Modifions les souvenirs...

Modifions les souvenirs...

Messagede Jun Ichijô le Dim 17 Juil 2011 17:35

Jun était tranquillement en train de fermer son salon de thé quand une voix venant du fond de la salle le fit sursauter. Le surprendre était chose rare, voir impossible vu qu'il était vampire, mais apparemment quelqu'un avait réussit à se glisser à l'intérieur et cela le déstabilisait. Était il ami ? Ennemi...?

"Que diriez vous... si je vous annonçait Sir Ichijô que j'ai peut être une solution à votre problème..."

L'homme se tenait dans un coin sombre et il avait grand mal à discerner ses traits. Son odeur lui était inconnu... Mais alors comment pouvait il le connaitre ? Et de quel problème pouvait il bien parler...?

"Ne faites donc pas cette tête... Je sais que cela va vous sembler étrange mais... je pourrais éventuellement vous permettre de changer les relations entre les deux groupes en guerre... Votre ennemi de toujours... a été lui aussi humain et je peux vous aider à faire remonter cette humanité. A vous de voir dans quel but..."

Suspicieux et méfiant, Jun resta à distance. Un homme qui parlait aussi clairement de Clancy ne pouvait être que dans son camps vu qu'il ne le connaissait pas en tant que rebelle, mais alors pourquoi parler d'un moyen pour l'atteindre ? Il s'approcha lentement de l'homme, restant silencieux pour le moment puis prit une attitude souriante et chaleureuse, décidant de passer pour le propriétaire du salon plus que le bras droit de Caïn.

"Je ne vois pas de quoi vous voulez parler. Vous devez vous...."

"Cessons cette perte de temps voulez vous ! Je sais ce que vous êtes ! Ceux que vous soutenez ! Je vous propose mon aide. Vous la refusez ? Soit je m'en vais..."

L'homme sorti de l'ombre. Rien de bien impressionnant chez lui. Quelqu'un on ne peut plus banal et quelconque. Absolument pas tailler pour le combat... Jun se saisit de son bras alors qu'il passait à côté de lui et reprit une expression sérieuse. Cet être était étrange et s'il pouvait vraiment faire quelque chose pour eux, alors il se devait de l'écouter. Il pourrait après tout ensuite décidé de lui effacer la mémoire et nier tout en bloc.

"Je vous écoute. Mais je ne vois pas comment vous pourriez accomplir ce prodige..."

Un sourire apparu sur les lèvres de l'homme et il s'installa à une table, invitant Jun à faire de même. Une fois tout deux installés, il prit la parole, d'une voix monocorde et calme.

"Pour faire court. J'ai un don. Je peux m'immiscer dans les rêves des gens et imprimer dans leurs esprits des souvenirs qu'ils croient réels alors qu'ils ne sont que factice. Je vous propose donc de vous conduire dans ceux du général Clancy, de vous entrainez dans ses souvenirs les plus lointain, de son époque humaine et d'y jouer un rôle. Bien sur, ce rôle doit être minime afin qu'il ne soit pas trop aberrant pour notre rêveur, donc pas de transformation en vampire ou autre grand changement. Mais peut être arriverez vous à convaincre l'humain de garder une main mise sur la bête..."

Jun le regarda de longues secondes sans rien dire... hésitant entre éclater de rire et appeler l'asile psychiatrique... Puis il se remémora le vortex et ce qu'il en avait pensé au début. Ce mec avait peut être trop vu de X-men mais il débitait tout ça avec un tel sérieux et un tel aplomb qu'il commençait à avoir un doute. Un long soupire franchit ses lèvres alors qu'il se passait une main dans ses longs cheveux et se traitant mentalement de malade, prit la parole.

"... Disons que je vous crois... Que devons nous faire ?"

L'homme se fendit d'un grand sourire, des étincelles brillant dans ses yeux comme si Jun était parmi les seuls à accepter de le croire - et il était effectivement le seul à l'afficher aussi bien - et il se releva.

"Vous pas grand chose ! Il vous suffit de dormir. La seule chose que vous devez savoir avant que nous commencions c'est que le rêveur reste en grande partie maître de son rêve et qu'il est parfois difficile de lui imposer une vision différente de ce qu'il veut. Ensuite, cela prendra fin au réveil du général Clancy mais sachez que des heures voir des jours passées là bas, peuvent très bien être seulement quelques minutes ici. Il ne s'écoulera pas plus d'une nuit de toutes façons ! Allons !! Allons ! Mettons nous au travail ! Je pense que le général ne va pas tarder à s'endormir... Si mes sources sont bonnes, il revient d'un congrès très prenant où il a fortement manqué de sommeil."

Si ces sources étaient bonnes hein... Lui le savait, parce que Zahran faisait parti du voyage mais de là à dire qu'il avait manqué de sommeil... Et l'homme comme ayant entendu ses pensées ajouta :

"Je suis ses rêves depuis un petit moment. Vu que je ne l'ai pas croisé souvent ces derniers jours, je peux dire sans me tromper qu'il a du peu dormir..."

Bon ok, cela se tenait... Il prenait un risque mais comptait sur ses sens de vampire pour réagir promptement si tout cela n'était qu'affabulation dans le but de le faire s'assoupir pour mieux l'atteindre. Mais la promesse qu'il y avait derrière était on ne peut plus intéressante et il ne pouvait passer à côté même s'il y risquait sa vie. Erwan avait besoins que tout cela cesse pour qu'il apprenne à revivre ici et il estimait qu'il lui devait bien ça. Qu'il leurs devait bien ça à lui et à Caïn.
Lentement, il se leva, faisant signe à l'homme de le suivre jusqu'à chez lui mais alors qu'ils allaient passer la porte de l'appartement :


"Si tout cela n'est qu'un piège... je vous promet que je vous vide de tout votre sang... et que pour cela je prendrais un temps infiniment long... "

L'homme soutint son regard et sans perdre son sourire :

"Je comprends votre méfiance mais n'ayez crainte, je ne me joues pas de vous..."

Il pénétra dans l'appartement sans crainte et laissa Jun lui montrer le chemin vers la chambre. Le rouquin s'y installa confortablement et ferma les yeux. Trouver le sommeil allait être difficile... Sa méfiance n'avait en rien diminuée et... Il faillit ouvrir les yeux quand une main se posa sur son front mais au lieu de cela il s'enfonça dans un sommeil profond sans qu'il ait pu faire quoique ce soit pour se tenir éveillé.

Tout ne fut tout d'abord que tourbillon de lumières, de voix incompréhensible et quand tout redevint clair, il se trouvait devant une grande demeure, un soleil radieux brillant aux dans le ciel. Dans la cours, bon nombre de serviteur s'agitait, préparant quelque chose apparemment et à l'ombre de grands arbres se tenait une table richement garnies de mets multicolores. Une fête semblait se préparer...


"Son dix huitième anniversaire." Jun sursauta et posa son regard sur un homme typé asiatique, proche de son physique d'ailleurs mais avec bien des années en plus. Mais il avait la sensation de le connaître... "Je suis votre père ici et vous êtes mon jeune fils Jun. Vous avez d'ailleurs l'apparence d'un jeune homme de 18 ans. Je n'ai pas changé véritablement votre apparence, cela m'aurait demandé beaucoup trop de concentration, je me contente donc de vous ressembler. Vous êtes toujours vampire... Et le début de la modification de ses souvenirs sera que vous ferez parti de la troupe de danse prévue pour célébrer son anniversaire. Vous étiez danseur autrefois si je ne me trompe pas, vous n'aurez donc aucun mal à vous mêler à la troupe. Oh ! Avant que nous nous quittions, son prénom était Fulangxi... Souvenez vous en bien.... Main tenant montrez moi votre art mon ami... je suis curieux de voir quels prodiges vous êtes à même de créer..."

Et c'est ainsi que Jun se retrouva dans les rêves de William, portant son costume d'autrefois ainsi que la multitude de clochettes et grelots noués dans ses longs cheveux rouge sang. Il se tenait au milieu d'une troupe de danseur féminin, toutes chinoises, et était redevenu ce petit oiseau qu'on exhibe, qu'on met en avant comme étant rare et il se laissa porté par la douce musique pour offrir à ses spectateurs une danse sensuelle tout en encrant son regard dans ceux de l'autre rouquin... bien plus jeune et humain... Le fameux Fulangxi fêtant ses 18 ans... Si fragile petite chose....
Avatar de l’utilisateur
Jun Ichijô
Secrétaire
 
Messages: 48
Inscription: Dim 29 Juin 2008 14:44
Age du perso: 600 ans
Humain ou Vampire: Vampire

Re: Modifions les souvenirs...

