils ne s'étaient pas vu d'un petit moment qu'il lui sautait dessus ainsi ? Bon, pas idiot non plus, il s'était bien sur rendu compte du trouble de son amant avant qu'il ne se jette sur lui pour lui dévorer les lèvres mais se disant qu'il ne lui en tiendrait pas rigueur il en avait bien évidement profité, l'attirant à lui pour le plaquer ensuite contre sa porte d'entrée. Il fallait aussi le comprendre... sa proie avait été si peu endurante qu'il était resté sur sa faim et pour passer une bonne nuit il lui fallait être rassasié... Vavila tombait donc à pic et il allait donc se faire un plaisir de le dévorer tout cru avant de s'inquiéter de ce qui pouvait le troubler autant.

L'instant étant donc à leurs faims de plaisir, Jun quitta les lèvres pour aller se perdre dans ce cou délicieux, susurrant une remarque un brin ironique comme quoi il le voulait bien plus souvent comme ça et eut un sourire contre la peau alors que l'argenté lui susurrait que ce n'était qu'un début... Intéressante révélation, qu'il lui montre donc ce que pouvait bien être la suite...
Sachant fort bien quel était le point faible de son compagnon, il n'hésita pas un instant avant de plonger ses canines dans sa chair. Le sang vampirique n'était pas terrible mais il ne faisait pas ça pour se nourrir, et le magnifique gémissement qu'il entendit fut une musique enivrante pour son oreille appréciatrice. Il se mit donc à mimer de légers coups de reins quand l'étreinte se fit plus étroite et que ce corps ondulant contre le sien eut tôt fait de le rendre bien impatient. Il ne pu alors retenir le grognement mécontent, reflet de sa frustration, quand Vavila le repoussa.

Quoi ? Attendre ? Il ne voulait pas attendre ! Et pourquoi attendre d'ailleurs ? …. et pourquoi diable parlait il de boire ? Il n'avait pas réellement bu à son cou... alors... Oh...
Une lumière se fit dans son esprit quand il vit Vavila se diriger vers sa chambre. Cette boisson là... Mais attendez... Qu'allait donc faire Vavila ? Il n'était pas du genre à proposer un jeu à plusieurs... et puis quand bien même cela était son idée, l'humain dans sa chambre était bien trop mauvais pour l'initier à ce genre de plaisir...
Il écarquilla légèrement les yeux en le voyant ressortir avec l'humain sur l'épaule et posa un regard d'incompréhension la plus totale quand il le vit sortir avec sa proie... Bon... ok... Il comprenait maintenant vaguement mais cela n'était pas vraiment nécessaire de le virer. Ce n'était pas comme s'il n'avait qu'une chambre. (xD).

Un sourire ourla cependant ses lèvres quand il vit revenir seul Vavila et il ne se fit pas prier pour reprendre possession de ses lèvres quand ce dernier l'attira de nouveau à lui. Cette faim qu'il avait de sexe était assez troublante tout de même. Il n'avait vraiment pas l'habitude de l'avoir comme ça, si demandeur sans qu'il n'ait rien eu à faire pour cela.
Jun le laissa donc faire quand il le débarrassa de son vêtement et mi-amusé mi-intéressé le laissa se dévêtir seul, ses doigts caressant lentement la peau découverte alors que sa bouche suivait le ton du baiser. Curieux, il lui laissait la main, et s'il s'était montré impatient peu de temps avant, là il était près à se faire violence pour voir jusqu'où était capable d'aller Vavila. Et la réponse fusa assez vite... le faisant marqué un joli petit temps là alors qu'il plongeait son regard dans celui de son amant.