Messagede William Clancy le Mar 19 Juil 2011 20:27

William venait de rentrer d’un congrès, certes intéressant, mais au final… quelque peu fatiguant. Il n’avait eut aucune nuit tranquille à lui. Etant un vampire, certains en profitaient pour voir des choses avec lui la nuit. Autant dire que derrière les moments officiels, il y avait les extras multiples. Telle entreprise qui voulait en profiter pour proposer ses services à l’armée, devenir partenaires… Ou encore ceux qui voulaient défendre leur position. Tout un blabla diplomatique dont il n’était que peu friand. Sa secrétaire avait eut plusieurs fois besoin d’agir pour calmer les nerfs du général qui aurait fort bien renvoyer ses visiteurs nocturnes ou même aurait étanché sa soif avec un des responsables de son énervement. Il y avait eut surtout ce crétin de dirigeant de laboratoire pharmaceutique, si imbu de lui-même alors qu’il était si pathétique… Il l’avait bien terrorisé rien qu’en commençant à le menacer de le dévorer mais c’était là que sa secrétaire lui rappela qu’il serait fort problématique si l’armée voyait un de ses fournisseurs en thérapie déstabiliser à cause d’une mort et d’un changement de direction… Au moins s’était-il un peu défoulé en embêtant quelque peu son chef d’équipe scientifique qui était venu avec la si docile Emma à la double couverture.

Le rouquin eut une mine amusée alors qu’il rentrait dans son appartement, la porte se refermant derrière lui. Il s’était rappelé la tête horrifiée et scandalisée de Zahran alors qu’il avait juste mordiller par surprise dans son cou pour lui dire de venir lui servir de casse-croûte le soir même, ce que ce dernier n’avait bien évidemment pas fait. Quel vierge effarouché en fait ! Enfin, Emma avait l’air de bien cultiver sa proximité avec le brun, ça serait tout de même dommage si son chef d’équipe de recherche se trouvait être un ennemi en réalité… Le général avait enlevé ses chaussures, s’étant rassasié d’un humain avant de rentrer pour du repos mérité. Même un vampire avait de temps en temps besoin de dormir. Il faisait déjà nuit dehors et il ne prit pas la peine de faire descendre les volets, et une fois entré dans sa chambre, il se déshabilla totalement, son uniforme finissant jeté négligemment sur un fauteuil alors qu’il se laissa tomber sur le lit. Il resta ainsi quelques minutes, appréciant le calme agréable, se détendant ainsi suffisamment pour sentir bien plus l’envie de dormir. Il se redressa alors un peu, détacha ses cheveux qui étaient retenue en queue de cheval aujourd’hui, pour se glisser ensuite sous les draps. Le contact du tissu était agréable de par sa douceur, il se tourna sur le côté, fermant ses yeux et il tomba dans un profond sommeil une ou deux minutes plus tard.

Tout d’abord, ce fut le noir complet, reposant, puis un léger frisson le traversa sans qu’il ne s’en rende compte et il se mit à rêver d’un…. Souvenir ? Oui, c’en était bien un, tant d’années après, il se rappelait bien du cadeau des boucles d’oreilles de sa mère décédée par son père, pour sa future femme, un peu avant la fête de son dix huitième anniversaire. Quelle ironie qu’il porte lui-même les boucles d’oreilles parfois. Toujours est-il qu’il s’enfonça dans ce souvenir qu’il revivait en rêve.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Fulangxi terminait de vérifier les derniers détails de sa coiffure, loin du chignon classique des hommes. Il avait juste entremêlé ses cheveux en un chignon à l’aide de baguettes dorées et plusieurs mèches s’échappaient ci et là autour de son visage. Il avait décidé de porter sa tenue habituelle quand il ne pouvait pas être des plus décontractés. Une tenue blanche avec des contours, ceintures et manches noires avec des fleurs rouges brodés dessus. Une corde blanche entourait sa taille, quelques broderies jaunes étaient accrochées à sa tenue, mais ce qu’il appréciait, c’était ce grand collier de perles blanches entouré autour de son avant-bras gauche. Il aimait beaucoup le bruit et le contact de ces perles. (photo de la tenue Ici! ). Une fois prêt, le jeune homme quitta sa chambre, après avoir mis les chaussures tendu par son serviteur attitré. Il se dirigea alors dans la cour intérieure où on l’attendait. Il pouvait encore entendre le brouhaha de la précipitation des préparatifs de dernière minute. Tout se faisait pour le repas de ce soir, sans prévoir qu’il soit trop long, son père désirant avoir la paix un peu le soir dans sa demeure. C’est que ce dernier était déjà à agir comme une personne âgée, mais au moins, le rouquin se fit qu’il sera tranquille pour pouvoir peut-être fêter autrement son anniversaire en toute intimité. Pas mal de monde allait rester dormir ici après tout avant de devoir repartir.

"Fu !!"

Tiens, quand on parle du loup justement… Son père était là, accueillant les invités et c’est ainsi que Fulangxi entra dans la danse des relations dans la noblesse chinoise. Salutations, présentations, félicitations, cadeaux, le rouquin se montra souriant, agréable, sûr de lui, de quoi satisfaire son paternel de le voir à la hauteur de son rang. Cependant, notre jeune humain fut ravi que le repas soit servi, s’asseyant à la place d’honneur lui étant réservé, pouvant discuter plus librement avec son voisin, un lointain cousin un tout petit peu plus âgé que lui, partageant son avis sur les positions de leur famille. Dommage que son cousin soit si peu… gâté par la nature, il aurait pu pousser un petit peu les limites de leur amitié. Le rouquin eut un rire amusé et tapota malgré tout en un geste de compassion l’épaule de son cousin qui râlait de l’épouse que ses parents lui avaient trouvé. Il pouvait bien toucher du doigt de ne pas avoir eu encore à entrer en conflit à ce sujet-là avec son père. C’est là qu’une musique se fit entendre.
Fulangxi reposa sa cuillère, délaissant le dessert dans son assiette pour alors porter son attention sur la troupe de danseurs qui venaient d’arriver devant leur table. Quelle ne fut pas sa surprise d’y voir… un danseur parmi les danseuses. Et quel danseur ! Ses perles grises suivirent ce bel être de feu qui se trémoussait devant lui, presque comme hypnotisé par le bruit des grelots liés aux mouvements de la chevelure de ce dernier. La danse faisait sensation, et alors que cette dernière allait finir, le rouquin se leva, pour se mêler l’air de rien aux danseuses, son père satisfait de voir un signe d’attrait tout en réserve pour le sexe opposé. Et pourtant, le but de manœuvre du jeune humain était le moment où il effleura de dos le danseur si désirable, tournant de côté la tête pour croiser de bien plus prêt le regard de ce dernier, étant quelque peu perturbé, sous le charme, sans se douter que son vis-à-vis pourrait l’être, à cause de son odeur humaine, et de cette expression bien plus sincère et humaine que celle de son futur. Une respiration et la musique s’arrêta et une voix se fit entendre, faisant se détourner finalement le rouquin qui fit alors face à un des invités, un maître d’arme réputé. Celui-ci fit un petit discours, sur le rôle d’homme, le courage et la valeur qu’il avait pu voir chez Fulangxi à qui il offrit un magnifique sabre, qu’il a toujours d’ailleurs. S’ensuivit la remise de deux-trois cadeaux, pour le bonheur de l’exhibition des biens et de la générosité, et la soirée se termina.

Fulangxi s’était retourné, pour voir si le bel danseur était dans le coin, après avoir dit aurevoir aux invités repartant de suite, se contentant juste de croiser son regard s’il était toujours là, avant d’ordonner à haute voix à son serviteur de lui apporter du thé dans sa chambre.

"Yinchang, mon thé, tu l’apportes dans ma chambre…"


Le rouquin retourna à celle-ci, se trouvant sur l’aile est du côté de la cour extérieure, donc rapidement accessible, à l’opposé du côté des appartements de son père. Il songea qu’il verrait bien, si une fois moins de serviteurs à travailler dans la cour, il enverrait le sien chercher le danseur, par curiosité. Il ouvrit le paravent donnant accès à sa chambre, retirant ses chaussures et il défit son chignon, posant sur un meuble les deux baguettes dorées. Il repoussa dans son dos ses longs cheveux ondulés et il alla s’asseoir au bord du passage en bois devant l’entrée de sa chambre, ses pieds effleurant le sol. Il ferma les yeux avec un soupir, appréciant l’air de cette nuit d’été. Il se mit à faire tourner entre ses doigts les perles blanches du collier entouré autour de son bras, ayant posé le sabre reçu en cadeau à côté de lui. Il ouvrit les yeux pour observer un instant les points lumineux dans le ciel quand il perçut un craquement des planches en bois, tout prés de lui. Il se retourna alors vivement, pensant que c’était bien sûr son serviteur attitré.

"Tu as déjà le thé ?"
Avatar de l’utilisateur
William Clancy
Général
 
Messages: 23
Inscription: Sam 10 Jan 2009 17:54
Age du perso: 1725 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Armée
Ame soeur: Erwan?*se fait tuer*

Re: Modifions les souvenirs...

Messagede Jun Ichijô le Jeu 27 Oct 2011 14:43

Jun avait pensé que danser pour quelques nobliaux lui serait désagréable. Finalement il n'en était rien et il se félicitait intérieurement d'être arrivé à vraiment mettre de côté cette rancoeur qu'il portait à ces si nobles familles considérant les êtres moins riches comme du bétail. C'était dans les mœurs après tout à l'époque. Aujourd'hui, il allait pouvoir en jouer… Nous verrons bien qui "dominera" l'autre. Un fin sourire étira ses lèvres à cette pensée et il poursuivi sa danse sensuelle.
Il fut agréablement surpris quand sa "proie" décida de se mêler à eux et il ne se fit pas prier une seule seconde pour laisser courir son regard, discrètement tout de même, sur le corps plus jeune de son futur ennemi. Toujours aussi agréable à regarder… peut être plus d'ailleurs sans cette arrogance vampirique. Sa douce odeur était elle aussi un plus, douce et… enivrante. Il n'aurait jamais pensé pouvoir un jour songer que l'odeur de William pourrait lui plaire. Pourtant, cela était bel et bien le cas, elle l'appelait tout comme les battements de ce cœur. Cela en devenait presque déstabilisant.

Son regard rubis accrocha un instant celui perle de son partenaire de danse et il eut un sourire quand il vit que ce dernier n'était en rien insensible à son charisme vampirique. Le monde à l'envers non ? Il fallait qu'il arrête de faire la comparaison entre William et ce jeune humain. Le plus simple serait qu'il l'appelle par son prénom de l'époque et qu'il se l'évoque ainsi. Le jeu des sept différences viendrait après.
La musique cessa et cette bulle qui avait commencé à se former autour d'eux éclata quand un homme s'adressa à Fulangxi. En bon … domestique… il s'effaça et resta en retrait, écoutant le discours du maître d'arme. Puis son regard se posa sur l'arme et il haussa un sourcil surpris. Il le connaissait ce sabre ! Finalement William n'avait pas renié en plein l'humain qu'il avait été. Il allait devoir creuser dans cette voie. Jun se désintéressa ensuite des autres cadeaux sans réelle importance et trouva d'ailleurs idiot d'en faire autant alors que c'était juste du "m'as-tu vu". Les riches et leurs étalages de fortune… Un soupir blasé franchit ses lèvres mais il ne perdit pas pour autant le sourire, surtout quand il se rendit compte que le beau Fulangxi semblait le chercher du regard.

Son ouïe de vampire lui permit ensuite d'entendre ce que ce dernier demanda – ou plutôt ordonna – à son serviteur de lui apporter. Voila qui allait être l'occasion rêver de rencontrer en tête à tête ce cher Fu, loin de son popa adoré et loin des oreilles indiscrètes. Il serait plus libre de ces mouvements.
Jun chercha alors du regard le prénommé Yinchang, attendant qu'il se rende en cuisine pour l'accoster et lui dire qu'il pouvait prendre sa soirée. Le serviteur se fit d'abord méfiant mais quand il ajouta qu'il était le cadeau de son cher maître et que ce dernier risquait de lui en vouloir et donc de le punir de la manière qu'il savait s'il ne le laissait pas venir seul, il lui donna son plateau sans attendre et s'éclipsa. Apparemment ce cher William faisait déjà des siennes à l'époque. Mais après tout, comme on dit, les chiens ne font pas des chats. Il fallait déjà qu'il soit bien pervers pour devenir le sadique qu'il était.

Jun fouilla alors dans la réserve de thé, grimaçant quant à la qualité – ben oui, il est difficile ! – puis opta pour un mélange qu'il jugeait le moins horrible. Il s'empara ensuite d'eau bouillante, qu'il piqua sur un autre plateau, et fit infuser son thé dans une théière joliment ouvragé, prenant deux jolies tasse – parce que oui, veut en boire aussi non mais sans blague – puis se dirige vers les appartements de Fu.
Il avait troqué sa tenue de beau danseur contre un yukata purement japonais, rubis comme ses yeux avec des dragons plus carmin en dessin. Il n'avait pas abandonné ses beaux grelots par contre, aimant leur musique même si cela allait être au dépend de la discrétion. Tant pis, il ne le surprendrait pas.
Il fut presque déçu de le voir sur le pas de sa chambre mais retrouva le sourire quand il se tourna vers lui, persuader avoir affaire à son serviteur.


"J'ai effectivement votre thé."

Jun était tout sourire alors qu'il lui montrait le plateau. Il n'attendit pas ensuite son autorisation pour pénétrer dans ses appartements et le poser sur une petite table. Ouvrant quelques secondes la théière pour en humer ses arômes, il jugea qu'il était encore trop tôt pour le lui servir et la referme.
D'une voix calme et posée il répondit à la question qui devait trotter dans la tête de son hôte.


"Votre serviteur ne viendra pas. Je l'ai congédié." Il se retourna vers lui, un sourire séduisant sur les lèvres. "Je ne voulais pas qu'il gâche le présent que mon maître vous réserve. Un présent qu'il ne pouvait pas vous offrir devant tout le monde, vu le caractère… sensuel et sexuel de ce dernier."

Il savait avoir accroché la curiosité du beau rouquin avec ces mots sans aucun sous entendu. Jun s'agenouilla devant lui juste après et avec un sourire malicieux :

"Je ne pouvais décemment pas vous offrir une nuit agréable en ma compagnie devant tous vos …invités…"

Il avait songé dans un premier temps à un terme moins élogieux qu'invités mais s'était abstenu ne sachant pas trop quelle importance avait ces dits invités pour le jeune homme. Si Fulangxi était comme William… il ne refuserait pas, enfin du moins en théorie…
Avatar de l’utilisateur
Jun Ichijô
Secrétaire
 
Messages: 48
Inscription: Dim 29 Juin 2008 14:44
Age du perso: 600 ans
Humain ou Vampire: Vampire

Re: Modifions les souvenirs...

Messagede William Clancy le Sam 5 Nov 2011 13:36

Fulangxi ne s’attendait pas à ce que cette soirée se révèle quelque peu plus agréable que ce qu’il avait prévu. Déjà, il avait donc pu parler avec un de ses cousins qu’il appréciait mais surtout il eut droit à un spectacle qui se révéla fort à son goût. Oh, contrairement à ce que pensait son père, son attention ne se porta pas sur les danseuses, certes toutes plus belles que les autres pour les amateurs du sexe opposé, mais sur le seul danseur présent dans le groupe. A ces yeux, ce beau rouquin effaçait totalement les danseuses et il se laissa atteindre par cette danse enivrante, décidant alors de se lever pour se mêler aux danseurs. Certaines danseuses gloussèrent, mais aucune n’eut droit à un frôlement contrôlé et recherché du rouquin, ni à croiser vraiment un regard démontrant l’attirance qu’il avait pour celui-ci, en toute discrétion. C’était malgré tout étrange. Ce danseur avait quelque chose de particulier, jamais il n’avait été touché à ce point par le charme d’un autre, les battements de son cœur s’étant légèrement accélérés quand il s’était retrouvé ainsi un peu plus prés de lui. Il le voulait, ne serait-ce que le déguster au moins une nuit. Etait-ce juste la nouveauté qui le rendait si désireux ? Il y avait aussi le fait que le danseur avait plein de bons arguments physiques au premier coup d’œil.