Le prendre tout de suite ? Quelle était donc cette envie soudaine...? N'était ce pas lui qui accélérait l'échange d'habitude ?
Même en pleine réflexion, Jun avait les mains baladeuses et lors de l'ondulation lui arrachant un grognement il ne se fit pas prier pour peloter la demi lune offerte par cette jambe remonter contre sa hanche. La demande, aussi surprenante soit elle, était tentante. Il en avait bien envie de ce cocon de chair plus étroit capable de lui procurer d'agréable sensation.
Sa seconde main se posa sur la hanche de Vavila alors qu'il se reculait légèrement et d'un geste du poignet lui fit faire un demi tour, plaquant sans attendre son bassin au sien alors qu'il l'invitait à prendre appuie sur la porte, ses canines caressant le nuque...


".... Non..."

Un sourire amusé étira ses lèvres alors qu'il refusait d'accéder à sa demande tout de suite. Quitte à faire dans l'étrange pour cette soirée, autant le faire totalement, et avant que Vavila ne puisse protester, il laissa courir sa langue tout le long de l'épine dorsale du jeune vampire pour aller croquer gourmand une des demi lune. L'étroitesse était séduisante... mais l'envie et le désir l'était bien plus... et voir Vavila y succomber pour lui demander d'accélérer les choses allait être d'un délice !
Refermant la morsure d'une léchouille sensuelle, il posa ses mains sur les deux fesses, et après un coup de langue sur l'entrée de ce corps brulant le réclamant, murmure.


"... J'ai bien envie de te déguster avant de prendre possession de toi... Je crois que je ne t'ai encore jamais montré ce que j'étais capable de faire... Tu te crois bouillant mon ange... mais tu n'as encore rien vu..."

Lui renvoi en quelque sorte sa phrase de tout à l'heure et sans attendre plus longtemps se mit à l'ouvrage, butinant l'intimité offerte à ses lèvres, s'appliquant en une lenteur déconcertante à la caresser longuement avant de laisser sa langue s'y glisser alors qu'une de ses mains se faufilait en une caresse jusqu'à sa virilité. Il le voulait plus demandeur encore... plus à même de s'offrir à lui... de le faire frémir de ces sons si divins à son oreilles. Ils avaient toutes la nuit alors pourquoi se précipiter hm... ?
Avatar de l’utilisateur
Jun Ichijô
Secrétaire
 
Messages: 48
Inscription: Dim 29 Juin 2008 14:44
Age du perso: 600 ans
Humain ou Vampire: Vampire

Re: Visite nocturne particulière

Messagede Vavila Anatoli le Mar 17 Aoû 2010 19:38

Vavila s’était retrouvé avec délice plaqué contre la porte d’entrée par Jun, ondulant contre lui en réagissant toujours aussi positivement à la morsure que lui offrit le rouquin. Il était loin de l’image frigide qu’il donnait, à cet instant, étant bien prêt à se perdre totalement dans les bras du maître du thé. Mais voilà, c’est là qu’il ressentit l’odeur humaine, provenant de l’homme dans la chambre de Jun. Il ne voulait pas être dérangé, il avait faim, et avec un soupçon de possessivité, il réussit à prendre sur lui pour ne pas céder au désir, et il repoussa doucement mais sûrement Jun à l’aide de son index sur son menton, le questionnant tout d’abord sur la quantité de sang bu et lui demandant d’attendre. Bien sûr, il parlait du sang de l’humain, et vu que le rouquin ne chercha pas à le stopper, il se dit qu’il n’avait pas laissé sa proie qu’avec que quelques gouttes de sang. Il récupéra donc l’humain, l’hissant sur son épaule, pour ne pas se laisser perturber par l’expression d’incompréhension de Jun. Quand il sera revenu, rassasié de sang, il fera oublier ce passage au rouquin en retournant à leur occupation précédente. Pour le moment, à vitesse de vampire histoire de ne pas perdre trop de temps, et ressentant toujours sa propre frustration, il déposa à deux pas de chez le maître du thé l’humain, s’abreuvant raisonnablement, et aussi songeant à faire le rituel pour qu’il ait tout oublié de ce qui lui était arrivé. Il revint ensuite chez Jun, où ils n’étaient plus que tous les deux, totalement tranquille pour laisser libre court à leurs envies.