La danse se finit, à regret pour le jeune Fulangxi, mais il respecta parfaitement son rôle, acceptant donc les présents offerts par les autres nobles. Ce n’est qu’une fois que ce rituel fut finit et que les invités partirent qu’il se retourna donc, cherchant du regard le rouquin qui lui avait tapé dans l’œil, sans pour autant aller le voir directement. Non, contrairement à son futur, il avait malgré tout quelques entraves, son père qui n’accepterait en aucun cas que son fils soit homosexuel, et il devait donc agir en toute discrétion. Il fallait donc qu’il réfléchisse à comment approcher sa cible, et il décida tout d’abord d’agir comme d’habitude. Il demanda donc à son serviteur de préparer et lui apporter son thé à sa chambre qu’il rejoignit ensuite pour se mettre un peu plus à l’aise. Chaussures quittées, cheveux détachées, il alla s’asseoir donc sur le rebord du chemin en bois menant depuis l’extérieur à ses appartements. A l’air frais, il se détendit totalement tout en se disant qu’il allait attendre que les serviteurs se dispersent un peu avant de demander au sien de faire appeler le danseur. D’ailleurs, quelque chose lui disait que celui-ci ne devrait pas rechigner à venir, quand il avait croisé son regard, il avait eu l’impression d’avoir un certain intérêt pour lui. Enfin, il l’espérait tout de même, il savait faire parti de ceux qui sont très appréciés physiquement, nombreuses étaient les femmes espérant devenir son épouse, mais on le disait peu intéressé par la chose… S’ils savaient…

Fulangxi était en train d’observer le ciel, tout en patientant, quand le bruit caractéristique d’un pas sur le bois qui craque, prés de lui, le fit alors se tourner, pensant qu’il s’agissait de son serviteur. Autant dire qu’il marqua un sacré arrêt, son regard tout d’abord posé sur le visage du danseur à la chevelure de feu, et qu’il descendit, sans se cacher, tout le long, du beau yukata tout aussi brûlant. Voilà bien une surprise qui le ravissait, et en plus, il avait son thé. Il eut tout d’abord un sourire ravi donc, avant de se demander d’ailleurs comment ça se faisait que ce cher rouquin vienne de lui-même ainsi à lui. Son serviteur était du genre à faire bien attention à ce que personne ne vienne déranger son maître, connaissant son exigence, ses penchants, ayant déjà exigé la compagnie de son serviteur plusieurs nuits. Et il avait su bien faire comprendre à ce dernier qu’il devait se taire et ne rien dire de ce que lui l’autorisait à dire directement. Alors, il se demandait bien ce qui avait pu se passer pour ce changement de serviteur, même s’il était clair qu’il préférait le nouveau.

Fulangxi fronça cependant les sourcils en voyant le rouquin entrer ainsi dans sa chambre sans demander la permission, tiens, le danseur était bien audacieux pour un serviteur, à agir de lui-même, sans attendre de directive. Il se redressa du coup un peu plus, à moitié assis vers l’entrée de sa chambre. Il comptait donc poser quelques questions, mais le rouquin le devança, apportant les explications de lui-même après avoir vérifié le thé. Autant dire que notre jeune humain fut surpris, ne s’attendant pas du tout à ce genre de cadeau, en fait. Comment le maître du danseur avait-il pu savoir ? Il y avait du y avoir une fuite, c’était indéniable, mais pour l’instant, il s’estimait bien gagnant dans l’histoire. Et quel bon choix ! De suite, son regard s’était fait clairement pétillant, il n’en fallait pas plus pour réveiller davantage l’appétit d’un jeune homme pervers comme lui. Il suivit des yeux son cadeau qui vint s’agenouiller face à lui, et il ne manqua pas de détailler davantage son visage puis ce que le yukata laissait deviner de son torse, tout en demandant d’un ton léger et sensuel.

"Je suis agréablement surpris… même si je me demande comment ton maitre a pu penser que t’offrir à moi me plairait… J’aspire à une certaine discrétion et je ne doute pas que tu devines pourquoi… Allons nous désaltérer à l’intérieur."

Conscient que l’on pourrait les surprendre, Fulangxi voulait remédier à ça pour pouvoir découvrir, défeuilleter son cadeau à l’abri des regards et le savourer. Il se releva prestement alors, prenant son sabre au passage et rentra dans sa chambre, laissant bien sûr le danseur avoir le bon sens de le suivre, puisque sa dernière phrase était quand même un ordre. Le jeune rouquin alla s’asseoir sur les coussins éparpillés autour de la fameuse petite table, et il glissa derrière son sabre sous cette dernière, il verrait plus tard où mettre ce dernier. Il s’étira lentement, faisant tinter un peu les perles autour de ses bras et il posa un regard brûlant sur Jun.

"Fermes la porte et approches."

Fulangxi attendit que Jun obéisse et s’approche, et si celui-ci était resté debout, il se saisit de sa main pour le faire s’agenouiller devant lui. Il s’était avancé lui aussi pour glisser une main dans la chevelure de feu, faisant tinter quelques grelots, la glissant ensuite sur une de ses joues.

"Comment t’appelles-tu ?"

Le jeune humain était curieux, ressentant davantage cette attraction qu’il avait eut durant la danse, et c’est sans gêne que, de son autre main, il ouvrit le yukata du rouquin, révélant ainsi totalement son torse. De suite, une main aventureuse le parcourut, alors qu’il effleura de ses lèvres celles de Jun.

"Alors, dis-moi, qu’est-ce qui t’a donné l‘honneur d’être choisi comme mon cadeau ? Qu’as-tu donc de spécial ?"
Avatar de l’utilisateur
William Clancy
Général
 
Messages: 23
Inscription: Sam 10 Jan 2009 17:54
Age du perso: 1725 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Armée
Ame soeur: Erwan?*se fait tuer*

Re: Modifions les souvenirs...

Messagede Jun Ichijô le Sam 26 Nov 2011 16:03

Sur de lui et après avoir royalement envoyé promener le serviteur, tout en se disant qu'il lui faisait un beau cadeau quand même que de lui offrir sa soirée, Jun s'était dirigé vers les appartements privés de notre cher Fulangxi pour lui servir son thé et il offrir un cadeau très personnel. Il faut dire aussi qu'il avait en tête de marqué le jeune nobliau même s'il n'était pas encore fixé sur le comment. Plusieurs solutions s'offrait à lui, certaine plus vengeresse que d'autre mais il gardait tout de même en mémoire que sa mission initiale était de faire en sorte que l'humanité s'exprime plus dans William et non l'inverse. Certaine option disparaissait donc de sa liste… et puis il n'était pas ainsi non plus, il n'allait pas aller contre sa nature.
Il débarqua donc avec son plateau dans une main, pénétrant dans la chambre du maître des lieux sans en demander la permission – jouer au serviteur était parfois amusant mais il ne fallait pas non plus abuser, le vampire s'était lui pas Fu – et expliqua, tout en vérifiant son thé le pourquoi de sa présence à la place de son serviteur habituel. Le regard pétillant accompagnant son annonce lui tira un discret sourire et il s'agenouilla près de lui, se faisant plus précis. Jun le laissa le regarder sans bouger mais sans lui offrir non plus le plaisir de se révéler plus tout de suite. Qu'il devine donc ce que pouvait bien cacher son yukata.

Sa question le fit sourire et se doutait effectivement du pourquoi et se dit qu'il allait devoir faire oublier cette question à Fu ou du moins trouver un habile stratagème pour ne pas y répondre. Il n'avait pas vraiment envie de réfléchir aux explications du comment son maître avait pu savoir une telle chose. L'ordre cependant le fit sourcillé mais il s'était après tout présenté comme un serviteur, tout cela était des plus normal même s'il s'était autorisé quelque liberté. Il n'y avait d'ailleurs que l'intonation de la voix qui lui avait déplu, pour le reste il était entièrement d'accord avec lui, rester sur le pas de la chambre ne serait pas judicieux. Quelle image il donnerait de ce cher Fulangxi s'il s'envoyait en l'air avec lui aux yeux de tous ces nobles si prudes.
Se levant donc, pénétrant de nouveau dans les appartements de Fu, Jun ferma la porte derrière lui juste au moment où son hôte lui en donnait l'ordre et se dirigea vers lui. Franchement. Ces ordres étaient inutiles… il n'était pas complètement crétin et n'allait pas aller s'asseoir sur le lit alors que son vis-à-vis était sur les coussins. Question de bon sens. Mais il savait très bien que cela était aussi une façon à Fu de lui montrer quel était le maître… A moins que les serviteurs de l'époque ne soit tous que de sombre crétin ne sachant que faire si son maître ne dit rien. Il se souvint d'ailleurs à cette pensée que cette attitude des esclaves – car les serviteurs n'étaient en fait rien d'autre – était aussi logique, plus tu te soumets plus ton maître est clément avec toi… ou alors en abuse… Bref !

Il se retrouva à s'agenouiller une nouvelle fois dans les coussins – bien plus confortable que les lattes en bois de l'entrée – et son regard rubis se plongea sans cillé dans celui de Fu. Non il n'était pas celui qui garderait le regard au sol. En fait… le rôle de serviteur ne lui sied guère mais il se dit que cela n'allait pas encore durer des lustres…
Ronronnant presque en sentant la paume chaude de la main se poser sur sa joue après avoir fait tinter les grelots de sa chevelure, Jun inclina légèrement la tête vers cette dernière, fermant à demi les yeux. On croirait presque voir un chat…


"Jun..."

Pas de monseigneur ni de messire. Pas de soumission réelle et une pointe d'arrogance dans la voix volontaire. Il demandait son nom, il le lui donnait… de quoi pourrait il se plaindre ensuite hmm ?
Son regard rubis se posa ensuite sur la main baladeuse ouvrant ce cadeau si particulier qu'il lui faisait et il eut un sourire un brin amusé en voyant qu'il ne lui avait pas fallut longtemps avant que ces doigts ne le parcourent. Mais quelle sensation étrange… William était vampire… mais là sa main était chaude et douce, câline… déstabilisant une nouvelle fois quand une image de quelqu'un ne colle pas avec les sensations que l'on éprouve…
Ses yeux quittèrent la main pour se plonger une nouvelle fois dans les perles grises de son compagnon alors qu'il s'était considérablement rapproché et qu'un souffle chaud calme et régulier caressait ses lèvres. Un énième sourire illumina son regard aux questions qui suivirent.


"Pourquoi gâcher la surprise…? Vous le verrez bien le moment venu ce que je peux avoir de si spécial… hmm ?"

Sortant alors de son immobilité, Jun se pencha légèrement en avant et il mordilla en bon impertinent la lèvre inférieure de Fu, avant de passer une langue câline sur ces dernières et d'envahir sa bouche pour un baiser. Oui, Fu n'allait peut être pas apprécier qu'il soit celui lançant la danse, mais il en avait cure. Que ça lui plaise ou non il allait devoir se soumettre à ce qu'il croyait être un serviteur et rien que cela allait être des plus amusants…. Ses mains n'étaient quant à elles pas restées immobiles, ne bataillant pas fort longtemps avec la ceinture du costume de ce petit humain, ayant un vague souvenir de ce genre de tenue, et l'en débarrassa pour ouvrir à son tour le haut de son compagnon. Ses mains fraîches s'y glissèrent appréciant ce qu'elles pouvaient y sentir et une remonta jusqu'à la nuque pour ne pas laisser le loisir à Fu de rompre le baiser comme bon lui semblait.
Son cadeau… l'inversion des rôles bien sur. Que Fu ressente donc ce qu'il faisait au autre, ou non qu'il apprenne que ce qu'il faisait aux autres pouvaient être aussi agréable pour celui qui prend que celui qui est prit. Voila ce que Jun avait en tête et il était près à user de ses capacités de vampire pour arriver à ses fins. Il rompit alors le baiser, le laissant tout de même respirer et emprisonnant ses poignées dans une de ses mains, le renversa dans les coussins, l'immobilisant de son corps, taquinant une de ses pointes roses de sa langue et relevant un regard volontairement inquiétant sur lui susurra.


"Peut être devrais je préciser à monseigneur… que le feu ne peut être dompté… et qu'à trop essayer il risquerait de se brûler… c'est un cadeau bien particulier que nous vous offrons… un cadeau qu'il ne me semble pas que vous ayez déjà eu… Mais n'ayez crainte… je ne vous veux… aucun mal… loin de là…"

Et à la fin de sa phrase il laissa ses canines apparaître. Allait il avoir peur de lui ? Crier ? Se débattre ? Allait il avoir conscience que de choisir un lieu aussi éloigné de tout le reste pour ne pas que les autres puissent entendre les cris de ceux qu'il martyrise allait se retourner contre lui ?
Avatar de l’utilisateur
Jun Ichijô
Secrétaire
 
Messages: 48
Inscription: Dim 29 Juin 2008 14:44
Age du perso: 600 ans
Humain ou Vampire: Vampire

Re: Modifions les souvenirs...

Messagede William Clancy le Sam 3 Mar 2012 21:15

Et ce soir là , Fulangxi se dit qu’il aimait vraiment les surprises, ne se doutant pas du tout que les choses ne tourneraient pas de la façon dont il voyait les choses… Enfin, la première fut donc ce changement de serviteur d’avoir ainsi son thé servi par le magnifique danseur/serviteur rouquin, offrant à ses yeux déjà un spectacle bien plus délectable que son serviteur à lui dont il commençait d’ailleurs à se lasser. La seconde suivit de prés au sous-entendu de ce dernier quant au cadeau de son maître, c’es-à-dire… lui. Miam, miam… notre cher jeune noble n’était pas à refuser un tel délice et oublia par conséquent déjà le comportement un peu « indépendant » du rouquin qui était entré dans sa chambre sans autorisation. Tout aussi désireux de découvrir et « déballer » son cadeau comme pouvait le démontrer son regard brûlant et baladeur, il ne manqua pas de faire une remarque fort pertinente. Après tout, il n’avait fait aucun étalage de son penchant, il le cachait même bien habilement aux yeux de son père qui n’apprécierait pas d’apprendre que son fils prend son plaisir avec des hommes. Quant aux serviteurs ayant eu à passer dans sa couche, ils avaient fort bien compris qu’ils devaient garder ça pour eux… notamment à cause de certains débordements du rouquin. Alors, il était parfaitement normal qu’il se demande comment le maître du danseur avait pu l’apprendre, et ainsi il pourrait veiller à ce que cela ne puisse pas arriver jusqu’aux oreilles de son paternel.

Fulangxi décida cependant de ne pas s’attarder plus et ordonna donc au danseur de le suivre dans sa chambre. Il rappelait ainsi tout de même qu’il était le maître, et en plus, l’autre rouquin était un cadeau et donc, à lui de se comporter comme telle et de le satisfaire au mieux. Il indiqua bien sûr dans els détails quoi faire, à savoir fermer la porte et le rejoindre assis dans les coussins, car, à cette époque, un bon serviteur était celui qui ne prenait aucune initiative et savait resté debout jusqu’à ce qu’on lui donne un ordre. Et pourtant… son cadeau ne manquait pas de le rendre perplexe et bien curieux sur certains points… Comme cette beauté si attirante, ardente, lui paraissant bien surnaturelle pour un homme de basse naissance… Il glissa sa main dans la chevelure de feu, commençant sa découverte en faisant tinter les grelots et perdant sa main sur la joue de son cadeau dont il demanda le nom. Rien que cette question différenciait le danseur des autres serviteurs dont il n’avait accordé pas la moindre importante pour s’intéresser à leurs noms. Non, là, il était même quelque peu fébrile, voir impatient sans trop s’expliquer cet effet que lui faisait Jun, et aussi ne comprenant pas aussi que ce qui l’empêchait de plaquer déjà sous lui dans les coussins le rouquin était du au fait qu’au fond de lui quelque chose pressentait que ce dernier n’avait pas l’air d’une proie docile. Rien que l’intonation de la voix du danseur aurait pu le mettre en garde mais non, il prit cela comme un jeu et la tentation était vraiment bien trop grande… Déjà, il s’était attaqué à ouvrir le yukata pour ainsi pouvoir glisser une main contre le torse de Jun, surpris par la peau glacée mais se disant qu’il avait fort vite le réchauffer. Il effleura alors de ses lèvres celles du danseur/serviteur en lui demandant donc ce qu’il aurait de spécial… Car tout son être le sentait, il était différent des serviteurs qu’il avait dominé, et tout en découvrant les formes du torse sous ses doigts, il se mit à imaginer quels fantasmes il pourrait réaliser avec le rouquin plus foncé… Seulement, une belle image dans son esprit s’évapora alors qu’il marqua un temps non seulement à la petite impertinence de Jun en ne se contentant pas de lui répondre tout seulement, mais surtout au mordillement de ses lèvres qui s’ensuivit, le stoppant dans on intention de parler.

"Qu’est-ce que tu crois en…. O_O"