Finalement, l’argenté aura mis que quelques secondes qui n’avaient pas du tout suffit pour ne serait-ce le refroidir qu’un tout petit peu. Et c’était tant mieux ! ça avait l’air d’être également le cas pour Jun, vu comment ce dernier se fit pas prier pour reprendre un baiser tout aussi passionné que le précédent, alors qu’il l’avait de nouveau attiré à lui, toujours dos contre la porte. En même temps, il décida qu’il était bien temps de se débarrasser des couches de tissus bien trop superflus. Il commença par Jun, retirant son yukata, avant d’en faire de lui-même, commençant par le haut puis le bas. Les doigts du rouquin s’ajoutant à la découverte des parcelles de peau peu à peu révéler rendaient la chose encore plus plaisante, le faisant désirer de succomber déjà sous ses coups de rein. Précipité, impatient, oui il l’était, mais il avait tellement chaud, tellement envie, et surtout, il ne voulait rien qui puisse les déranger, les stopper, pas d’autres pensées que celles concernant Jun et sa faim de lui. C’est comme ça qu’il en vint à le plaquer plus contre lui d’une main dans le creux de ses reins, remontant aussi une jambe contre sa hanche, pour lui demander de prendre possession de lui de suite. Il ondula pour accompagner sa demande, soutenant le regard rubis du rouquin.

Vavila n’avait pas tant conscience de la différence avec son comportement habituel, il n’était pas à réfléchir à ça. Il le voulait, c’est tout. Mais est-ce que Jun accèderait à sa requête ? Il ne le lâcha pas du regard, affichant un sourire en l’entendant grogner, pour émettre un court gémissement à la main pelotant une de ses fesses. Par contre, il ne s’attendait pas à ce que la main du rouquin sur sa hanche lui fasse faire un demi-tour. Il ne chercha pas à résister, mettant ses mains de lui-même par réflexe sur la porte pour s’y appuyer, gémissant faiblement à nouveau au bassin de son amant contre le sien. Le désirait-il ainsi ? Il frémit aux canines contre sa nuque, mais aussi à cette idée… Non ?! Comment ça non ? Clairement surpris, alors qu’il pensait que ça ne pouvait que plaire à Jun, il tourna la tête sur le côté pour alors voir le rouquin disparaître de son champ de vision, il sentit la langue baladeuse. Il comptait protester, mais au lieu de mots, ce fut un fort gémissement qui lui échappa aux canines perforant une de ses fesses. Ses doigts contre la porte se plièrent à ce plaisir étrange, mélangé à un court instant de petite douleur. Il avait penché la tête en arrière, les lèvres entrouvertes, ses fesses s’étant contractées par réflexe. Et elles se détendirent à la langue sensuelle mais aussi fort curieuse au chemin qu’elle prit ensuite, l’argenté se mettant à haleter, frissonnant doucement. Ainsi, il voulait le rendre encore plus désireux ? Le rendre fou ? Il se pencha un peu plus en avant, appuyant son front contre la porte, des soupirs lui échappant à ce papillon jouant avec son intimité.


"Jun…. Soit… Si tu veux jouer à ça…"

L’infirmier gémit longuement quand Jun envahit son antre avec sa langue, il griffa légèrement la porte. C’était si bon, comme un petit serpent à l’humidité loin d’être froide. Et cette main qui s’invita sur sa virilité en plus engagea une marée de sensations, lui arrachant des sons commençant par une mélodie plus ou moins discrète. Et plus le rouquin usait habilement de sa main et de sa langue, et plus il laissait sa voix se faire plus puissante. Cette caresse si particulière contre ses parois intimes le rendaient encore plus rempli de désir, mais il voulait résister un peu plus, ne pas céder à l’envie d’autre chose en lui, de réclamer à ressentir davantage. Tout doucement, il commença à onduler sensuellement et doucement, recherchant l’air de rien un peu plus en faisant attention. Il glissa une main le long de son torse, moins froid que d’habitude, et frémissant. Il attrapa la main de Jun, la retirant de sa virilité pour la lever, et il pencha la tête à sa rencontre, s’humectant les lèvres. Il emprisonna entre ses lèvres trois de ses doigts, les suçotant avidement et se faisant un peu taire de cette façon. Son intimité se fit plus accueillante encore qu’elle ne l’était. Il joua à glisser sa langue tout d’abord entre les doigts du rouquin, avant d’entamer un va-et-vient, resserrant par moment sa bouche, mimant tout autre chose, associant son rythme à de presque imperceptibles contractions de son intimité. Au bout d’un moment, il relâcha les doigts de Jun, des plus haletants. Il se cambra un peu, pur susurrer, tournant la tête de côté, toujours penchée, vers son amant.