A la langue contre ses lèvres, Fulangxi les entrouvrit par réflexe mais aussi par stupéfaction car… jamais, vraiment jamais, quelqu’un l’avait embrassé de lui-même. Il avait toujours lancé le bal, imposé ou réclamer autoritairement… Du coup, il resta quelques secondes sans réaction sinon celle de son cœur qui s’accéléra, laissant ainsi Jun pouvoir abuser déjà de sa bouche. Mais c’était un serviteur qui était en train de prendre les commandes, aussi beau soit-il, il n’était pas question que ça se passe comme ça, non mais oh ! Fierté le faisant se reprendre, il fronça les sourcils, réalisant qu’en plus le danseur avait déjà enlevé la ceinture de sa tenue et ouverte cette dernière, révélant son torse… Woh, woh, woh, pas si vite là, il se passait quoi là ? Bon, stop de réagir comme une jouvencelle là ! Fulangxi comptait rompre le baiser pour montrer son désaccord et le reprendre après en dominateur mais ce n’était pas sans compter sur la main sur sa nuque qui le bloqua. Il eut un « hmph » mécontent, griffant du coup le torse de Jun alors qu’il se mit à batailler clairement dans le baiser pour reprendre le dessus, penchant un peu la tête et remontant sa main dans l’intention d’attraper les cheveux de l’autre rouquin, arrivant à bout de souffle, ses joues prenant un peu de couleur. Mais, ouf dans un sens, Jun le relâcha et reprenant son souffle, il commençait déjà à compter le renverser sous lui sans douceur…. Sauf que ce fut lui qui se retrouva allongé dans les coussins, ses pognées retenus par une main du danseur/serviteur. Et ce sans avoir eu le temps de faire quoique ce soit. Il écarquilla les yeux encore plus, un frisson le traversant tout du long d’une crainte d’où d’abord sans nom puis accompagnant cette langue taquine au chatouillement plaisant contre son bout de chair se durcissant légèrement malgré qu’il se soit crispé d’un coup là. Le feu ne peut être dompté ? Un cadeau qu’il n’ a jamais eu ? … et la situation actuelle ? Il ne lui en fallait pas plus pour comprendre parfaitement les intentions de l’homme au-dessus de lui. Et forcément, il commença à se débattre ! Il n’avait jamais songé à un autre rôle que celui se servant du corps de l’autre pour son plaisir, et être ainsi manipulé par un serviteur… le monde à l’envers ! Il allait lui apprendre, lui et lui faire regretter d’être si beau et d’avoir voulu le soumettre ! Fulangxi plongea un regard furibond dans celui de Jun tout en cherchant à libérer ses poignets et c’est là qu’il les vit, la lueur d’une bougie de sa chambre se reflétant dans une des canines anormalement longues.

"Mais… qu’est-ce que tu es ? Lâche-moi démon ! Bas les pattes !"


La panique s’empara de Fulangxi, sa voix s’étant élevée presque comme un cri à la fin, dont le cœur s’emballa du coup alors qu’il usa de toute sa force pour récupérer ses poignets, mais en fait, ce fut comme s’il n’avait rien fait (je pars dans l’idée que Jun use de sa force de vampire pour l’en empêcher, si ce n’est pas le cas, je recommencerai^^). Quelle force surhumaine et il en fut sûr, il ne pouvait pas être un humain normal ! Il se débattit encore plus tel un animal apeuré, alors qu’il serra fermement ses cuisses l’une contre l’autre.

"C’est ça votre cadeau ?! Non mais c’est un complot ?! Comme si j’allais me donner à un… démon ! Tu ne m’auras pas, ni même mon âme ! Touches-moi et je te le ferai regretter !"


N’arrivant pas à se libérer de suite, Fulangxi ne trouva rien de mieux que de menacer de représailles cet être dont il ignorait tout, inconscient certes, mais preuve de sa peur et de son trouble. Sa respiration était devenue irrégulière, totalement aux aguets, et pourtant, ce corps au-dessus de lui restait des plus tentant, contradiction pouvant encore plus lui faire perdre son calme et le peu de contrôle qu’il affichait encore en n’appelant à l’aide… et en y songeant, il réalisa que… personne ne pourrait l’entendre, nouveau frisson alors qu’il déglutit durement. Et ce démon avait lui dire qu’il ne lui voulait pas de mal et il pensait qu’il allait le croire ?!... Baboum, baboum, baboum.. que faire, que faire…
Avatar de l’utilisateur
William Clancy
Général
 
Messages: 23
Inscription: Sam 10 Jan 2009 17:54
Age du perso: 1725 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Armée
Ame soeur: Erwan?*se fait tuer*

Re: Modifions les souvenirs...

Messagede Jun Ichijô le Mar 13 Mar 2012 12:57

Jouer les serviteurs l'avait, en fin de compte, amusé qu'un temps. Certes, il se devait d'être ainsi pour approcher Fulangxi mais ce statut lui rappelait trop sa vie humaine alors qu'il était sous la coupe de cet homme. Il haïssait cela et ne voulant pas sombrer, parce que même si monsieur savait contrôler sa bête à la perfection, il savait qu'il restait tout de même une faille que cette dernière se ferait un plaisir d'exploiter. Donc il mit bien vite fin à ce jeu, surprenant le noble Fu en s'emparant de ses lèvres pour un baiser. Oui, il avait le culot de le faire et sans autorisation en plus ! Mais c'était délectable ce regard surpris et que dire de cette bouche s'ouvrant comme un appel à ce qu'il continu sur sa lancée sans que son propriétaire en ait conscience…
Le battement de cœur plus rapide, preuve du trouble de son compagnon lui fit oublié qu'il avait devant lui William… le tant haït William, général ennemi et tortionnaire de son ami… Non, devant lui il y avait un jeune humain à qui on avait donné bien trop de pouvoir et qui n'avait jamais été confronté à un refus quelconque ou à ce qu'on lui impose quoi que ce soit. Sentant qu'il voulait se soustraire à ce qu'il lui imposait, une de ses mains vint crocheter sa nuque et il se fit un plaisir d'approfondir le baiser en un comportement on ne peut plus dominant. Les griffures ? Il en avait cure. Ce n'était après tout pas grand-chose et elles auraient tôt fait de disparaître. Par contre le côté rebelle l'amusa bien plus et il se fit un plaisir à prolonger le baiser jusqu'à ce que notre petit humain n'ait plus d'air.

Rompant le baiser et profitant de cet avantage, Jun n'attendit pas longtemps avant de le renverser dans les coussins en un comportement qui devait être similaire à celui de notre cher Fu et ne voulant pas le voir se "sauver", emprisonna ses poignets d'une de ses mains au-dessus de sa tête. Sa langue ne resta pas inactive, dardant de sa pointe le bout de chair à portée, aimant le sentir répondre à son appel… Il l'abandonna cependant, relevant un regard énigmatique sur sa proie et ne lui cacha en rien ce qu'il avait l'intention de faire. Bien sur il ne fut pas cru, un peu d'imagination que diable mais il sut qu'il avait été très bien compris quand Fu commença à se débattre. Allons allons, ne venait il pas de lui dire qu'il ne lui ferait aucun mal…?
Un sourire ironique étira ses lèvres au regard assassin dont il fut gratifié, resserrant sa poigne pour ne pas le laisser lui reprendre ses poignets et sous sourire s'agrandit quand il fut qualifié de démon. Tient ! Voilà qui allait être amusant aussi, passer pour un démon plutôt qu'un vampire était un statut beaucoup plus intéressant !! La panique par contre était moins intéressante, mais même dans cet état le petit humain ne manquait pas de ressource, le menaçant alors qu'il le prenait pour une entité dangereuse…

"Allons Fulangxi… Je suis un démon… crois-tu que tes menaces m'atteignent ? L'argent et le pouvoir de ta famille ne peuvent rien contre ce que je suis… désolé de te l'apprendre. Pour ce qui est de ton âme, je te la laisse, je n'en ais nul utilité… j'ai bien plus intéressant… là… sous les yeux…"

Afin de ne pas se faire surprendre par une de ses ruades, il usa une nouvelle fois de ses capacités de vampire pour se frayer un passage entre les cuisses pourtant bien serrées de Fu et se contenta de s'allonger sur lui, le collant au sol afin qu'il ne s'épuise pas en débattements inutiles. Jun nicha ensuite son visage dans le cou de sa proie si terrorisée et s'amusa à y laisser courir sa langue en de lente arabesque sans le mordre pour le moment…

"Alors… dit moi… qu'est-ce que cela fait de ressentir ce que ton serviteur ressent quand tu lui imposes quelque chose ? Cette peur faisant tambouriner ton cœur et rendant ta respiration haletante, est désagréable non ? Et ces questions sur ce que je vais faire de toi… c'est presque à te rendre fou… je me trompe ?"

Il le laissa méditer un instant sur ses mots, caressant de sa main libre le ventre puis le torse de celui qui était son captif. Son pouce alla ensuite titiller encore son grain de chair, le bousculant légèrement sans pour autant le pincer… Il voulait cette caresse agréable et ne pas provoquer la réaction de ce corps en le torturant…

"Tu sais Fu… je pourrais le faire de la même manière que toi… J'ai les capacités pour te soumettre totalement au moindre de mes désirs… Mais vois-tu… contrairement à toi, je ne suis pas égoïste ou ignorant au point de ne songer qu'à moi… Ce n'est pas ainsi que je désire mes amants…"

Lentement, Jun se mit à se mouvoir sur Fu, créant une ondulation agréable entre leurs deux corps encore couverts de leur vêtement, de quoi titiller les sens sans vraiment les échauffer trop vite. Puis, il alla glisser en un murmure au creux de son oreille :

"Alors… calme toi… et apprend…"

Il emprisonna entre ses lèvres le lobe de son oreille, le suçotant quelques secondes puis redescendit dans son cou, cherchant un point qu'il savait sensible chez Vavila… Peut-être que Fu était pareil que son amant régulier et s'avèrerait sensible à sa morsure… Si non, tant pis, il userait d'un autre stratagème pour le détendre. Mais là, ce qu'il voulait savoir, c'est qu'elle goût pouvait avoir son sang. Son odeur était à lui donner l'eau à la bouche alors il supposait que son goût serait divin.
Une fois le point qu'il supposait sensible trouvé, il captura la peau entre ses lèvres, la suçotant dans le but de la marquer (xDD) puis avec une infime délicatesse planta ses canines dans sa chair, près à suivre le mouvement si Fu tentait de se soustraire. Il eut un ronronnement de plaisir à la saveur du sang coulant lentement dans sa bouche et il s'en délecta lentement, ne cessant en rien l'ondulation de son corps contre celui de sa jolie proie…
Avatar de l’utilisateur
Jun Ichijô
Secrétaire
 
Messages: 48
Inscription: Dim 29 Juin 2008 14:44
Age du perso: 600 ans
Humain ou Vampire: Vampire

Re: Modifions les souvenirs...