"Plus...Donne m’en plus Jun… s’il te plaît...Tu ne veux pas plus de plaisir toi ? N'as-tu pas envie d'une exploration plus... profonde?"

Vavila donna un coup de langue sur le poignet de la main de Jun qu’il n’avait toujours pas lâché et ouvrit de nouveau la bouche, laissant sortir ses canines qu’il planta tout doucement dans la chair de son poignet. Sa langue s’amusa à aller et venir contre sa peau entre ses crocs, le suçotant, démontrant à quel point il était affamé.
Avatar de l’utilisateur
Vavila Anatoli
Infirmier / rebelle
 
Messages: 58
Inscription: Dim 29 Juin 2008 15:45
Age du perso: 26 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Alexei?

Re: Visite nocturne particulière

Messagede Jun Ichijô le Ven 17 Sep 2010 19:26

Pour une fois qu'il n'était pas celui accélérant les choses, Jun avait bien l'intention de profiter au maximum de ce qui lui était offert. Un Vavila si chaud qui lui demandait, en quelque sorte, qu'il se montre sauvage et le prenne sans attendre. Quel changement ! L'envie d'exécuter la demande le tenta clairement mais une envie de voir jusqu'où Vavila pourrait aller pour qu'il le fasse était plus intéressante encore. Qu'il le désire donc et qu'il le lui demande.
Penchant pour cette option, il lui fit faire un demi tour et eut très bien conscience qu'en se plaquant contre lui ensuite il pouvait très bien lui faire croire qu'il le voulait ainsi… soumis à ses coups de reins… et il en joua bien sur, allant jusqu'à effleurer de ses canines la nuque pour finalement susurrer un non taquin. Jun n'attendit pas ensuite la protestation de son partenaire et descendit sans attendre tout le long de son dos pour finir par mordre une demi lune. Il fit une petite grimace en le voyant se contracter, sentant dans sa voix que cela n'avait pas été que plaisir du coup, mais il ne s'en formalisa pas. Il fallait dire aussi qu'il l'avait prit par surprise et pour se faire pardonner – même si, soyons honnête c'est à ça qu'il songeait en descendant s'installer là – se mit à jouer de sa langue contre cette intimité brûlante tout en lui susurrant ce qu'il attendait de lui.

Un sourire pervers illumina son visage quand son compagnon accepta le jeu et il entra alors vraiment en action. Oh, il en connaissait des façons de donner du plaisir et il était encore bien loin de les avoir toutes expérimentés sur Vavila. Jun s'appliqua donc à ce que la caresse soit parfaite, rajoutant un doux jeu de main sur la virilité si gonflée de désir de son amant. La voix et les gémissements furent comme d'innombrable caresses et même s'il était expérimenté ne pu que s'en sentir plus excité. Il se faisait en quelque sorte prendre à son propre jeu, augmentant son propre désir au fur et à mesure que celui de Vavila prenait de l'ampleur.


"Non mais c'est pas un peu fini ce bordel !!!"
"Oui ! Faites moins de bruit ! Y'en a qui veulent dormir !!"

Ce pourrait il que la voix de son cher amant ait porté aussi loin ? Non parce que bon, il était le seul appartement au dessus de son salon de thé et les voisins avaient au moins deux murs les séparant de son logement…. Il en aurait ri s'il n'avait pas été aussi occupé et fit comme s'il n'avait rien entendu, intensifiant ses caresses pour que la douce musique s'échappant des lèvres de son amant se fasse encore plus entendre. Après tout, il les avait entendu râler parce qu'il était vampire. Se prétendant humain, il ne devait pas en prendre compte. Soit dit en passant, peut importe au fond ce à quoi il prétendait appartenir, il n'aurait pas changer du tout d'attitude et aurait agit donc tout à fait de la même manière…
Les yeux mis clos, il savourait. Les ondulations de Vavila étaient fort révélatrices de l'envie coulant en lui. Quand Vavila lui fit enlever sa main le caressant, il fronça légèrement les sourcils ne comprenant pas trop pourquoi il supprimait une sensation agréable, mais en sentant cette bouche venir emprisonner ses doigts il ne pu réprimer un gémissement. Vous me direz gémir pour ça quand même ! Mais comprenez le, le pauvre petit… Il joue, il joue, mais il brûle d'envie de se sentir entourer et le jeu de va et vient sur ses doigts n'était pas sans lui rappeler un autre va et vient qui lui serait, à cet instant, des plus divins.

Têtu cependant, il tenta de faire abstraction de ça pour continuer sa caresse qui le savait plaisait à son compagnon, et pour se faire patienter, entoura de sa main sa propre virilité, calquant ce qu'il ressentait sur ses doigts à ces mouvements de poignet. Allaient ils jouir ainsi tout deux ? Parce que se connaissant, il ne serait pas celui qui mettrait fin à tout ça et fierté oblige préfèrerait mener son amant à l'extase plutôt que de montrer une quelconque faiblesse dans ce jeu de langue qu'il avait fourbement initié. Heureusement, Vavila craqua, et il posa sur lui un regard brillant de désir à sa demande, prenant tout de même son temps pour abandonner le joli fessier, donnant un dernier coup de langue à son intimité.

S'était il attendu à ce que Vavila le morde ? Non. Il était celui qui mordait et l'inverse se passait rarement, surtout dans ce contexte là, et le gémissement qui franchit ses lèvres à son poignet percé par les canines, le surpris lui-même. C'était décidément la soirée de toutes les surprises…
Doucement, il se redressa, laissant courir sa langue tout le long de l'épine dorsale et une fois à porté de son oreille murmura.


"… Si tu savais… comme je te désire… tu ne me poserais pas cette question…"

Et comme pour prouver ses dires, il alla caresser l'intimité de son amant de son membre gonflé de plaisir, allant et venant quelques instants entre les deux demi-lunes avant de prendre possession de lui en un coup de rein franc, peut être trop… Après tout, sa demande du départ était qu'il le prenne sans attendre. Sa salive au moins éviterait que la douleur soit trop grande et qui sait avec son jeu de langue précédent, peut être n'y ressentirait il que du plaisir. En tout cas pour lui, ce ne fut que du plaisir et le gémissement rauque bien plus expressif que ceux qu'il exprimait d'habitude en était la preuve.
Sa main libre se posa alors sur une des hanches de Vavila et sans réellement attendre, commença à se mouvoir en lui, affamé de ce que ce cocon de chair pouvait prodiguer d'agréable. Son regard se fit un instant plus fou et englué dans le plaisir ressentit ne réalisa pas qu'il s'était penché sur lui pour lui mordre la nuque, le rendant bien plus bestial que d'habitude. Les morsures échangées sans doute… ou alors le Vavila si différent... Qui sait. Toujours est il qu'il ne mit pas vraiment longtemps avant d'atteindre l'extase, ses coups de reins puissant et profond, violentant encore et encore la prostate de l'argenté, lui arrachant des grognement rauque se terminant en un cri de plaisir, si peu habituel de sa part, quand il se libéra en lui. Instinctivement, il but quelques gorgées de ce sang gorgé du plaisir de son amant et referma ensuite la morsure d'un coup de langue, posant son front sur son épaule alors qu'haletant il essayait de reprendre pied dans la réalité. Sa main sur la hanche glissa jusqu'au ventre et il l'enlaça, le tenant contre lui, près à le soutenir s'il avait un moment de faiblesse…
Avatar de l’utilisateur
Jun Ichijô
Secrétaire
 