Messagede William Clancy le Mer 8 Aoû 2012 15:24

Jamais Fulangxi n’avait envisagé que les choses puissent se retourner ainsi contre lui et il n’avait encore moins pensé qu’il se retrouverait un jour bloqué dans les coussins de sa propre chambre, sous un superbe rouquin qui avait l’intention de le dominer. D’ailleurs, il n’avait encore jamais eut l’idée de laisser qui que ce soit obtenir un tel honneur, non, et il était évident que s’il avait finit par en avoir l’envie, ça aurait été avec quelqu’un d’une certaine importance sociale, un noble, et non pas un serviteur-danseur… non, là, c’était tout simplement improbable, impensable, tout comme cette force que possédait Jun qui n’eut aucun mal à l’empêcher de libérer ses poignées. Et cette vitesse… Le jeune chinois ne manqua pas de comprendre après l’objectif de l’autre rouquin, que ce soit avec ses paroles et ses gestes on ne peut plus évidents, et il était fort facile aussi de deviner qu’il n’était pas d’accord malgré que son corps se montre lui réceptif aux taquineries de cet être étrange. Oui, étrange car il ne manqua pas de voir ses canines anormalement longues, pensant tout d’abord à un démon dont il serait devenu le nouveau jouet. Mais quand bien même, cela ne l’empêcha pas à exiger, ordonner qu’on le lâche et de se débattre, ce qui ne servit évidemment à rien, et de menacer pour finir. Et pourtant, il était paniqué au fond de lui, pressentant que les mots ne seraient pas de grande utilité mais il était ce qu’il était… Un jeune noble qui avait toujours eu ce qu’il voulait et surtout toujours su avoir le dessus naturellement. Forcément, Monsieur n’était pas content bien qu’il fallait le dire, le démon avait le grand avantage de ne pas être repoussant, et s’il n’avait pas cette peur de situation inversée, il lui serait peut-être plus difficile de repousser avec cette véhémence première le rouquin.

Fulangxi soutint le regard de Jun quand celui-ci l’appela par son prénom. Là, oui, il était évident qu’ils étaient au même niveau, pas de maître, pas de mon seigneur, et puis, il fallait dire que vu ce que s’autorisait l’autre rouquin, c’était logique, mais ce qu’il dit lui fit bien ouvrir les yeux. Comment cet être de feu pouvait être qu’un serviteur ? De par sa nature inhumaine, il lui était en effet… supérieur… Et même s’il le réalisa, il n’en montra tout d’abord rien, réfléchissant à toute vitesse, son cœur battant toujours à tout rompre, le souffle haletant, ses muscles restant tous tendus, ressentant étrangement davantage le poids et le contact de ce corps contre lui, oui, tellement aux aguets que ses sens étaient plus aiguisés. Un démon n’avait pas les mêmes attentes, l’argent, la noblesse ne signifiaient donc rien pour lui, ne représentaient aucun danger mais son âme… les démons étaient réputés pour vouloir dévorer l’âme des humains pour les asservir ensuite dans leur monde. Pouvait-il vraiment croire un démon ? Surtout quand celui-ci insista sur le fait qu’il voulait son corps… Dire que c’était lui qui avait eu plus un comportement de démon tout à….Arrêt de réflexion quand il sentit Jun réussir à s’installer entre ses cuisses pourtant qu’il maintenait par réflexe, et du coup, il fit étau de ses cuisses comme pour limiter dans ses mouvements et ses intentions le danseur, tentant quelques coups de genoux évidemment… Oh oh oh, doucement, c’est qu’il n’avait pas le temps de tout assimiler lui. De quoi faire réaliser qu’avec toute cette nouveauté et tension, il fonctionnait à deux temps, les actions et son corps étant plus rapides que sa tête, vu qu’il se prenait justement trop la tête. Et il avait ainsi un mal fou à réfléchir correctement, trouver une solution, une ruse, prendre une décision…Fulangxi ne se rendit absolument pas compte de son souffle plus rapide alors que Jun était dans son cou, le torturant de sa langue et il tourna la tête à l’opposé, une fuite offrant pourtant bien plus d’espace de jeu. se jouait-il tant de lui à avoir un comportement « attentionné », lui qui s’attendait à tout moment à un coup, une griffure, ses vêtements arrachés, tant de possibilité que lui aurait déjà choisi s’il avait la même force. Peu à peu, le niveau de Jun tel qu’il lui avait été présenté avait perdu de l’importance, car ce que ce dernier était comptait beaucoup plus. Ce n’était plus un danseur qui le provoquait en lui demandant ce que c’était que d’être la victime mais un démon, un être surnaturel, de quoi un petit peu épargner sa fierté. Comment ça son cœur ? son souffle ? Oui, il était évident qu’il ne renfermait plus rien, jusqu’à ce léger tremblement. Oh oui, il avait tant d’interrogations en tête et il aimerait tant savoir à quoi s’attendre pour dissuader, contrecarrer… n’importe quoi !

"Non !…Arrêtes !…… Je t’en prie….Je ne suis pas comme eux…" - Un premier cri, le second mot d’une voix forte, mais qui pourrait l’entendre… S’ensuivit alors un murmure si faible.

Mieux que ses serviteurs, c’était évidemment ce que pensa Fulangxi, qu’il méritait d’être traité autrement, s’inquiétant un peu plus au passage, il n’était pas habitué à « souffrir », était-ce une vengeance pour son comportement ? Pourquoi ? Pourquoi ?! Qui pourrait imaginer ainsi ce futur général si vulnérable, effrayé et… à dire « Je t’en prie ». Si humain dans toutes ses réactions, le regard détourné car malgré sa peur, il savait que Jun lui plaisait physiquement, et de là, tout avait découlé. Il ne pouvait pas ainsi ignorer cette main sur son torse, pas si déplaisante que ça, non, c’était ses propres pensées butées qui le rendait ainsi, réveillées par ce bel démon…. A la main froide, préférant se dire que s’il frissonnait, c’était à cause de ça et non de la caresse, de ce jeu du rouquin aux grelots si sensuel en réalité. Fu ? Pourquoi ce surnom ? Légèrement, Fulangxi tourna un peu son regard en biais vers Jun, et il cessa soudainement de respirer. Le soumettre au moindre de ses désirs ? Comme lui ? Oui, là, il commença à culpabiliser, se rappelant de l’expression douloureuse de certains serviteurs alors que lui était tout à l’opposé, se jouant d’eux… et il se dit qu’il n’avait pas envie de connaître ça. Du tout. Qu’il était y aller un peu fort parfois, en effet. Et là, il était figé comme une statue, comme attendant une soudaine tempête à s’abattre sur lui, ayant même l’impression que son cœur s’était arrêté durant les quelques secondes avant que le démon ne continue à parler. Il ne comprenait pas, vraiment… Que sous-entendait Jun ? Toujours ce « je ne vous veux aucun mal » ? Il se mordit la lèvre inférieure quand le rouquin aux grelots (j’aime bien cette différence XD) se mit à onduler sur lui, une étrange sensation l’envahissant, un chatouillement naissant à son bas-ventre, devenant légère chaleur alors qu’il crispa encore plus ses cuisses tout d’abord de part et d’autre de Jun. Il détourna à nouveau les yeux, se calmer ? Son cœur tambourinait à nouveau, mais il n’hurlait pas, il restait lui-même quand même après le peu de cris. Il était totalement déstabilisé, pouvant basculer d’un côté ou de l’autre en un rien de temps. Fulangxi garda sa lèvre inférieure emprisonnée par ses dents au traitement de son oreille, fermant les yeux, jusqu’à ce que Jun ne reparte dans son cou, murmurant alors en un souffle.

"Pourquoi ?...Es-tu vraiment un démon ?"