Messages: 48
Inscription: Dim 29 Juin 2008 14:44
Age du perso: 600 ans
Humain ou Vampire: Vampire

Re: Visite nocturne particulière

Messagede Vavila Anatoli le Sam 25 Sep 2010 19:26

Vavila ne se serait pas attente à ce que Jun lui dise non, alors qu’il pressait lui-même les choses, déjà rempli de tant désir. Il n’avait jamais été comme ça, et pourtant, il accepta de laisser le rouquin jouait avec lui à sa guise. Il était aussi curieux à quel point il pourrait être encore plus chaud bouillant qu’il ne l’était maintenant. Il faut dire que la morsure et la langue taquine avaient de quoi être très convaincantes. Il s’appuya avec la porte, gémissant avec délice au serpent chaud et humide s’immisçant dans son intimité. Et s’il n’y avait eut que ça, mais non, le rouquin ajouta aussi son art d’user de sa main sur sa virilité. Le feu qui grondait en lui ne pouvait que devenir une lave encore brûlante parcourant ses veines, tout son corps. Il était l’instrument dont Jun arrivait à sortir de bien jolies notes, avec de plus en plus de puissances. Oh il les entendit, ces humains qui se plaignaient du bruit qu’il faisait. Pourtant, il n’en faisait pas tant que ça… enfin, si, mais ce n’était pas comme des cris de pures extases incontrôlables. D’habitude, il aurait réagit, à chercher se faire discret, ou autres, parce qu’il aurait été clairement dérangé par ces remarques qu’il n’était pas censé entendre. Mais là, non, il n’en avait rien à faire. Il tuerait ceux qui oseraient les interrompre là. Il n’avait jamais été comme ça, c’était indéniable, et bien qu’il soit capable d’arriver à cette conclusion, ça n’allait pas plus loin, à ne pas se rappeler à ce qui l’avait amené là. Et bien heureusement, cela démontrait que ça avait l’effet désiré.

L’argenté voulait plus, ça en devenait presque insupportable, mais il était entré totalement dans le jeu pour repousser le moment où il ne pourrait qu’être satisfait de sentir Jun en lui, au point qu’il pourrait en venir à le supplier de bien des manières. Tout en ondulant pour ressentir plus de plaisir, il alla prendre la main de Jun qui entourait sa virilité, pour la faire venir ensuite à ses lèvres. Il agissait en suivant une envie soudaine, une envie qui lui permettait ainsi de tenir un peu plus, et de ne pas rester qu’à recevoir. Il tortura le rouquin en suçotant trois de ses doigts, lui faisant ainsi ressentir ce que son corps pourrait lui offrir comme plaisir, calquant le tout sur les propres réactions de son intimité. Entendre gémir Jun à cause du traitement de sa main l’enflamma davantage… Ses limites étaient là, il n’en pouvait plus… Il le voulait en lui, se libérer sous ses coups de butoirs… Oh, il savait très bien qu’en continuant ainsi, tous deux pourraient jouir, mais non… Comme ça, ce n’était pas assez… Il était vraiment affamé… C’est ainsi qu’il s’arrêta, penchant la tête vers Jun, il se cambra, geste appuyant son invitation à une exploration en profondeur toute autre.