Fulangxi ne savait plus du tout où il en était. Etait-ce une vengeance ? Ou juste une envie comme ça ? Et cette peau froide, certes ressentie légèrement vu qu’ils étaient encore habillés mais perturbante avec l’image brûlante des démons, et son corps qui, lui, l’appelait doucement à la luxure, se réchauffant avec lenteur, loin d’être indifférent envers celui qui le manipulait et réagissant tout d’abord comme désiré. Jun se mit à suçoter son cou d’une façon claire, et il bougea légèrement la tête un peu plus vers l’opposé, un peu comme pour se soustraire, pourquoi chercher à le marquer ? Mais voilà, toutes interrogations, tortures mentales disparurent quand sa chair fut transpercée par les longues canines du rouquin aux grelots. Par le geste, il écarquilla les yeux et ne put retenir un gémissement légèrement douloureux alors que sa première réaction fut de s’arquer et pencher plus la tête. Mais là où le démon le mordait, ça ne faisait pas si mal, pas de violence et il fronça vivement les sourcils, étant pleinement dans le présent, car il se retrouva…à frissonner bien plus, son corps trouvant cela fort excitant, et pourtant, c’était son sang que Jun aspirait.

"Non ! Qu’est-ce que tu fais ?... ne me tues pas !"

C’était sortit spontanément, il craignait bien plus la mort, mais… quelque chose clochait, rien chez Jun ne reflétait un désir de le tuer, au contraire, et puis, cette succion, elle le rendait fou, et il suffisait d’un léger mouvement des dents, d’une succion un peu plus forte pour alors le faire gémir d’une manière toute nouvelle, en toute discrétion, mais là, le plaisir se faisait plus ressentir que la peur, son corps qui s’était arqué s’affaissant très lentement. Il aimait cette sensation, la luxure, et il ne s’attendait pas à la ressentir de cette manière, c’était différent, la mauvaise surprise devenant plus… agréable… Il se retrouva à haleter un peu plus bruyamment, et au fur et à mesure de son ondulation, Jun pouvait sentir clairement l’éveil total de son corps, ses cuisses se desserrant imperceptiblement alors que le jeune noble chinois ne bougeait plus d’un millimètre. Il n’était plus en une attente craintive mais plus dans une incompréhension totale, plaisante cependant, il suffisait de se rendre compte de son soudain silence, se montrerait-il plus réceptif ?
Avatar de l’utilisateur
William Clancy
Général
 
Messages: 23
Inscription: Sam 10 Jan 2009 17:54
Age du perso: 1725 ans
Humain ou Vampire: Vampire
Rebelle / armée / neutre?: Armée
Ame soeur: Erwan?*se fait tuer*

Re: Modifions les souvenirs...

Messagede Jun Ichijô le Ven 16 Nov 2012 12:22

Jun aurait pu tiquer au « pas comme eux » et questionner Fulangxi afin de lui demander ce que diable il pouvait avoir de plus qu’eux… s’il n’y avait pas eu « je t’en prie ». Ce « je t’en prie » dans la bouche de celui qui allait être l’un des plus grands sadiques des siècles avenirs lui fit marquer un temps. Qu’est ce qui avait bien pu changer chez cet être pour qu’il perde son humanité ? Quel en avait été le déclencheur ? Oui, son côté petit garçon noble pourri gâté par son papa chéri n’était pas pour aider mais… il n’en restait pas moins humains, fragile et craintif… La peur faisait encore parti de son langage alors qu’en ce qui concernait le général qu’il connaissait, il semblait être absent de sa personne. Alors quoi ? La bête avait-elle dévoré jusqu’à la plus petite étincelle de cet humain qu’il avait été ? Non. Vu qu’il se comportait comme un humain dans son rêve, il n’avait en rien oublié celui qu’il avait été… Alors quoi ? Bon sang, qu’est ce qui avait pu tout changer ??

Là où Jun aurait répondu, questionné et provoqué, il n’y eut que le silence et il ne releva donc pas le commentaire qu’il jugeait déplacé pour continuer à caresser ce corps prisonnier sous le sien. Et quand il reprit la parole, ce ne fut que pour appuyer ses dires précédents, interpeller Fulangxi sur le fait qu’il pourrait se comporter comme lui, en sale gosse, mais qu’il n’en ferait rien même si cela serait un jeu d’enfant de le soumettre. Puis, il repartit à l’assaut de son oreille pour glisser ensuite ses lèvres dans son cou.
La question le fit rire légèrement. Etait-ce vraiment le moment de parler du pourquoi ou de sa nature ? Craignait-il vraiment autant que ça les démons ? Amusante petite créature que voilà… Jun lui répondit alors, ses lèvres se baladant toujours dans son cou :

« Est-ce vraiment important ce que je suis ou ne suis pas ? »

Et sans en dire plus, marqua d’un suçon le cou de sa proie avant de le mordre. La réaction qu’eut alors le jeune noble lui était prévisible. Une morsure qu’on n’attend pas, il est logique de vouloir s’y soustraire et du coup, anticipant l’action, il resta dans son cou sans pour autant lui avoir fait mal.
La peur, il l’a senti mais se dit que Fu ferait la part des choses. Le tuer n’était pas ce qu’il voulait et il lui semblait le lui avoir suffisamment dit pour s’abstenir de répondre au « ne me tue pas ». En plus, il ne voulait en rien cesser ce qu’il faisait, ce sang était trop délicieux pour cela. D’ailleurs…. Comment pouvait-il avoir un avis sur un sang qu’on goutait dans un rêve… ? Bah, si c’était son esprit qui influençait le rêve, tant mieux ! Il l’influençait bien comme il faut !!
Jun faillit d’ailleurs oublier pourquoi il le mordait, distrait qu’il était par ce sang exquis mais l’éveil du corps sous lui le ramena bien vite à son activité première et il ne put s’empêcher de sourire dans sa morsure. Même réaction que Vavila… il allait pouvoir user et abuser de cette délicieuse torture. Une « arme » de plus pour le vampire !
Il ne fit donc pas prier pour faire durer la chose, suçotant le cou qu’il mordait, jouant de ses dents dans la chair alors que son corps, légèrement plus libre, se mouvait de plus en plus amplement sur celui du jeune chinois si sensible. Jugeant ensuite qu’il avait suffisamment bu – le fait d’être dans un rêve n’étant pas une raison valable pour abuser des bonnes choses – il cessa la morsure, s’attardant dans le cou encore quelques instants en léchouillant sensuellement la peau. Jun prit ensuite appui sur un de ses coudes et se redressa légèrement pour toiser du regard Fulangxi.

« Regarde-moi Fulangxi… Vois-tu sur mes lèvres un sourire sadique signifiant que je vais prendre plaisir à te torturer ? Vois-tu réellement en moi le malin ? »

Doucement il relâcha les poignets qu’il tenait prisonnier et posa sa main près du visage du jeune noble. Il eut alors un sourire et ajouta :

« Je suis un cadeau d’anniversaire, un peu spécial, je le conçois, mais je n’en reste pas moins un cadeau … »

Lentement, il se pencha sur lui alors qu’il parlait jusqu’à ce que ses lèvres effleurent celles du rouquin. Ce fut alors qu’il murmura :

« … et un cadeau n’est-il pas là pour faire plaisir… hmm ? Tu en doutes peut être encore vu ta piètre expérience dans le domaine mais… ce que je t’offre n’est que pur plaisir… »

Et il mordilla, taquin, ses lèvres avant de prendre possession de sa bouche, si bien sûr Fu se laisse faire. Si, cependant, résistance il y eut, Jun patient ne forcera en rien le baiser. Dans tous les cas, ses mains ne restèrent en rien sage et alors qu’une caressait innocemment la joue l’autre partie faire un tour sur le flanc, puis le ventre alors qu’il se soulevait légèrement pour la laisser se balader tranquillement et se glissa, perverse dans le pantalon pour aller caresser franchement la virilité déjà bien éveillée de celui qui allait être son amant.
La confiance en son charisme était peut être un brin exagéré mais il n’en oubliait pas d’être prudent, prêt à intervenir si jamais Fu tentait quoi que ce soit contre lui. Mais il espérait, qu’il ne lui offrirait pas de résistance et que ce côté pervers qu’il connaissait déjà fort bien chez William, s’exprimerait ici bien que ce ne soit pas comme il le souhaite. L’humain était peut être curieux… Il devait l’être ! Soumettre sans consentement ce n’était vraiment pas son truc !
Avatar de l’utilisateur
Jun Ichijô
Secrétaire
 
Messages: 48
Inscription: Dim 29 Juin 2008 14:44
Age du perso: 600 ans
Humain ou Vampire: Vampire


Retourner vers Reste du monde

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité





cron