Vavila passa sa langue sur le poignet du rouquin, et il le mordit, son regard restant tourné vers la silhouette du vampire derrière lui. Une lueur de plaisir et d’un désir si brûlant dans les yeux, son expression était digne d’un « prends possession de moi comme je m’approprie ton sang » sensuel. Il était conscient que sa morsure était plaisante pour Jun, et il s’appliqua à jouer de sa langue dedans, alors qu’il frissonnait à celle du rouquin remontant le long de son dos. A ses paroles, il rendit la prise de ses dents sur son poignet plus douce, pour avoir un long grognement d’impatience alors que Jun jouait avec un frottement augmentant son impatience au vu de son intimité se contractant. Mais ça ne dura pas, pas comme une petite torture de plus. Ses crocs s’enfoncèrent dans la chair, étouffant un fort cri de plaisir quand son amant le pénétra en un coup de rein direct sans douceur. S’il n’y avait pas eut le jeu de langue et son excitation si forte pour le rendre bien réceptif, il aurait pu avoir mal, mais là, non. Un long frémissement fit trembler son être alors que son intimité se contracta délicieusement autour du pieu de chair responsable de son émoi. Autant dire que d’entendre Jun être bien plus expressif était un plus indéniable, lui faisant réaliser que le plaisir totalement exprimé en donnait plus.

Le fait que le rouquin ne tarde pas à se mouvoir en lui fit que le plaisir ressentit précédemment par l’argenté n’eut pas le temps de s’atténuer qu’un peu. Bien qu’il ait la bouche occupée, des gémissements se faisaient entendre presque aussi bien qu’auparavant. Sa seule main sur la porte était remontée peu à peu, son coude touchant par moment la porte, selon comment il bougeait à la rencontre de Jun et selon la puissance des coups de reins de ce dernier. Mais à la morsure, ce fut un cri de pur plaisir qui lui échappa, alors qu’il avait relâché un instant la prise de sa morsure, renfonçant l’instant d’après ses crocs qui étaient presque ressortis. Les tremblements de son corps ne le quittèrent pas, jouant d’un très petit va-et-vient de ses crocs, mêlant grognements et cris à la tournure plus bestiale de leur union. Ses ongles griffèrent la porte, c’était si intense et divin, son corps bousculé avec puissance et sa prostate ainsi percutée. Autant dire que les humains qui se plaignaient de tout à l’heure, avaient de quoi mieux les entendre malgré leurs morsures. Suant et tremblant, il sentait l’extase arriver à grand pas, à son intimité se contractant en des spasmes, lui appuyant de sa main sur la porte, en se cambrant, et sa morsure qui se fit plus profonde.

Vavila rendit les armes, au cri d’extase de Jun effleurant ses oreilles, et à cette coulée de lave brûlante coulant en lui. Il se libéra en un cri faisant écho à celui du rouquin, alors que ses crocs avaient quitté son poignet. Il rentrouvrit les yeux, et à sa nuque relâchée, il appuya son front sur la porte qui gardait la trace de sa griffure quand il avait atteint l’extase. Il esquissa un petit sourire, à leurs deux souffles haletant, ignorant le tremblement de son corps, pour aller refermer lentement de sa langue la morsure du poignet de Jun. Il nettoya le sang qui avait coulé, avant de sentir ses jambes lui faire défaut une petite seconde, ce qui aurait pu passer inaperçu s’il ne s’était pas retrouvé un instant à avoir bien plus appui sur le bras du rouquin. Par le plaisir, il n’avait pas pris conscience des exigences imposées à son corps avec le rythme bestial et enflammé. Mais il était vampire, se sentant déjà bien, il relâcha la main de Jun, s’appuyant de sa main sur la porte pour se redresser, alors que l’autre se glissa dans la chevelure rousse. Il tourna la tête et colla ses lèvres contre celles du rouquin, délicatement, avant de lui susurrer.


"Que dirais-tu de continuer cette belle nuit dans ta chambre ?"

L’argenté adressa un sourire à Jun, son visage toujours tourné vers lui, attendant l’accord de ce dernier pour le suivre dans la chambre. Il n’était pas le seul à être différent cette nuit-là, mais ce n’était pas souvent qu’il invitait de lui-même à se perdre dans le plaisir durant toute la nuit. Passionné, quémandeur, actif, câlin, il fut tout cela, s’abandonnant de bien des manières, quitte à en finir bien fatigué au lendemain matin.
Avatar de l’utilisateur
Vavila Anatoli
Infirmier / rebelle
 
Messages: 58
Inscription: Dim 29 Juin 2008 15:45
Age du perso: 26 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Alexei?

Re: Visite nocturne particulière

Messagede Jun Ichijô le Sam 16 Juil 2011 10:17

Leurs corps ne faisaient plus qu'un et c'est essoufflé l'un comme l'autre qu'ils reprenaient contrôle de leurs sens appuyé contre cette porte. Cela devait être un reste de leurs attitudes humaines car après tout ils n'avaient plus besoins de respirer et l'essoufflement aurait du en théorie disparaitre avec. Mais bon, c'était ainsi. Jun tenait Vavila contre lui, gardant son front contre son épaule, frissonnant légèrement à la langue refermant la morsure à son poignet. Il comprenait bien mieux le plaisir qu'on prenait à être mordu, il lui en avait quand même fallu du temps ! A la main dans ses cheveux, il redressa la tête, plongeant son regard dans le sien avant de répondre avec tendresse à ce baiser qu'il lui donna. Un sourire vint ensuite ourler ses lèvres à la proposition qui lui fut faite. Étonnant tout de même que cela vienne de Vavila, mais il n'était pas à une surprise près.

"J'allais justement te le proposer... allons nous installer plus confortablement..."

Il entraina donc à sa suite son bel amant, s'emparant de ses lèvres une fois la porte passée pour s'unir de nouveau à lui dans son grand lit. Il arriva même une fois où il se laissa dominer par l'argenté continuant ainsi dans la lignée des choses différentes et ce fut fourbu que le soleil du petit matin les trouva. Couchés, de gros coussins calés dans le dos pour qu'il ne soit pas totalement allongé, Jun caressait du bout des doigts le creux des reins de Vavila confortablement installé contre lui. Cela faisait maintenant une bonne demi heure qu'ils étaient tout deux silencieux mais le sommeil ne semblait pas vouloir les emporter tout de suite.

"... Tu veux me parler de ce qui te tracasse...?"

Cela n'était qu'une invitation pour qu'il s'ouvre un peu mais il ne lui forcerait en rien la main sur cette question. Il connaissait en partie la réponse de toute façon mais allait feindre de ne pas s'être rendu compte de l'odeur du peintre sur son ami. Ce dernier semblait être champion pour mettre l'infirmier dans un état pas possible et il savait pertinemment qu'il ne pourrait pas y faire grand chose. L'amour qu'il ressentait pour cet être pétochard sur ses propres sentiments était toujours là. Vavila avait beau le nier, le rejeter le plus loin possible de son être, cela n'y changerait rien. Un amour ne s'éteignait pas comme cela, du moins pas un amour aussi fort. Mais comment le lui faire comprendre ? Il savait aussi qu'il se préservait ainsi et il le comprenait très bien, mais il allait devoir faire face à cet homme tout de même. Il n'y avait plus qu'à espérer que ce dernier ne le détruise pas...
Jun posa doucement ses lèvres sur le haut de la tête de son ami/amant, continuant inlassablement sa caresse au creux de ses reins. Il voulait qu'il sente qu'il était là pour lui.
Avatar de l’utilisateur
Jun Ichijô
Secrétaire
 
Messages: 48
Inscription: Dim 29 Juin 2008 14:44
Age du perso: 600 ans
Humain ou Vampire: Vampire

Re: Visite nocturne particulière

Messagede Vavila Anatoli le Dim 17 Juil 2011 17:33

Suite Ici!
Avatar de l’utilisateur
Vavila Anatoli
Infirmier / rebelle
 
Messages: 58
Inscription: Dim 29 Juin 2008 15:45
Age du perso: 26 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Rebelle
Ame soeur: Alexei?


Retourner vers Salon de thé

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité





cron